Archives par mot-clé : Thaïlande

Comme une œuvre d’art vivante

© ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic)

L’agence d’architecture ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic) basée à Bangkok, a conçu un studio privé ainsi qu’une galerie d’art tout en béton qui possède un énorme puits de lumière central. L’ensemble interagit avec la lumière comme une œuvre d’art vivante.

Vivante, dynamique et cinétique

Situé en Thaïlande, à Bangkok, l’ensemble qui comprend un studio et une galerie d’art, est destiné à un artiste thaïlandais qui préférait l’intimité. La construction ne possède qu’une seule ouverture sur la rue. De ce fait, le volume communique avec ses environs, mais garde son espace intérieur étonnamment en retrait . Ainsi, à l’abri des regards, les visiteurs peuvent contempler les œuvres exposées tout en étant dans un univers original qui a su mettre les contenus en valeur.

Au premier coup d’œil, le caisson en béton massif où les murs sont marqués par les traces des coffrages du béton brut, nous accueille et nous transporte à l’inverse de ce que l’on peut croire vers un espace généreux où un escalier sculptural flotte sous un puits de lumière. Selon les architectes Phuttipan Aswakool et Chotiros Techamongklapiwat, il s’agit d’un espace unique où les gens peuvent se tenir en son centre pour contempler les divers changements de la lumière au moment où elle touche le mur central en béton. Il en résulte une œuvre d’art vivante, dynamique et cinétique qui change d’aspect avec la lumière tout au long de la journée.

Un ensemble de textures

L’ensemble est d’une extrême sobriété, l’architecture brutaliste et les murs dénudés mettent en valeur les ouvrages exposées, le tout dans un écrin exceptionnel conçu avec finesse. Poursuivant au deuxième étage, la taille des cadres de fenêtres carrés interpellent les visiteurs. De toute évidence, la forme en béton qui crée l’une des caractéristiques de cette galerie privée se croise parfaitement avec l’acier, le bois et le verre pour engendrer un ensemble de textures dont l’effet est d’une grande plasticité.

A Bangkok, la galerie d’art réalisée par l’agence d’architecture ASWA est une œuvre à part entière qui met contenu et contenant au diapason.

© ASWA (Architectural Studio of Work - Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work - Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work - Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work - Aholic)
© ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic)

Le site des architectes ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic) : ici.

Les photos: © ASWA (Architectural Studio of Work – Aholic)

Une micro-habitation baptisée « Light House »

© Soopakorn Srisakul
© Soopakorn Srisakul

A l’occasion de la Biennale d’architecture de Chicago qui a ouvert le 3 octobre dernier, l’agence d’architecture All Zone a présenté une drôle d’idée. Une micro-habitation temporaire qui s’insère dans les bâtiments de grande hauteur non achevés. Découverte.

Appelée « Light House », il s’agit d’une petite alvéole de forme carrée et de 11,5 m² avec une bordure métallique recouverte de polyéthylène et des murs constituées de plusieurs couches de nylon et de tissu. A l’intérieur, la maison dispose d’une salle principale qui peut servir d’un espace de vie et de travail et d’un vestiaire où les murs sont faits de tissu avec un placard ainsi qu’un lit recouvert d’une moustiquaire en tissu de polyéthylène.

Conçu avec un budget de 1200 $ (£ 790), l’habitation consiste l’une des réponses à la hausse des coûts de la vie dans les villes telles que Bangkok. Selon les architectes, les logements sont tellement chers dans les villes qu’un jeune de classe moyenne ne peut pas se permettre une telle acquisition. Dorénavant, vivre dans la ville à un prix abordable devient possible avec ce projet.

Une nouvelle typologie d’habitat

« Light House » représente une nouvelle typologie d’habitat, nomade, la maisonnée est destinée à s’intégrer aux immeubles non achevés ou bien ceux qui sont devenus avec le temps désuets et inutilisables. La micro-habitation peut facilement être démontée, déplacée et reconstruite ailleurs.

Pour la concevoir, les architectes ont puisé dans l’architecture vernaculaire thaïlandaise connue par la flexibilité et la légèreté des maisons. Pour tester la « Light House », l’agence a construit deux prototypes dans un garage vacant situé dans le centre de Bangkok. Deux jeunes designers y ont vécu pendant plusieurs jours.

C’est une idée atypique utilisée d’une manière non formelle un peu partout dans le monde que les architectes de All Zone remettent au goût du jour tut en essayant de la rendre non seulement accessible à tous mais surtout réglementaire. Un concept qui trouvera probablement de nombreux adeptes !

© Soopakorn Srisakul
© Soopakorn Srisakul
© Soopakorn Srisakul
© Soopakorn Srisakul
© Soopakorn Srisakul
© Soopakorn Srisakul

Le site de l’agence d’architecture All Zone : ici.

Les photos : © Soopakorn Srisakul.