«Ricciotti, architecte», mais pas que…

«Ricciotti, architecte», mais pas que…

09-Exposition Rudy Ricciotti

L’exposition monographique « Ricciotti, architecte » a ouvert ses portes au public le 11 arvil 2013. L’occasion de la (re)découverte des travaux du grand architecte mais pas que…
Il y a quelques années, la cité de l’architecture avait commencé une nouvelle série d’expositions. Celle dédiée à Claude Parent avait retenue toute mon attention surtout avec la présence des différents croquis affichés.
Cette année, c’est à Rudy Ricciotti d’exposer ses œuvres. Comment montrer trente ans de travaux sans que le visiteur se lasse en pointant sur le strict nécessaire ? Pour Ricciotti, l’essentiel passait par le chantier et l’exposition ne tarde pas de nous le rappeler.
Avant même d’y arriver, une affiche me guide dans les tortueux couloirs du métro de la ligne 6. Une fois la porte de la Cité franchie, direction deuxième sous-sol et passage obligé de la traversée aux couleurs acidulées. Arrivée au bout, l’ambiance change d’aspect, une couleur foncée sur les murs m’accueillit. Ca y est, à partir de là, l’aventure commence dans l’antre de Ricciotti.
16-Exposition Rudy Ricciotti
Une fois sur place, le visiteur est sans doute partagé entre surprise et confusion. Oui, il s’agit bien d’une exposition d’architecture. Mais, où sont les images 3D? Et les maquettes ? Pas de plans, ni de coupes ? Et le film projeté au fond de la salle qui ne parle qu’un langage particulier?
En effet, c’est toute la différence entre n’importe quelle exposition d’architecture et l’exposition « Ricciotti, l’architecte ».
Dans le journal, le Moniteur, dans son article, Jacques-Franck Degioanni a utilisé la formule imagée de « morceaux d’architecture » c’est toute la subtilité de l’exposition, il s’agit d’un retour aux sources même de l’architecture et de l’acte de bâtir. Arriver à capter l’attention du visiteur, en peu de choses le transportant dans un univers différent et pourtant si proche.
28-Exposition Rudy Ricciotti
Pour tout amoureux d’architecture, l’exposition est un condensé d’outils, un poteau Y2A par ici, un élément de toiture par là, un pont du diable ailleurs. On y trouve même une bielle de fixation rangée dans sa boîte transparente. Néanmoins, nous pouvons remarquer quelques imperfections sur ces objets. Négligence ? Surement pas. Il s’agit de montrer chaque matière telle qu’elle a vécu au fil du temps. C‘est un sujet cher à Ricciotti qui est l’un des rares architectes capables de laisser les imperfections dues au travail de la matière, en particulier quand il s’agit du béton. L’exposition même avec ses petits détails reflète la pensée de l’architecte.
37-Exposition Rudy Ricciotti
C’est le moment d’aller au fond de la salle et de voir et surtout d’écouter le film où Ricciotti parle d’architecture. Encore une fois, surprise ! Où sont les discours des grands architectes connus par l’abondance des mots comme « création », « contexte », « couleurs », « influence », « œuvre » etc… ? Le visiteur qui espère ce genre de paroles sera fortement déçu. Ici, Ricciotti parle de béton, d’ouvrage, de radier, d’acier ou de moules. L’architecte explique les tensions dans les ponts ainsi que la chimie qui a aidé à la confection d’un nouveau genre de béton. De même, il loue le travail du maître d’ouvrage, de l’ingénieur, du chef de projet ou des ouvriers. Un langage inattendu certes mais captivant et éloquent.
Finalement l’exposition montre toutes les facettes de l’architecte qu’il est. Rudy Ricciotti l’ingénieur et surtout l’homme viennent compléter cette monographie…

Ces photos ne sont pas libres de droit.
Les photos: © Sipane Hoh

[nggallery id=4]

2 commentaires

Les commentaires sont fermés.