Archives par mot-clé : Grèce

Isola Beach Club, le charmant restaurant en plein air

© K-Studio

En Crète, les architectes de l’agence K-Studio ont réalisé l’Isola Beach Club, un charmant restaurant qui se trouve dans le Blue Palace Resort & Spa. C’est un petit havre de paix au bord de l’eau.

Un espace de détente

La mission des architectes de K-Studio consistait à agrandir et à mettre à jour l’existant afin de répondre aux diverses exigences des visiteurs. Le propriétaire des lieux souhaitait un espace de détente décontracté offrant aux clients de l’hôtel un refuge confortable où à l’abri de la chaleur pendant les journées chaudes de l’été. L’ensemble comprend un espace de restauration informel servant des rafraîchissements ainsi qu’un bar qui rassemblerait tout le monde pour un cocktail en soirée.

Dès le départ, le principal défi consistait à gérer l’empreinte inhabituelle de la structure existante qui ne pouvait pas être modifiée. Les architectes avaient besoin de créer une cuisine neuve et étendue dans un espace circulaire tout en redéfinissant la structure linéaire traditionnelle et en surmontant tous les problèmes potentiels. De même, le plan devait également prendre une forme circulaire. A l’extérieur, le défi consistait à créer un salon en plein air tissé entre les arbres de l’oliveraie millénaire.

Qui s’inspire de la tradition

Inspirés par les bâtiments ronds traditionnels de la région qui sont en pierre de Mitata et par leur structure de toit en bois très caractéristique, les architectes ont transformé l’empreinte en deux spirales, l’une pour le salon en plein air avec un foyer central, l’autre pour le bar et la cuisine. Les murs en pierres sèches du bâtiment de la cuisine s’entremêlent progressivement avec la spirale du salon avant d’atteindre le sol. Un travail minutieux tout aussi méticuleux qui a abouti à un résultat enchanteur.

© K-Studio
© K-Studio
© K-Studio
© K-Studio

Le site de k-Studio : ici.

Un petit hôtel de charme à Santorin

© Stale Eriksen

En Grèce, sur l’île de Santorin, les architectes de k-Studio ont réalisé un hôtel de charme avec une vue exceptionnelle sur le large. De couleur blanche, les diverses entités se superposent et se rencontrent pour former un ensemble cohérent à la fois fonctionnel et plastique.

Une architecture unique

Le souhait du propriétaire était la conception d’un petit hôtel sur un site spectaculaire en bordure du volcan de Santorin. Le projet a été mené par l’agence grecque établie à Athènes k-Studio.

Selon les architectes, le propriétaire, originaire de l’île, avait une vision et une détermination qui ont conduit le projet de bout en bout et ont donné aux architectes l’occasion de pousser le concept et sa réalisation jusqu’à ses limites, dans tous les sens du terme. Il en résulte une architecture à la fois unique et spectaculaire qui répond aux différentes exigences du propriétaire des lieux tout en faisant un joli clin d’œil à la tradition architecturale de Santorin.

L’inclinaison abrupte du site, appelait, dès le départ à des solutions innovantes. Ces dernières devaient répondre aux problèmes de circulation et d’aménagement, tout en assurant aux utilisateurs des lieux des vues ainsi que des panoramas spectaculaires. Le programme contient trois villas compactes et dynamiques qui prennent une forme sculptée et se juxtaposent au bord du chemin composé de roche volcanique et des murs de soutènement.
Traditionnellement, les maisons des villages grecques sont petites et étroites. Pour offrir une expérience haut de gamme, l’ambition des architectes était de créer de l’espace pour les invités tout en leur assurant le plus d’intimité possible. La rénovation de la villa troglodyte d’origine a conservé son plan caractéristique, composé de trois pièces, l’ensemble s’ancre dans le rocher.

Révéler les sensations fortes du site

« Parfaitement sculptés dans la montagne, les courbes des plafonds voûtés adoucissent les ombres en supprimant les lignes nettes et en les fondant dans l’espace plus sombre situé à l’arrière du plan. La façade et la lumière sont exploitées, mais l’espace plus frais et plus sombre invite les visiteurs à s’échapper de la chaleur accablante qui règne à l’extérieur. » Racontent les architectes qui soulignent par ailleurs que cette villa est située au-dessus des deux autres nouvellement construites. Ces dernières coupent le plan linéaire en deux, s’empilant les unes sur les autres, de sorte que chaque villa présente un niveau supérieur qui comprend les divers espaces de vie ainsi qu’un étage inférieur où se trouvent la partie nuit. a disposition adoptée par les architectes permet une très grande luminosité aux trois villas tout en assurant aux utilisateurs un spectaculaire panorama. Ainsi, chaque entité se dote d’un point de vue unique pour admirer le coucher de soleil.

Les architectes racontent que les deux forces motrices de leur concept étaient la roche volcanique et l’architecture vernaculaire. Selon eux, ils souhaitaient révéler les sensations fortes du site tout en garantissant aux utilisateurs le confort, l’intimité et le style de vie décontracté. C’est pourquoi, ils ont travaillé avec « la roche volcanique naturelle pour couper des itinéraires à travers le site et en conserver les limites, ainsi qu’avec du bois calciné et du métal noirci pour mettre en valeur le pouvoir de la nature dans les villas. »

Les courbes douces, la couleur blanche immaculée due à l’utilisation de la chaux blanche, les diverses finitions en pierre plus claires, entre autres constituent d’importants détails qui créent un équilibre entre fraîcheur et calme des intérieurs. La roche volcanique noire et les finitions brûlées s’opposent aux courbes blanches froides et aux textures délavées apaisantes pour former un ensemble remarquable qui pousse à la découverte.

© Claus Brechenmacher
© Stale Eriksen
© Stale Erikse
© Stale Eriksen
© Mirto Latropoulou

Le site de k-Studio : ici.

A noter que Vora Villas a remporté le prix du « meilleur complexe hôtelier » de AHEAD Europe Award, 2018.

A kythera, une résidence qui surplombe la nature

© Pygmalion Karatzas

Elle surplombe la mer mais aussi les montagnes, la résidence conçue par le studio grec r.c. tech se trouve dans la partie sud de kythera, l’île grecque située entre le Péloponnèse et la Crète.

Rétablir le lien avec le voisinage

Située en face du château vénitien et au bord d’une crique à la végétation méditerranéenne dense, la maison est entourée de multiples oliviers dispersés ainsi que de vieux cyprès. La vue panoramique est impressionnante et s’étend entre l’imposant château et la mer.

Sur la parcelle, il existait auparavant,une construction de deux niveaux datant des années quatre-vingt. La maison existante suivait parfaitement la morphologie abrupte du terrain tout en dissimulant les diverses vues de l’intérieur. Les architectes de l’agence r.c. tech ont préféré rétablir le lien de la maison avec les vues et les espaces extérieurs aménagés. Ainsi, les propriétaires peuvent profiter de l’environnement paysager et des vues splendides donnant sur le large.

Sobre et épuré

L’ensemble a été renforcé structurellement et un niveau séparé qui contient la chambre principale a été ajouté. les espaces extérieurs ont également été réaménagés en unifiant les fonctions internes et externes de la maison. La construction affiche des lignes sobres et la couleur blanche nous rappelle les autres constructions de l’île. L’intérieur est épuré, le bois y fait son apparition par petites touches et les grandes baies vitrées amènent le maximum de lumière naturelle.

Sur cette petite île grecque connue par ses trésors archéologiques, la villa réalisée par le studio r.c. tech habite le site et procure un peu de sérénité à ses habitants.

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

Le site du studio r.c. tech: ici.

Les photos: © Pygmalion Karatzas

A Santorin, l’architecture aussi a un goût d’évasion

© Vangelis Paterakis

C’est une maison de vacances située sur l’île de Santorin, en Grèce, que les architectes de l’agence Kapsimalis ont réalisé pour le plus grand bonheur de ses propriétaires. Épurement, sobriété mais aussi extravagance et grâce sont au rendez-vous.

La maison est située dans le village traditionnel d’Oia, sur l’île de Santorin. L’ensemble se compose d’un étage enfouie dans la terre ainsi qu’une partie accessible de l’extérieur reliée à ce dernier par un escalier en forme organique. Le deuxième étage est donc à ciel ouvert et comprend une terrasse et une piscine à débordement.

À l’intérieur de la maison-cave, se trouve un salon et une cuisine, deux chambres et leurs salles de bains respectives, un hammam et un sauna. La partie extérieure a été conçue comme une plate-forme qui donne sur le volcan. Une piscine à débordement, un espace voûté semi ouvert ainsi que plusieurs petits coins pour se prélasser font parties du plateau.

L’exploitation des courbes de la grotte

L’idée principale des architectes est l’exploitation des courbes de la grotte existante qui forme la parcelle. Aussi complexe qu’il paraît, le terrain accueille subtilement la conception qui s’y installe confortablement. Comme un cocon, la maison de vacances profite de la géographie existante pour assurer une douce intimité à ses habitants. Tout en profitant des vues idylliques alentours, les utilisateurs des lieux peuvent se retirer dans leur grotte.

L’architecture de la maison s’intègre complètement au contexte tout en faisant un joli clin d’œil à celle des habitations de l’île. Le matériau principal utilisé pour la reconstruction de la grotte et pour le soutien des falaises volcaniques est un mélange de ciment, de sable et d’eau qui appliqué par pression à travers un cylindre produit une dense couche de béton. Quant aux pierres volcaniques et le plâtre blanc, ils sont utilisés pour la construction des parois intérieurs et extérieurs.

Les intérieurs sont épurés, à la fois fonctionnels et lumineux, l’ensemble est enchanteresque. Bref, à Santorin, l’architecture aussi a un goût d’évasion !

© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis

© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis

© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis

© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis

Le site de Kapsimalis Architects: ici.

Les photos : © Vangelis Paterakis

Sous le soleil crétois, des lignes et des courbes épurées

© Petros Perakis

En Crète, l’agence Tense Architecture Network a réalisé une charmante résidence familiale qui s’ouvre vers le sud et offre une vue imprenable sur la montagne. Luminosité, sobriété mais aussi fonctionnalité sont au rendez-vous.

L’endroit est stratégique, il s’agit d’une petite colline qui procure une vue dégagée sur les environs. Par ailleurs, la parcelle est située dans un quartier neuf et tranquille de la ville méditerranéenne d’Héraklion, non loin du centre-ville. Le site offre des vues sur la ville et il est orienté plein sud.

Sculptural et lumineux

La maison a été conçue pour répondre aux besoins d’un jeune couple et de ses deux enfants. La résidence se développe sur quatre niveaux et abrite des espaces de vie et des chambres au rez-de-chaussée. Ce dernier est ouvert sur le jardin qui est ombragé par le volume principal surélevé de la maison qui abrite une autre chambre à coucher ainsi que deux espaces extérieurs séparés. Le volume de béton fonctionne comme un abris pour le jardin et l’espace principal sous-jacent. Sa couleur contraste avec le rez-de-chaussée vert olive qui accueille les autres chambres. L’ensemble est finalement caché par les plantes grimpantes de la clôture tendue en acier inoxydable.

Selon l’architecte, l’idée de la maison prend ses sources dans la campagne méridionale. Dès le début, le geste sculptural suit l’ensoleillement, en effet le bâtiment suit le soleil. La façade de béton surélevée est sans ouverture à l’exception d’une fente située dans le coin supérieur qui révèle un espace ouvert sur les parties occidentales de la ville. La courbe inférieure qui intègre les escaliers, reçoit la lumière au niveau principal intermédiaire. Le volume agit donc comme refuge pour l’expansion semi-ouverte de la résidence et de son jardin.

Une succession de vides et de pleins

Le travail de l’architecte met en avant une succession de vides et de pleins qui se matérialisent par des formes fluides et donnent à l’ensemble un effet à la fois singulier et atypique. La maison présente des coins courbes, tordues, évidées mais aussi une façade ludique qui semble profiter des divers atouts pour habiter le lieu.

Le dessin structurel est inséparable de la forme, le support au niveau du jardin passe progressivement d’une colonne de métal circulaire à un béton carré, pour conclure avec un mur d’angle monolithique sur lequel la façade repose librement. À l’intérieur, les stores verticaux offrent aux habitants une certaine intimité tout en protègent de la lumière. La partie souterraine de la maison ainsi que l’escalier qui y mène sont de couleur vert foncé qui se matérialise comme une continuation naturelle du jardin extérieur.

La façade est ainsi que celle de l’ouest sont aveugles. L’ensemble est charmant, ce qui lui a valu une proposition pour le Prix de l’Union européenne de l’architecture contemporaine Mies van der Rohe 2017.

© Petros Perakis
© Petros Perakis

© Petros Perakis
© Petros Perakis

© Petros Perakis
© Petros Perakis

© Petros Perakis
© Petros Perakis

© Petros Perakis
© Petros Perakis

Le site de Tense Architecture Network : ici.

Les photos : ©  Petros Perakis

Le cabanon d’été d’Eva Sopeoglou

© Mariana Bisti

Loin des villes et des sites archéologiques, dans la région montagneuse du nord-est du pays, sur la péninsule d’Halkidiki, l’architecte grecque Eva Sopeoglou a réalisé une charmante cabane d’été. Découverte d’une construction simple et attrayante.

Les propriétaires de cette maison souhaitaient une sorte de refuge à faible coût pour le week-end. Située sur une colline d’oliviers, surplombant la mer et avec une vue époustouflante sur les célèbres monastères du mont Athos, la parcelle avait tout pour plaire.

Un merveilleux jeu d’ombre et de lumière

Le projet proposé par Eva Sopeoglou est avant tout très expérimental. Il utilise la technologie numérique de pointe d’une manière innovante. Les divers composants de la maison ont été préfabriqués. La conception donne une grande importance à la position du soleil pour procurer l’ombre souhaité. Le plan rectangulaire mesure 3 mètres de large et 7 mètres de long, il est divisé suivant une trame en plus petites pièces. Un étroit couloir relie ces espaces tout en s’harmonisant avec l’extérieur, comme si les oliviers faisaient partie intégrante de la maison.

L’enveloppe extérieure de la maison est composée d’une couche métallique légère, mobile, elle offre une flexibilité maximale à l’ensemble. Le motif perforé de la peau est inspiré des oliviers, quoi de plus naturel quand nous nous trouvons dans le pays où l’olivier est d’une grande abondance ? Pendant la journée, au fur et à mesure que le soleil se déplace, les espaces intérieurs sont inondés d’ombres. Un effet saisissant dû à l’originalité de la texture des façades.

A travers un motif emprunté dans la nature environnante, l’architecture subtile d’Eva Sopeoglou pose la question de la communion de l’espace intérieur et extérieur. Un projet simple à la fois fonctionnel et original.

© Mariana Bisti
© Mariana Bisti

© Mariana Bisti
© Mariana Bisti

© Mariana Bisti
© Mariana Bisti

© Mariana Bisti
© Mariana Bisti

Plus d’informations sur l’architecte Eva Sopeoglou : ici.

Les photos: © Mariana Bisti , Elias Sopeoglou