Archives par mot-clé : Shanghai

En Chine, une impressionnante rénovation signée Kokaistudios

© Seth Powers

C’est un projet d’architecture et d’intérieur conçu par l’agence Kokaistudios et sur mesure pour l’un des plus importants fournisseurs de mode Haute Couture de Chine, la Grace Chen. Créativité, élégance et éclectisme sont au rendez-vous.

Le savoir-faire et les détails complexes

L’agence d’architecture Kokaistudios vient de terminer la rénovation d’une ancienne villa datant des années 1920, située au cœur de l’ancienne concession française de la ville de Shanghai et l’a transformée en maison de la marque de haute couture Grace Chen.

Comprenant une salle d’exposition, une galerie, des cabines d’essayage, des bureaux, une bibliothèque, une cuisine ouverte ainsi qu’une suite VIP pour une expérience complète, le projet constitue une étape clé dans le développement de la marque ainsi qu’un symbole de sa croissance.

La créatrice de mode, Grace Chen, a demandé aux architectes de Kokaistudios de transformer une ancienne villa de style espagnol en une élégante maison conçue pour incarner sa marque. Mettant l’accent sur le savoir-faire et les détails complexes ainsi que sur un style enraciné dans la culture chinoise mais résolument moderne, les architectes ont essayé de trouver un esprit semblable au personnage que doit incarner le lieu. « Notre point de départ et notre inspiration pour la conception du projet provenaient des vêtements magnifiques et complexes de Grace Chen. Nous avons développé un projet intemporel, élégant et moderne qui contraste et complète le design classique de la villa elle-même. » Racontent les architectes.

Valoriser les éléments originaux

La réalisation est située à Huashan Lu, dans l’un des quartiers les plus plaisants de Shanghai. Les architectes ont été mandaté pour l’architecture mais aussi pour transformer l’intérieur de la villa. A savoir que cette dernière a été partiellement modifiée au fil du temps. De même, Kokaistudios a complètement repensé les espaces verts afin de créer un espace de vie pouvant accueillir de petits défilés de mode. Le programme comprend également un nouveau pavillon en verre ainsi qu’un espace événementiel dans le jardin.

L’entrée de la villa est marquée par un grand portail sculptural en métal tissé de couleur noir et bronze, inspiré d’une des conceptions de Grace. Une fois la porte franchie, le visiteur se trouve dans les jardins dotés d’un sol en pierre blanche martelée à la main, d’éléments aquatiques apaisants et d’une végétation luxuriante centrée autour du cube de verre. L’ensemble est conçu pour présenter à la fois les dernières créations de l’artiste et devenir également un lieu d’exposition temporaire pour d’autres artistes et designers. Juste après l’espace événementiel se trouve la cuisine ouverte sur une salle à manger en plein air mais ombragée.

Les architectes se sont lancés dans une restauration architecturale du bâtiment qui valorisait les éléments originaux de la villa, notamment les portes-fenêtres et le sol en marbre incrusté de mosaïque ainsi que la belle maçonnerie de la façade. Le bâtiment comprenait une partie ajoutée dans les années quatre-vingt, les architectes ont préféré de recouvrir cette partie du projet d’un mur végétal avec des jardinières et des plantes à fleurs.

« Pour le design de la villa principale elle-même, nous avons opté pour une palette de couleurs neutres et une gamme de matériaux naturels qui, ensemble, créent un environnement réconfortant qui sert de support aux belles créations de la créatrice. » Soulignent les architectes. L’entrée principale de la villa se fait par les portes d’origine et mène à un showroom et à un salon lumineux, avec des présentoirs conçus sur mesure et de grands miroirs antiques aux bords arrondis, inspirés des styles art déco des années 1930. Le voyage à travers la villa se poursuit jusqu’au 2ème étage où se trouvent les principales salles d’essayage. 

Flexibilité et sobriété

Une grande partie des armoires et des miroirs ont été conçus sur mesure selon un aspect qui complète le caractère historique de la villa, tout en insufflant à l’ensemble des éléments ainsi que des finitions volontairement modernes. Les architectes ont travaillé conjointement avec l’artiste pour réaliser son objectif dans la conception du projet. Ils ont créé un espace où les clients puissent faire l’expérience de la marque ainsi que goûter au style de vie qui lui est associé. C’est un lieu d’élégance intemporelle et chic.

De même, nous trouvons à l’intérieur des espaces flexibles qui créent une ambiance chaleureuse, privée et presque résidentielle, adaptable à différentes situations, telles que les petits événements et les défilés de mode. L’éclairage intérieur est complété par une conception d’éclairage extérieur équilibrée pour correspondre parfaitement à la perception globale de la villa, ainsi le jardin et surtout le pavillon de verre attirent les regards pendant la soirée. Ce projet, malgré sa taille modeste, représente une grande maîtrise de la part des architectes qui ont créé un espace entièrement nouveau en partant de la restauration d’un bâtiment historique. C’est un lieu à l’architecture intemporelle et chic.

© Seth Powers
© Seth Powers
© Seth Powers
© Seth Powers

Le site de kokaistudios : ici.

Les photos : © Seth Powers

Une transformation atypique pour un bâtiment historique

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

A Shanghai, l’agence d’architecture chinoise Wutopia Lab a transformé un bâtiment historique situé en cœur de ville en un espace moderne qui servira de bureaux pour une entreprise de vidéo. Subtilité et originalité sont au rendez-vous.

Dès le départ, il aura fallu jongler avec un budget limité tout en respectant les diverses contraintes réglementaires. Un travail complexe qui a poussé l’équipe des architectes à faire des changements subtils séparant visuellement le bâtiment principal des autres structures anarchiques construites tout autour au fil des ans.

Le « troisième œil »

En premier lieu, le besoin de mettre en évidence l’univers de l’activité était prioritaire tout en préservant le bâtiment historique qui la loge. En respectant la réglementation locale tout en se référant au travail créatif de l’entreprise, deux cercles entrelacés ont été choisis pour créer un «troisième œil». Ce dernier, de couleur bleue et selon la tradition chinoise, représente un talent exceptionnel, il est devenu le point focal du projet. Cette intéressante intervention fait non seulement un clin d’œil à la tradition mais identifie l’édifice parmi ses voisins.

De même, vu l’histoire du lieu, plusieurs générations de matériaux cohabitent ensemble. L’édifice était jadis la résidence d’un général chinois qui a régné jusqu’aux années cinquante. Depuis, plusieurs bâtiments supplémentaires ont été construits tout autour et selon la réglementation locale, si l’un d’eux est démoli, aucun autre édifice n’est autorisé à prendre sa place.

La porche principale constitue donc la clé du projet. Pour distinguer les structures environnantes, les architectes ont peint l’édifice en noir. Plusieurs détails de la même couleur unifient l’ensemble et lui donnent une certaine cohérence. Une réhabilitation subtile qui joint l’utile à l’agréable.

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

Les photos : © CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

Quand les robots construisent les façades

 

© Su Shengliang et Bian Lin

L’agence d’architecture chinoise Archi Union a programmé des robots pour construire la façade en brique ondulée d’une galerie d’art située dans le West Bund à Shanghai.
Le nouvel espace d’exposition réhabilité et reconvertit p est géré par le collectif d’artistes Chi She, il permet de proposer des installations artistiques, des événements ainsi que des ateliers.

Le bâtiment est situé sur un site adjacent au West Bund Art Centre, où d’anciens bâtiments industriels transformés en galeries et espaces événementiels coexistent avec les nouvelles installations culturelles de la ville. Les architectes ont conservé et renforcé la structure d’un bâtiment existant doté d’un espace ouvert et de dimensions généreuses, ils ont également  adapté l’ensemble énergétiquement et visuellement à sa nouvelle utilisation.

Le recyclage intelligent

La structure du toit a été remplacée par une autre en bois de chaîne plus efficace. Une surélévation a été nécessaire pour une meilleure harmonie visuelle mais aussi pour pouvoir éclairer correctement et d’une manière zénithale le volume obtenu. Une façade de briques grises récupérées lors de la destruction du bâtiment d’origine a été greffée à l’ensemble qui intègre de la même occasion l’entrée principale.

Cette dernière est placée dans une ouverture légèrement concave, autour de laquelle la façade s’étire vers l’extérieur créant une forme fluide inattendue pour une construction en briques. La forme complexe qui en résulte n’a pas pu être générée sans l’aide de logiciels informatiques. A travers des études qui ont ensuite été utilisées pour programmer des robots capables de construire une telle surface sculpturale.

La façade obtenue par un tel procédé raconte l’intéressante histoire d’une collaboration avec les robots. Avec ce projet, les machines sont devenues partie prenante d’une architecture plastique qui puise ses sources dans le recyclage des anciennes briques. L’agence Archi Union qui expérimente régulièrement des formes complexes et des technologies de construction innovantes a réussi encore une fois à toucher le public. Un projet remarquable qui vaut le détour !

© Su Shengliang et Bian Lin
© Su Shengliang et Bian Lin

© Su Shengliang et Bian Lin
© Su Shengliang et Bian Lin

© Su Shengliang et Bian Lin
© Su Shengliang et Bian Lin

Le site de l’agence d’architecture Archi Union : ici.

Les photos: © Su Shengliang et Bian Lin.

Entre recyclage et innovation…

C’est à Shanghai, dans l’arrière-cour de l’agence d’architecture Archi-Union que se trouve cette originalité. Les architectes ont récupéré les restes du toit de l’ancien entrepôt qui existait à cet emplacement pour la construire. Et au nom de la protection environnementale, on a eu recours à une astuce qui a pu intelligemment envelopper l’arbre qui existait dans la cour sans l’endommager. Il s’agit d’une bâtisse, de deux étages en béton brut, à la fois simple et recherchée qui se situe à mi-chemin entre recyclage et innovation…

Pour plus d’informations et de photos, voir : ici.
Le site d’Archi-Union : ici.
La photo : © Archi-Union Architects

La ville, autrement…

C’est à travers un guide numérique que Matthieu Duperrex et Claire Dutrait partent à la découverte de Shanghai, la ville aux mille et une visages. Sur la route d’autres spécialistes de la ville, des urbanistes, des architectes, des artistes, des contributeurs amateurs se joignent à eux pour un résultat des plus impressionnants : « Nø City Guide». Ce livre numérique de plus de 700 pages qui a pu associer près de cinquante participants est une nouvelle manière de contempler la ville. Une expérience innovante qui ne s’arrêtera pas aux portes de Shanghai mais qui s’étendra au fur et à mesure de leurs voyages aux quatre coins de la planète…

« SML »

Chez Marc Sirvin l’architecture est une histoire de famille, un héritage qui se transmet depuis quatre générations, Marc le raconte et il semble fier. Lui si attiré par la peinture et les arts plastiques, a choisi finalement l’architecture tout en gardant un œil bien ouvert vers les autres disciplines qui gravitent tout autour.

De ses différents séjours à l’étranger (un séjour à Mexico pour un stage d’architecture d’intérieur et un travail acharné dans plusieurs agences internationales d’architecture à Shanghai) Marc garde des souvenirs qui ont forgé sa manière de pensée et ont guidé plus tard ses choix architecturaux.

Quand on lui demande de parler de son expérience professionnelle française, des noms comme Nicolas Michelin, Renzo Piano et Manuelle Gautrand sont cités. De la transformation d’un ancien théâtre (dessiné déjà par son arrière grand-père) jusqu’au projet d’une tour à Turin en passant par le projet de la tour Ava, Marc a accumulé les expériences jusqu’au jour où la décision d’ouvrir sa propre agence est devenue une évidence.

Aujourd’hui il dirige sa propre agence « SML » (Small, Medium, Large) avec Clémence Eliard, un bureau d’étude pluridisciplinaire, où ils travaillent à la fois sur des projets d’architecture, d’architecture d’intérieur et de design.

Quand on demande à Marc qu’est-ce qu’il aimerait concevoir, la réponse vient très vite, un musée d’art contemporain. Il explique cette préférence en se référant à Beaubourg qui l’a toujours fasciné ainsi que d’autres musées moins institutionnels et connus. Finalement c’est une réponse tout à fait prévisible venant d’un personnage qui apprécie tellement tous les arts…

Le site de « SML Global Design »: ici.

En rouge et noir…

C’est une structure de couleur rouge et noir qui accueille les touristes de passage dans la ville chinoise de Shanghai. Une construction qui se démarque par sa couleur et sa forme dans cet environnement plat et monotone. Ses façades qui, une fois la nuit tombée deviennent translucides augmentent l’originalité de cette construction simple et à la fois séduisante…

Pour plus d’informations et de photos voir: ici.
Le site de l’architecte:ici.
La photo: ©JSWB

Beautés cachées…

Comme vous pouvez le constater, c’est un immense jardin qui se trouve dans la ville de Shanghaï en Chine. La particularité de ce jardin c’est qu’il n’est pas comme les autres, c’est le premier jardin sous terrain jamais construit jusqu’à nos jours. Il est prévu pour 2010, ce sera un parc gigantesque qui couvrira une surface importante qui était dédiée jusque là à un centre commercial, la lumière du soleil sera acheminée par un procédé technologique vers le bas en plus d’une installation complète d’un réseau d’eau pour créer des fontaines et cours d’eau dans le parc. On se demande finalement pourquoi ce jardin caché? la réponse viendra peut être un jour…

D’autres blogs qui ont parlé de ce parc: ici.