Archives du mot-clé Grèce

A Santorin, l’architecture aussi a un goût d’évasion

© Vangelis Paterakis

C’est une maison de vacances située sur l’île de Santorin, en Grèce, que les architectes de l’agence Kapsimalis ont réalisé pour le plus grand bonheur de ses propriétaires. Épurement, sobriété mais aussi extravagance et grâce sont au rendez-vous.

La maison est située dans le village traditionnel d’Oia, sur l’île de Santorin. L’ensemble se compose d’un étage enfouie dans la terre ainsi qu’une partie accessible de l’extérieur reliée à ce dernier par un escalier en forme organique. Le deuxième étage est donc à ciel ouvert et comprend une terrasse et une piscine à débordement.

À l’intérieur de la maison-cave, se trouve un salon et une cuisine, deux chambres et leurs salles de bains respectives, un hammam et un sauna. La partie extérieure a été conçue comme une plate-forme qui donne sur le volcan. Une piscine à débordement, un espace voûté semi ouvert ainsi que plusieurs petits coins pour se prélasser font parties du plateau.

L’exploitation des courbes de la grotte

L’idée principale des architectes est l’exploitation des courbes de la grotte existante qui forme la parcelle. Aussi complexe qu’il paraît, le terrain accueille subtilement la conception qui s’y installe confortablement. Comme un cocon, la maison de vacances profite de la géographie existante pour assurer une douce intimité à ses habitants. Tout en profitant des vues idylliques alentours, les utilisateurs des lieux peuvent se retirer dans leur grotte.

L’architecture de la maison s’intègre complètement au contexte tout en faisant un joli clin d’œil à celle des habitations de l’île. Le matériau principal utilisé pour la reconstruction de la grotte et pour le soutien des falaises volcaniques est un mélange de ciment, de sable et d’eau qui appliqué par pression à travers un cylindre produit une dense couche de béton. Quant aux pierres volcaniques et le plâtre blanc, ils sont utilisés pour la construction des parois intérieurs et extérieurs.

Les intérieurs sont épurés, à la fois fonctionnels et lumineux, l’ensemble est enchanteresque. Bref, à Santorin, l’architecture aussi a un goût d’évasion !

© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis
© Vangelis Paterakis

Le site de Kapsimalis Architects: ici.

Les photos : © Vangelis Paterakis

Sous le soleil crétois, des lignes et des courbes épurées

© Petros Perakis

En Crète, l’agence Tense Architecture Network a réalisé une charmante résidence familiale qui s’ouvre vers le sud et offre une vue imprenable sur la montagne. Luminosité, sobriété mais aussi fonctionnalité sont au rendez-vous.

L’endroit est stratégique, il s’agit d’une petite colline qui procure une vue dégagée sur les environs. Par ailleurs, la parcelle est située dans un quartier neuf et tranquille de la ville méditerranéenne d’Héraklion, non loin du centre-ville. Le site offre des vues sur la ville et il est orienté plein sud.

Sculptural et lumineux

La maison a été conçue pour répondre aux besoins d’un jeune couple et de ses deux enfants. La résidence se développe sur quatre niveaux et abrite des espaces de vie et des chambres au rez-de-chaussée. Ce dernier est ouvert sur le jardin qui est ombragé par le volume principal surélevé de la maison qui abrite une autre chambre à coucher ainsi que deux espaces extérieurs séparés. Le volume de béton fonctionne comme un abris pour le jardin et l’espace principal sous-jacent. Sa couleur contraste avec le rez-de-chaussée vert olive qui accueille les autres chambres. L’ensemble est finalement caché par les plantes grimpantes de la clôture tendue en acier inoxydable.

Selon l’architecte, l’idée de la maison prend ses sources dans la campagne méridionale. Dès le début, le geste sculptural suit l’ensoleillement, en effet le bâtiment suit le soleil. La façade de béton surélevée est sans ouverture à l’exception d’une fente située dans le coin supérieur qui révèle un espace ouvert sur les parties occidentales de la ville. La courbe inférieure qui intègre les escaliers, reçoit la lumière au niveau principal intermédiaire. Le volume agit donc comme refuge pour l’expansion semi-ouverte de la résidence et de son jardin.

Une succession de vides et de pleins

Le travail de l’architecte met en avant une succession de vides et de pleins qui se matérialisent par des formes fluides et donnent à l’ensemble un effet à la fois singulier et atypique. La maison présente des coins courbes, tordues, évidées mais aussi une façade ludique qui semble profiter des divers atouts pour habiter le lieu.

Le dessin structurel est inséparable de la forme, le support au niveau du jardin passe progressivement d’une colonne de métal circulaire à un béton carré, pour conclure avec un mur d’angle monolithique sur lequel la façade repose librement. À l’intérieur, les stores verticaux offrent aux habitants une certaine intimité tout en protègent de la lumière. La partie souterraine de la maison ainsi que l’escalier qui y mène sont de couleur vert foncé qui se matérialise comme une continuation naturelle du jardin extérieur.

La façade est ainsi que celle de l’ouest sont aveugles. L’ensemble est charmant, ce qui lui a valu une proposition pour le Prix de l’Union européenne de l’architecture contemporaine Mies van der Rohe 2017.

© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis
© Petros Perakis

Le site de Tense Architecture Network : ici.

Les photos : ©  Petros Perakis

Le cabanon d’été d’Eva Sopeoglou

© Mariana Bisti

Loin des villes et des sites archéologiques, dans la région montagneuse du nord-est du pays, sur la péninsule d’Halkidiki, l’architecte grecque Eva Sopeoglou a réalisé une charmante cabane d’été. Découverte d’une construction simple et attrayante.

Les propriétaires de cette maison souhaitaient une sorte de refuge à faible coût pour le week-end. Située sur une colline d’oliviers, surplombant la mer et avec une vue époustouflante sur les célèbres monastères du mont Athos, la parcelle avait tout pour plaire.

Un merveilleux jeu d’ombre et de lumière

Le projet proposé par Eva Sopeoglou est avant tout très expérimental. Il utilise la technologie numérique de pointe d’une manière innovante. Les divers composants de la maison ont été préfabriqués. La conception donne une grande importance à la position du soleil pour procurer l’ombre souhaité. Le plan rectangulaire mesure 3 mètres de large et 7 mètres de long, il est divisé suivant une trame en plus petites pièces. Un étroit couloir relie ces espaces tout en s’harmonisant avec l’extérieur, comme si les oliviers faisaient partie intégrante de la maison.

L’enveloppe extérieure de la maison est composée d’une couche métallique légère, mobile, elle offre une flexibilité maximale à l’ensemble. Le motif perforé de la peau est inspiré des oliviers, quoi de plus naturel quand nous nous trouvons dans le pays où l’olivier est d’une grande abondance ? Pendant la journée, au fur et à mesure que le soleil se déplace, les espaces intérieurs sont inondés d’ombres. Un effet saisissant dû à l’originalité de la texture des façades.

A travers un motif emprunté dans la nature environnante, l’architecture subtile d’Eva Sopeoglou pose la question de la communion de l’espace intérieur et extérieur. Un projet simple à la fois fonctionnel et original.

© Mariana Bisti
© Mariana Bisti
© Mariana Bisti
© Mariana Bisti
© Mariana Bisti
© Mariana Bisti
© Mariana Bisti
© Mariana Bisti

Plus d’informations sur l’architecte Eva Sopeoglou : ici.

Les photos: © Mariana Bisti , Elias Sopeoglou

Une maison de vacances signée Cometa architects

© Dimitris Kleanthis

En Grèce, dans un lieu paradisiaque, les architectes de l’agence Cometa ont réalisé une résidence qui habite la pente et octroie de magnifiques panorama à ses habitants. Modernité et tradition se croisent pour un résultat accrocheur.

La maison se situe dans les Cyclades, adaptée au climat méditerranéen, elle s’inspire des constructions traditionnelles tout en affichant des caractéristiques nouvelles. De même, les architectes qui ont utilisé les matériaux locaux donnent une grande importance à l’économie d’énergie.

La maison est destinée pour accueillir une famille de quatre personnes, elle comporte trois entités facilement identifiables. Tandis que l’un des volumes comprend le salon, la salle à manger et la cuisine, les deux autres sont dédiés à la circulation et à la partie nuit. Le matériau principal choisi est la pierre locale, soigneusement fabriquée, elle donne une belle prestation à l’ensemble.

Une technique traditionnelle

L’exercice le plus difficile est le paysage escarpé, c’est pourquoi, les architectes ont opté pour une construction traditionnelle communément appelée «kotounto». Cette technique consiste à séparer par endroits l’édifice de la roche. Mis à part ce procédé traditionnel qui est principalement utilisé pour drainer les eaux provenant de la montagne et laissant les murs et les fondations à sec, la maison comprend une installation de chauffage par le sol. Ce dernier est généré par des radiateurs solaires installés sur le toit. Le refroidissement s’effectue grâce à une ventilation croisée. Enfin, l’eau de pluie est recueillie dans les trois toits et elle stockée dans un réservoir souterrain.

Les architectes ont également conçu tout l’intérieur de la maison, ils ont arrangé l’ensemble avec des meubles minimalistes souvent intégrés dans la structure intérieure blanchie à la chaux, un univers très caractéristiques des îles des Cyclades. Néanmoins, un détail très intéressant peut interpeller les visiteurs, il s’agit de l’utilisation de la corde comme matériau de décoration comme la couverture de la pergola ou la rampe qui mène au deuxième étage. Le projet qui a été achevé en 2016 a remporté une mention honorable pour le Best New Built Project de l’architecture grecque en 2017. Une maison qui est en harmonie avec son environnement.

© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis

Le site de Cometa architects: ici.

Les photos: © Dimitris Kleanthis

Une maison d’hôtes dans une ancienne tour de défense

© George Meitner
© George Meitner

En Grèce, l’architecte Kostas Zouvelos en collaboration avec Kassiani Theodorakakou a réhabilité une ancienne tour de défense pour la transformer en une gracieuse maison d’hôtes tout en s’adaptant aux diverses spécificités de l’architecture régionale. Le résultat est prometteur.

C’est au sud de la Péloponnèse que se trouve le cap Tainaron où prend place la tour de défense qui fait partie des différentes constructions militaires de l’époque  érigées afin de défendre les terres. Ces tours qui ont servi pendant longtemps à chasser les opposants se trouvent aujourd’hui sans destination. La transformation de ce témoin de l’époque en une maison d’hôtes aide à garder l’architecture  tout en lui apportant une nouvelle fonction.

Restauration, préservation et création

L’endroit stratégique où se trouve la construction lui procure une vue imprenable sur les environs que ce soit sur l’arrière pays ou vers le large. Des atouts qui sont censés attirer les visiteurs. La réhabilitation minutieuse procure plusieurs avantages tout en soutenant le caractère historique de la réalisation. Ainsi, la restauration a respecté l’ancienne texture de la maçonnerie, de sorte que l’aspect final de la tour donne l’impression d’un bâtiment qui se dégage de la roche. Par exemple du mortier d’époque, comme le kourasani, a été utilisé en procurant à l’ensemble une plus grande durabilité.

Les quatre étages, avec leurs espaces intérieurs relativement étroits qui se composent de trois chambres avec salle de bains et cuisine commune, ainsi qu’un petit espace pour le petit déjeuner et un autre pour la réception, sont organisés le long d’un axe vertical, permettant aux habitués d’avoir l’expérience unique de se déplacer à travers des escaliers aux ouvertures étroites.

Une piscine creusée dans la roche, adaptée à l’environnement spécifique et respectant la topographie du paysage, a été rajoutée par les architectes.
La tour de défense réhabilitée par Kostas Zouvelos et Kassiani Theodorakakou offre à ses visiteurs une expérience singulière dans un lieu patrimonial chargé d’histoire.

© George Meitner
© George Meitner
© George Meitner
© George Meitner
© George Meitner
© George Meitner

Les architectes du projet sont: Kostas Zouvelos & Kassiani Theodorakakou
Les photos : © George Meitner

A Antiparos, « Ktima House » trace un plaisant trait blanc dans le paysage

© Claudio Reis

Sur l’île grecque d’Antiparos, dans un environnement idyllique, l’architecte Camilo Rebelo en collaboration avec Susana Martins vient de livrer la « Ktima House », une maison d’hôtes en dessous de la résidence principale des propriétaires. Découverte d’un bijou qui avec sa couleur blanche estampille le paysage.

Antiparos est une petite île des Cyclades située à l’ouest de Paros connue par son histoire chaotique. C’est sur une parcelle donnant vers le large que les architectes ont construit leur projet dont l’idée principale a été fondée en se basant sur deux parties: les murs déjà existants et à différents niveaux sur le site ainsi que les plates-formes créés par ces murs. Les façades des deux niveaux de la maison sont formées de deux lignes brisées créées pour suivre les murs existants. La topographie du terrain permet de dissimuler la maison dans le site.

La résidence de deux étages vue d’en haut constitue suivant les architectes une ligne blanche abstraite dans le paysage et vue de la mer la résidence prend une allure fragmentée, elle rappelle les citadelles antiques. Selon les règles de construction de l’île qui notifient que les constructions ne peuvent pas dépasser les dix mètres de haut, la maison se niche dans le paysage et suit la pente.

Côté durabilité, les toits verts garantissent une température constante toute l’année sans le besoin d’un système de refroidissement mécanique. Un patio situé à l’arrière de la maison procure une grande luminosité à l’intérieur. La résidence qui a été réalisée respectant la tradition des constructions locales, adopte des procédés qui consomment peu d’énergie.

L’intérieur est simple, aménagé par goût. De grandes ouvertures donnent de belles vues sur les environs. La résidence est également dotée d’une piscine qui jouxte l’ensemble renforce le contraste avec l’aridité de l’île. La « Ktima House » a été nommée pour le Mies van der Rohe Award 2015 et c’est une originalité à découvrir.

© Claudio Reis

© Claudio Reis

© Claudio Reis

Le site de Camilo Rebelo Arquitecto : ici.
Les photos : © Claudio Reis

Astucieuse…

Il s’agit d’un ancien bâtiment industriel voué à l’abandon. Les architectes grecques de l’agence Klab, ont réhabilité l’ensemble en optimisant l’espace avec une succession de touches astucieuses. Le résultat est une bâtisse fonctionnelle, renouvelée, qui tout en faisant un clin d’œil aux matériaux locaux, affirme une certaine modernité et singularité…

Pour plus d’informations et de photos, voir : ici.
Le site des architectes: ici.
La photo: © Babis Luizidis.