Archives par mot-clé : Wutopia Lab

« Shrine of Whatslove » l’incroyable installation de Wutopia Lab

© CreatAR Images

En Chine, située dans la zone rurale du Zhejiang, l’agence d’architecture Wutopia Lab, en collaboration avec l’équipe de construction numérique RoboticPlus, a conçu la première structure entièrement en fibre de carbone. La poétique de la forme se mêle ainsi à la couleur rouge pour un résultat enchanteur.

Inspiré du quotidien

« Shrine of Whatslove » est une structure triangulaire en fibre de carbone tissée de manière robotisée à travers laquelle l’agence d’architecture Wutopia Lab tente de susciter une discussion sur ce qu’est l’amour dans la vie moderne mais aussi sur la façon d’intervenir dans la construction rurale.

Le propriétaire des lieux a demandé aux architectes de concevoir quelque chose pour leur premier projet de complexe hôtelier culturel et créatif à Fangyukong. En plus des hôtels, des restaurants ou des librairies, Wutopia Lab a choisi de réaliser quelque chose pouvant inspirer les gens à réfléchir aux problèmes quotidiens. 

Les architectes nous racontent : « Il est assez courant de passer le week-end à la campagne près d’une grande ville. L’idée c’est de poursuivre l’être dans un nouvel environnement, loin de l’anxiété de la réalité. Mais une fois la nouveauté passée, peu importe où il se trouve, le sujet de la santé, de l’éducation, du travail et de la richesse le noiera de nouveau. Bien sûr, l’amour et le mariage sont les sujets les plus significatifs qui ont fondé notre confusion ou notre douleur depuis des milliers d’années. L’amour devrait être une chose belle et pure, mais en réalité il est toujours enveloppé dans des couches de matière. » c’est pourquoi le bâtiment est conçu en forme de triangle. Ce dernier représente également le prototype architectural original, une forme utilisée par les ancêtres. » Les architectes soulignent qu’ils ont décidé d’abandonner la matérialité.

Mais aussi de la tradition chinoise

L’installation est inspirée par le « Zhusiyingshe », une culture traditionnelle chinoise enroulant le fil rouge pour apporter le bonheur, comme si les architectes ont tissé un sanctuaire. Ce dernier constitue plus une image visuelle qu’un espace physique, il n’a pas besoin de s’abriter du vent.

La structure entière, d’une hauteur de 4 mètres et d’une largeur de 3,8 mètres, a été tissée avec un fil continu en fibre de carbone, de densité contrôlée de18 kg/m3. Après un mois d’essais utilisant 7200 mètres de faisceaux continus de fibres de carbone, l’ensemble a été achevé en 90 heures. Le vrai « Shrine of Whatslove » n’est pas le même que celui du pavillon en fibre de carbone qui se trouve dans les photos. Il a des dalles de plancher pouvant transporter au moins quatre personnes de sorte que l’installation semble flotter dans les airs.

Debout près de l’entrée principale de la maison d’hôtes Fangyukong, le projet en forme de triangle rouge ressemble à un phare. C’est un point de départ pour montrer le travail de l’agence Wutopia Lab en milieu bucolique. Pour revitaliser réellement la campagne, les architectes ont eu recours  à une structure culturelle qui transcende la ville.

© CreatAR Images
© CreatAR Images
© CreatAR Images
© CreatAR Images

Les photos : © CreatAR Images

Une transformation atypique pour un bâtiment historique

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

A Shanghai, l’agence d’architecture chinoise Wutopia Lab a transformé un bâtiment historique situé en cœur de ville en un espace moderne qui servira de bureaux pour une entreprise de vidéo. Subtilité et originalité sont au rendez-vous.

Dès le départ, il aura fallu jongler avec un budget limité tout en respectant les diverses contraintes réglementaires. Un travail complexe qui a poussé l’équipe des architectes à faire des changements subtils séparant visuellement le bâtiment principal des autres structures anarchiques construites tout autour au fil des ans.

Le « troisième œil »

En premier lieu, le besoin de mettre en évidence l’univers de l’activité était prioritaire tout en préservant le bâtiment historique qui la loge. En respectant la réglementation locale tout en se référant au travail créatif de l’entreprise, deux cercles entrelacés ont été choisis pour créer un «troisième œil». Ce dernier, de couleur bleue et selon la tradition chinoise, représente un talent exceptionnel, il est devenu le point focal du projet. Cette intéressante intervention fait non seulement un clin d’œil à la tradition mais identifie l’édifice parmi ses voisins.

De même, vu l’histoire du lieu, plusieurs générations de matériaux cohabitent ensemble. L’édifice était jadis la résidence d’un général chinois qui a régné jusqu’aux années cinquante. Depuis, plusieurs bâtiments supplémentaires ont été construits tout autour et selon la réglementation locale, si l’un d’eux est démoli, aucun autre édifice n’est autorisé à prendre sa place.

La porche principale constitue donc la clé du projet. Pour distinguer les structures environnantes, les architectes ont peint l’édifice en noir. Plusieurs détails de la même couleur unifient l’ensemble et lui donnent une certaine cohérence. Une réhabilitation subtile qui joint l’utile à l’agréable.

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)
© CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)

Les photos : © CreatAR (Ai Qing, Mao Yinchen)