Archives par mot-clé : Genève

Casa CCFF, la charmante réalisation signée Leopold Banchini

© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud

Casa CCFF est une maison remarquable qui flotte au-dessus d’un jardin vierge. Conçu et réalisé par l’architecte Leopold Banchini, l’ensemble, entièrement en bois, affiche une belle allure.

Créer une intimité lumineuse

Imitant les toits des hangars industriels environnants, le grand volume ouvert est rempli de soleil. L’architecte a veillé à conférer des vues soigneusement encadrées sur l’extérieur. Leopold Banchini explique son choix « pour créer une intimité lumineuse dans cet environnement hautement urbain. »

Au premier étage, où tout est sobre et raffiné, deux jardins intérieurs divisent les espaces de vie et mettent la nature au cœur de la maison. La transparence brouille délicieusement les frontières entre l’intérieur et l’extérieur. La couleur blanche qui fait un joli contraste avec l’enveloppe de la maison donne un sentiment de générosité. La luminosité aidante, les espaces deviennent plus vaste et spacieux.

A l’extérieur, sous le volume suspendu, un généreux espace couvert permet de vivre et de stationner. Chaque élément architectural qui compose le plan, est spécialement conçu pour avoir une entité simple et sobre. La Casa CCFF est une maison urbaine respectueuse de l’environnement surplombant la gare industrielle de Genève.

Réduire les coûts de construction

En utilisant des matériaux économiques et la préfabrication, l’architecte  a réduit les coûts de construction au minimum. L’architecte nous explique que, développée en collaboration avec l’ingénieur Marc Walgenwitz, la maison est construite presque entièrement en bois, poussant les capacités structurelles de ce matériau naturel à ses limites et réduisant l’utilisation du béton au strict minimum. De même, atteignant des valeurs d’isolation élevées et maximisant le gain solaire, une petite pompe à chaleur permet d’éviter l’utilisation de combustibles fossiles.

L’ensemble est assemblé en quelques jours par des menuisiers locaux. Ainsi, la petite maison propose une alternative à l’archétype des maisons suisses en béton reposant souvent sur de lourdes fondations. Une architecture simple, sobre à l’intérieur épuré et économe. Tous les ingrédients d’un bon projet qu’il faut découvrir sans tarder !

© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud

Le site de Leopold Banchini Architects: ici.

L’agence est également présente sur Instagram: leopoldbanchini

Les photos: © Dylan Perrenoud

A Genève, l’architecture fantastique au cœur des Grottes

© Sipane Hoh

A Genève, non loin de la gare Cornavin, il existe un intéressant quartier qui vaut le détour. Son architecture? A la fois fantastique et colorée, elle ne peut laisser personne indifférent. Voyage insolite au cœur d’une fraction de ville à l’architecture aussi éclectique que surprenante.

Les Schtroumpfs

Des formes excentriques, des façades aux teintes multiples, parfois même criardes, des murs incurvés, des cages d’escaliers insolites, des poteaux champignons, des balustrades en fer forgé, bienvenue aux « Schtroumpfs », le quartier insolite de la ville.

Arrivés, dans le quartier genevois des Grottes, c’est un étrange complexe d’habitation qui nous interpelle. Surnommés les « Schtroumpfs » par ses habitants, il s’agit d’immeubles dont la ressemblance avec les résidences des personnages bleus est frappante. Néanmoins, réalisés entre 1982 et 1984 par les trois architectes Robert Frei, Christian Hunziker et Georges Berthoud, ces édifices surprenants dont l’architecture nous rappelle le travail de Friedensreich Hundertwasser ou encore d’Antoni Gaudi ont toutes les marques d’un modernisme non-conformiste.

Néanmoins, les « Schtroumpfs » ne sont ni la Hundertwasserhaus, ni la Casa Milà, mais un mélange atypique à l’architecture singulière. Son essence? Un assemblage de formes fluides, de textures et de couleurs, une association inédite que certains vont trouver exagérée et d’autres sublime. Ce qui est intéressant, c’est le regard d’ensemble que nous pouvons avoir sur le quartier entier. Même si chaque entité possède sa propre identité, un certain accord y règne. Un peu comme si les architectes ont tout coordonné. L’implantation des édifices en demi-lune, la végétation environnante, les hauteurs mais aussi les différents accès, les détails soignés, tout semble, malgré le chaos attendu, harmonieux et le résultat est tout simplement exceptionnel.

L’urbanisme sur dalle

Mais comment le complexe le plus insolite de Genève a vu le jour ? Un peu d’histoire moderne s’impose. En 1971, la ville et le canton de Genève ont souhaité, à travers un nouveau  plan de reconstruction, de moderniser la fraction de ville qui se trouvait à l’arrière de la gare Cornavin. Plusieurs architectes, urbanistes, hommes de l’art et ingénieurs étant penchés sur le concept, ont engendré un nouveau plan urbain qui tranchait avec l’ancienne friche existante pour proposer un ensemble de tours futuristes.  

Pour pouvoir mettre le projet en exécution, il a été donc proposé l’application du principe de l’urbanisme sur dalle, utilisée à plusieurs reprise en France comme dans le quartier de la Défense ou le quartier parisien des Olympiades. Sauf qu’à Genève, le projet n’a pas complètement abouti et les tours n’ont jamais été réalisées. Une urbanisme osée qui est restée encore une fois dans les archives.

C’est donc dans les années 80 que sera réalisé le quartier connu tel quel aujourd’hui. L’idée, concernant cette fraction de ville, faisait partie du plan directeur général abandonné mais pas dans son ensemble. C’est ainsi que le quartier des «Schtroumpfs» a vu le jour. Aujourd’hui, loin de faire l’unanimité des habitants de la ville, ce quartier qui s’éloigne sensiblement des standards de l’architecture classique, est devenu une attraction touristique et continue à attirer tout curieux d’architecture.

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Pour plus d’informations concernant l’histoire du quartier, voir : ici.

A lire aussi un recueil très intéressant intitulé :  De la différence urbaine: Le quartier des Grottes.

Les photos : © Sipane Hoh

Comme des gouttes d’eau…

L’idée étant le réaménagement d’un espace public qui se trouve à Genève, l’agence d’architecture 2b a conçu un aménagement artistique qui lie la modernité à l’histoire de la ville. Tout en gardant le pavé élément présent aux alentours de cet espace public, ils ont rajouté des pavés lumineux qui dirigent le visiteur la nuit et évoque la présence millénaire d’un certain port par lequel la ville était connue autrefois. Le résultat une touche discrète et originale à la fois qui donne envie de contempler ces gouttes d’eau étincelante à la nuit tombante…

D’autres blogs qui ont parlé de ce réaménagement: ici.
L’agence d’architecture: 2b.