Archives par mot-clé : réhabilitation

En Espagne, Zooco Estudio réalise une charmante réhabilitation

© Imagen Subliminal

Située au nord-ouest de la capitale espagnole, la maison remaniée avec tact par l’agence Zooco Estudio propose des espaces bien proportionnés ainsi que des intérieurs sobres.

Une rénovation complète

Les architectes nous racontent qu’il s’agit de la rénovation complète d’une maison familiale dont l’intervention principale consiste à générer une double hauteur autour de la surface habitable de la maison tout en organisant un lobby à l’étage supérieur.

En tant qu’élément unificateur, une étagère se lève colonisant les espaces de vie et du lobby. De cette façon, nous intégrons l’esthétique et la fonctionnalité dans un seul élément. Le premier tronçon d’escalier est un volume solide et soulevé, contrairement au deuxième qui se développe en une tôle ondulée se pliant et générant les marches.

Textures et matières

La sélection des matériaux est binaire. Il s’agit d’un bois de chêne que l’on trouve dans la finition des surfaces blanches des étagères, des murs et du toit. Au niveau des chambres, les lattes blanches notent la limite du couloir cachant les portes de la salle de bain et de la chambre. Des détails soignés que les architectes ont pensé avec délicatesse, des éléments qui viennent enrichir l’univers intérieur où l’on note une grande sobriété.

Tandis que les grandes baies vitrées donnent la sensation d’amplitude, les différentes textures et matières se croisent pour un effet harmonieux. Les diverses interstices deviennent ainsi un atout tout en gardant leur propre particularité. Les architectes de Zooco Estudio ont accompli un travail d’orfèvre qui mérite d’être récompensé.

© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal

Le site de Zooco Estudio: ici.

 Les photos : © Imagen Subliminal  

En Espagne, Anna & Eugeni Bach reconvertissent une ancienne chocolaterie

© Eugeni Bach

C’est à La Bisbal d’Empordà, une commune située dans la province de Gérone que se trouve le projet. Il s’agit d’une ancienne chocolaterie, d’une surface de 550m², que les architectes ont remanié avec tact pour obtenir une chaleureuse maison aux traits fin et lignes élégantes.

Une typologie curieuse et un espace unique

L’ensemble se trouve dans le centre urbain de la petite ville de La Bisbal, faisant partie d’un pâté de maisons datant de la fin du XIXe siècle qui suit deux des principales routes menant à la vieille ville. Le projet consiste en un petit entrepôt, une ancienne chocolaterie, avec une typologie très curieuse, qui propose un espace unique.

Les architectes nous racontent qu’il s’agit d’une structure à trois étages avec une façade en pierre, chaque étage étant réalisé selon une technique différente. Tandis que le rez-de-chaussée est composé de poutres métalliques supportant une voûte catalane, le premier étage est composé d’une structure principale de poutres métalliques avec une charpente en bois d’une grande beauté. Quant au toit, il est constitué de gros rondins supportant une mince dalle de briques finie avec un toit en tuiles de céramique. Un ensemble caractéristique que les architectes ont su minutieusement manié pour un résultat enchanteur.

Le projet convertit ce qui était initialement un espace industriel, en un studio et un logement pour une famille qui valorise le caractère du bâtiment d’origine. « Le projet propose donc une solution qui permet de profiter des espaces diaphanes d’origine, tout en introduisant de petites modifications et des solutions qui permettent de voir les trois plafonds, malgré la nouvelle répartition spatiale qui nécessite des espaces plus petits. » Déclarent les architectes.

Des utilisations multiples et flexibles

L’escalier d’origine est conservé et un nouvel escalier est ajouté à l’extrémité opposée du bâtiment, ce qui permet des utilisations multiples et flexibles des espaces communs et des différentes pièces. De cette façon, les membres de la famille peuvent profiter de la maison avec un bon niveau d’intimité et d’autonomie.

Compte tenu du fantastique climat méditerranéen de l’Ampurdà, les espaces extérieurs sont adaptés à la nouvelle utilisation, avec une petite piscine au centre du patio entourée par le salon du rez-de-chaussée, le nouveau porche, la cuisine, la salle à manger mais aussi le premier étage terrasse. Un nouvel escalier extérieur est placé sur le porche permettant de faire écho à la flexibilité trouvée à l’intérieur dans l’utilisation des espaces extérieurs.

Avec l’intervention d’Anna & Eugeni Bach, l’ancienne chocolaterie continue à vivre et change de destination pour faire le bonheur de toute une famille ! Une réalisation remarquable que les architectes ont réalisé avec une grande habileté.

© Eugeni Bach
© Eugeni Bach
© Eugeni Bach
© Eugeni Bach

Le site de l’agence Anna & Eugeni Bach  : ici.

Instagram: @eugenibach et @anna_k_bach

Twitter: @AnnaEugeniBach

Les photos : © Eugeni Bach

A Séoul, UNStudio modernise la façade du siège Hanwha

©Rohspace
©Rohspace

Tandis que le bâtiment est resté complètement occupé, l’agence d’architecture mondialement connue UNStudio a métamorphosé le siège du leader mondial du marché des panneaux solaires dans la capitale coréenne Séoul. Un acte osé qui a eu pour but de répondre aux exigences de durabilité les plus récentes.

Rénover l’existant

Sur la base de considérations environnementales, une décision consciente a été prise pour rénover le bâtiment existant, plutôt que d’opter pour la démolition et la nouvelle construction.
Aini, grâce à une méthode de construction efficace, UNStudio et Hanwha ont également pu s’assurer que les employés pouvaient continuer à travailler dans le bâtiment tout au long de l’intervention. Le résultat de ce « remodelage » est un bâtiment avec un climat intérieur sain, un programme extrêmement flexible et une façade entièrement nouvelle et génératrice d’énergie avec des panneaux solaires intégrés. En tant que tel, le bâtiment exprime désormais efficacement l’identité et les ambitions du groupe Hanwha.

Le programme est complexe. La rénovation de la tour de bureaux intègre le remodelage de la façade, la manipulation de l’intérieur des espaces communs, les halls, les espaces de réunion, l’auditorium, les zones exécutives, ainsi que la refonte de l’aménagement paysager.
Situé sur le Cheonggyecheon à Séoul, le bâtiment de 57 696 m² ne reflétait plus les idées de la firme connue comme l’un des principaux fournisseurs de technologies environnementales au monde. Pour le concours de rénovation de la tour, UNStudio s’est associé à Arup (consultant en durabilité et en façade) et Loos van Vliet (paysagiste). Suite à la sélection du design du concours, agLicht a rejoint l’entreprise en tant que consultant en éclairage. Une coopération qui a apporté d’excellent résultats.

Les architectes d’UNStudio nous racontent que la rénovation de la façade et des intérieurs a été réalisée alors que le bâtiment est resté entièrement occupé et fonctionnel, permettant ainsi à l’entreprise de continuer à travailler dans le bâtiment pendant toute la période de construction. Afin de permettre cela, trois étages ont été rénovés à la fois, à l’intérieur et sur la façade. Le choix d’une méthode de construction qui aurait un impact minimal sur le fonctionnement de l’entreprise et sur l’environnement, est un bon exemple pour toutes les parties prenantes dans le processus de construction pour envisager des paramètres alternatifs et des mesures durables qui peuvent être introduites lors de la rénovation des bâtiments existants .

Une façade dynamique

Répondant à la demande que la conception soit guidée par l’environnement, influencée par la nature et entraînée par l’environnement, UNStudio a développé un concept de façade dynamique qui améliore le climat intérieur du bâtiment existant et réagit à la fois à la distribution du programme et à l’emplacement.
« Au moyen d’un geste réducteur et intégré, la conception de la façade du siège de Hanwha met en œuvre des systèmes entièrement inclusifs qui ont un impact significatif sur le climat intérieur du bâtiment, améliorent le confort des utilisateurs et garantissent des niveaux élevés de durabilité et d’accessibilité. Grâce à des stratégies de conception entièrement intégrées, les façades d’aujourd’hui peuvent fournir des enveloppes réactives et performatives qui réagissent à la fois contextuellement et conceptuellement à leur environnement local, tout en déterminant simultanément les conditions intérieures. » Déclare Ben van Berkel.

L’idée générale est d’obtenir un effet de variété, d’irrégularité et de complexité partout sur la façade. Cette expression est manifestée par le soleil et les facteurs d’orientation, ainsi que par le programme. En variant l’emplacement des panneaux de façade, une variété d’ouvertures ont ainsi été créées. De ce fait, la façade nord s’ouvre pour permettre l’éclairage de jour à l’intérieur du bâtiment, tandis que la façade sud devient plus opaque, car le soleil aurait autrement trop d’impact sur la charge thermique du bâtiment. Les ouvertures à l’intérieur de la façade sont davantage liées aux vues. S’ouvrir là où les vues sont possibles, mais devenir plus compactes du côté adjacent aux bâtiments voisins.

L’impact solaire direct sur le bâtiment est réduit par l’ombrage qui est fourni en inclinant le vitrage loin de la lumière directe du soleil, tandis que la partie supérieure de la façade sud est inclinée pour recevoir la lumière directe du soleil. Les cellules photovoltaïques sont placées sur les panneaux opaques sur la façade sud / sud-est dans les zones ouvertes où il y a une quantité optimale de lumière directe du soleil. De plus, les panneaux photovoltaïques sont inclinés dans les zones de la façade où l’énergie solaire peut être mieux récupérée.

Le paysage se poursuit à l’intérieur

La conception fluide du paysage de la place encourage les gens à entrer à l’intérieur de l’immeuble de tous les côtés, tandis que les jardinières multifonctionnelles servent non seulement d’élément d’orientation tout en fournissant des sièges personnalisés. Les différentes zones du paysage peuvent être utilisées pour une gamme d’activités, de la relaxation plus privée aux rassemblements à plus grande échelle.

Dans le concept UNStudio pour le hall du siège social de Hanwha, le paysage se poursuit à l’intérieur et sert de guide, tandis que les matériaux naturels et la plantation offrent un environnement relaxant aux visiteurs. Un jeu de couleurs subtil est combiné avec un mobilier en bois et, dans les accès d’entrée nord et sud, un coin café crée la possibilité d’interaction sociale et d’échange. L’augmentation de la hauteur du sol au plafond des halls d’entrée est soulignée par la nouvelle conception de la façade en augmentant la lumière du jour et en créant des connexions visuelles entre les places extérieures et les deux vestibules.

Dans les halls des ascenseurs, un guidage intuitif à travers des éléments de design intérieur et un éclairage intégré connectent de manière transparente les espaces communs et les couloirs à tous les niveaux de bureau. Ce lien entre les halls des ascenseurs et les zones d’accueil et les couloirs communs crée une identité commune aux différents niveaux, tout en permettant une flexibilité dans les espaces de travail et l’attribution de différents types / tailles de bureaux, maintenant et pour l’avenir.

Des tons de bois chaleureux, des matériaux naturels et des plantations vertes

La stratégie d’orientation continue jusqu’aux salles de réunion, créant des espaces fermés par du verre, avec différents degrés de transparence pour créer une certaine intimité mais aussi suffisamment de translucidité pour garantir des espaces de réunion bien éclairés. Les espaces collectifs desservent tous les employés, réunissant les différents départements et offrant des espaces informels de rassemblement social avec de grandes qualités spatiales et matérielles. Le restaurant du 28ème étage est un espace de repos, de détente et de restauration. Des tons de bois chaleureux, des matériaux naturels et des plantations vertes créent des espaces où les employés du siège peuvent venir se ressourcer et se ressourcer. Le restaurant est divisé en plusieurs zones, chacune proposant différents types de cuisines et de restaurants.

Les différentes salles de conférence au niveau exécutif (niveau 27) ont également subi une rénovation complète. Le design intérieur mélange des zones pour des activités de réunion plus formelles, avec des espaces de réunion plus sociaux et informels. Au niveau exécutif, le concept intérieur combine les principes directeurs de l’orientation à travers l’éclairage et crée dans un grand étage de bureau d’entreprise, plusieurs zones privées et conçues sur mesure qui offrent diverses possibilités de travail et de réunion dans différentes constellations, des petites réunions au travail ciblé, aux grands rassemblements de la salle de réunion. A Séoul, UNStudio a recrée un objet architectural à la fois fonctionnel et séduisant!

©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace

Le site d’UNStudio : ici.

Les photos : ©Rohspace

En Espagne, Zooco Estudio réalise un projet aux lignes pures

© Zooco Estudio
© Zooco Estudio

En Espagne, à l’est de Santander, dans la commune de Güemes, l’agence d’architecture Zooco Estudio basée à Madrid et à Santander, vient de terminer une charmante réhabilitation. Il s’agit d’un ancien étable que les architectes ont reconverti en une maison familiale élégante et aux lignes pures.

Simple et sans prétention

Les architectes nous racontent que le bâtiment existant reproduisait fidèlement le système de construction local. A la fois simple et sans prétention, il était composé de murs en pierre soutenant un toit à pignon en bois avec des tuiles. « La nature de cette intervention architecturale est basée sur un respect absolu envers ce qui existe déjà; respect non seulement envers les matériaux traditionnels utilisés mais aussi envers le type d’espace créé à l’intérieur. » Déclare ainsi les architectes.

Les espaces principaux de la maison sont développés comme une seule unité dans le grand espace central comprenant l’ancienne étable. La nouvelle disposition garde le même cadre neutre et global . Les architectes nous apprennent que seule la chambre principale, cachée derrière une étagère, est séparée de l’espace général. Une deuxième chambre, accessible par l’escalier extérieur du passage d’origine à l’entrée du bâtiment, est située au-dessus de la principale, afin de compléter la hauteur du bâtiment annexe. Pour renforcer cette idée d’un plan d’étage ouvert, une pièce de stockage est intégrée dans le périmètre de l’espace, libérant de l’espace intérieur et mettant en valeur le toit en bois traditionnel.

Les seules modifications partielles de l’architecture existante sont celles apportées aux façades. Les ouvertures existantes ont été agrandies sur les façades orientées à l’est et à l’ouest, avec l’idée d’incorporer la nature et les vues sur les montagnes cantabriques, à l’intérieur de la réalisation. Quant aux façades orientées nord et sud, elles étaient en mauvais état et ont été complètement ouvertes.

Bois, pierre et béton

Une autre caractéristique notable de la maison est son système d’intimité composé de persiennes coulissantes sur la façade orientée sud, donnant aux utilisateurs des lieux une totale liberté de communiquer avec l’extérieur. L’extension a été conçue dans une perspective plus rationnelle. Sa forme en L et sa position sur le site, presque en contact avec le bâtiment existant mais sans le toucher, ont facilité la création d’un espace ouvert entre les bâtiments. C’est là que se trouve la piscine où les meilleures vues du site peuvent être admirées.

Le nouveau volume comprend l’hébergement pour les invités, une salle de réunion, un sauna et un porche de transition placé à côté de la piscine. En ce qui concerne les matériaux, l’intervention a adopté le style existant. Les bois locaux, la pierre de la région, les façades blanches et les carreaux forment ensemble l’esthétique de l’unité. Le béton et la structure métallique offrent un contrepoint contemporain à cet exemple exceptionnel d’architecture traditionnelle cantabrique. Les architectes de Zooco Estudio ont accompli un travail exemplaire qui a donné un résultat enchanteur !

© Zooco Estudio
© Zooco Estudio
© Zooco Estudio
© Zooco Estudio
© Zooco Estudio
© Zooco Estudio
© Zooco Estudio
© Zooco Estudio

Le site de Zooco Estudio : ici.

Les photos : © Zooco Estudio 

Au Portugal, un projet charmant signé Joana Marcelino Studio

© Ivo Tavares Studio

Il s’agit de la réhabilitation et de l’agrandissement d’un immeuble du centre historique de Leiria contenant des logements pour deux familles, un projet complexe que l’architecte Joana Marcelino a mené avec tact. Détails soignés et textures de qualité sont au rendez-vous.

Deux séquences architecturales

L’opération consiste à la récupération totale de la façade existante donnant sur une rue de la ville de Leiria. Un édifice avec les ouvertures dans les couleurs bordeaux et blanches, entourées de pierres. L’extension verticale qui marque la nouvelle phase de construction, quant à elle, est entourée d’une latte en bois blanc marquant ainsi les limites de la construction. L’intersection des deux séquences architecturales dicte l’unicité de ce projet.

L’architecte nous raconte que le toit à pignon, sur l’élévation arrière, comprend un vitrage qui suit la pente de la toiture, et qui marque l’intérieur de l’espace avec une lumière naturelle unique transposant la ville à l’intérieur de la maison et donnant une sensation de générosité de l’espace. À l’intérieur, l’architecture matérialise l’expérience de la famille qui l’habite, influençant positivement les comportements quotidiens et familiaux. « Dans tous les espaces que je conçois, je veux que chacun d’eux ait sa propre identité. » Déclare Joana Marcelino.

L’âme de l’espace est née de l’harmonie du projet

L’escalier, dans le premier niveau, en bois de pin, mène à l’espace commun et familier. La simplicité de cet espace prend forme avec la légèreté architecturale du deuxième escalier positionné au centre, différenciant la cuisine et l’espace de vie. Cependant, la composition de l’escalier, les gardes de corps en acier suspendus au plafond, parviennent à unifier et à marquer une transparence entre les deux entités.

L’étage supérieur, composé des chambres, nous accueille avec une surface à double hauteur, accompagnée du vitrage qui se replie sur le toit, véhiculant une sensation spatiale de verticalité et de projection sur la ville. La mezzanine, composée d’un bureau et d’un espace de loisirs, transmet une profondeur visuelle obtenue par la structure en bois, qui accompagne la toiture et qui entoure les ouvertures. Ces deux lucarnes possèdent une vue privilégiée qui s’ouvre directement sur le château de la ville de Leiria.

L’âme de l’espace est née de l’harmonie du projet entre l’existant, la réhabilitation et l’expansion mais aussi de l’uniformité entre les matériaux utilisés. En effet, l’architecte a combiné avec adresse les différentes nuances et textures pour un résultat fin et élégant. Un projet à découvrir sans tarder !

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Joana Marcelino Studio : ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

A Bahreïn, un édifice épuré qui abrite les archives architecturales

© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud

La maison du patrimoine architectural (House of Architectural Heritage) est un centre qui abrite la collection d’archives de croquis et de dessins de l’architecte John Yarwood, ainsi qu’un espace d’exposition dédié à l’architecture. L’ensemble, réalisé avec tact par les architectes Noura Al Sayeh et Leopold Banchini affiche une belle allure.

Un riche patrimoine architectural

Les architectes nous racontent que John Yarwood a résidé dans la ville de Muharraq entre 1983 et 1985, alors qu’il était à la tête du département de rénovation urbaine au ministère du logement et il est tombé amoureux de la ville. Son affection pour l’exploration et la documentation a trouvé une excellente opportunité dans le riche patrimoine architectural qu’il a côtoyé. Aujourd’hui, ses croquis et dessins ainsi que ses photographies restent l’une des sources les plus importantes de documentation sur le patrimoine architectural de Muharraq dont malheureusement beaucoup a été détruit depuis les années 1980.

Le projet est conçu comme une structure de poutres qui vient encadrer les murs existants des deux bâtiments voisins servant de vitrine au patrimoine architectural de la ville. Les façades intérieures en verre peuvent être complètement s’ouvrir vers le voisinage.

Les architectes soulignent que les documents d’archives de John Yarwood sont exposés et stockés sur une mezzanine à côté d’une petite bibliothèque d’architecture, à la hauteur de la poutre en béton protégée de la lumière directe du soleil. Les deux façades principales contiennent deux portes coulissantes qui peuvent être levées à la hauteur de la poutre, ouvrant complètement l’espace d’exposition aux rues et transformant le bâtiment en passage public.

Le projet a été commandé par le Shaikh Ebrahim Center for Culture & Research, une ONG créée en 2002 à Muharraq Bahreïn par la Shaikha Mai bint Mohammed Al Khalifa. Le centre a été à l’avant-garde de la conservation des maisons traditionnelles à Muharraq en particulier et à Bahreïn en général, et a rénové, à ce jour et conservé plus de 15 bâtiments traditionnels.

Une bande de terre étroite et vide

Le projet est né du désir de construire une maison permanente pour les archives de John Yarwood, un architecte qui avait vécu à Muharraq dans les années 1980 et avait largement documenté et arpenté son patrimoine architectural. Le terrain identifié pour le projet était une bande de terre étroite et vide, adjacent à la maison Abdullah Al Zayed pour le patrimoine de la presse, un autre bâtiment qui avait été restauré auparavant.

Le centre avait initialement pensé reconstruire une maison de manière traditionnelle mais après une conversation fortuite avec les architectes (Noura Al Sayeh Holtrop et Leopold Banchini), il a été convenu que pour une maison qui devait montrer et représenter le patrimoine architectural de Muharraq, il serait mieux adapté de construire un projet qui le représenterait par son expression architecturale contemporaine et non par une reconstruction de l’ancien avec des matériaux modernes.

Néanmoins, le programme est simple, il s’agit d’héberger les archives de John Yarwood, d’y rajouter une petite bibliothèque qui présente l’architecture de Muharraq et de lui indexer un petit espace d’exposition. Le projet a été mis en œuvre conformément au premier croquis initial et aux dessins de développement ultérieurs, et est activement utilisé comme espace d’exposition pour l’architecture dans la ville. À ce jour, il a accueilli trois expositions différentes depuis son ouverture il y a plus d’un an. L’exposition inaugurale comportait des croquis de John Yarwood de maisons qui avaient depuis été démolies.

Le bâtiment est construit en béton armé, avec une poutre qui couvre la largeur de 26m reliant les deux côtés de la rue. Le béton armé est juxtaposé aux autres matériaux de construction de la ville, la pierre de corail, les gravats de pierre de corail, les blocs de construction qui sont également laissés à l’état brut. Les murs existants ont été peints dans une fine couche de chaux qui unit les différents murs existants des bâtiments adjacents dans une couleur similaire tout en conservant l’expression matérielle différente de chacun, créant un espace cohérent à l’intérieur du bâtiment.

Un intervalle silencieux ouvert sur la ville

La structure en béton est isolée thermiquement, tandis que l’espace interne est protégé de la lumière directe du soleil, ce qui réduit considérablement le besoin de refroidissement. Pendant les mois les plus chauds, les portes pliantes sont maintenues fermées et le bâtiment est isolé thermiquement du climat chaud. Pendant les mois les plus froids, les fenêtres restent ouvertes et le bâtiment peut donc être naturellement ventilé de manière transversale.

La façade intérieure en verre pliable du bâtiment a été réalisée localement par un petit atelier d’acier qui a soudé manuellement toute la charpente métallique. Le rythme de ces petites fenêtres pliables fait un clin d’œil aux divers bâtiments traditionnels en pierre de corail de la ville. Le projet aborde à travers sa conception architecturale les défis de la création d’espaces d’exposition et culturels qui détiennent une approche plus participative des communautés locales.

En proposant un espace totalement ouvert sur la rue, le projet tente de proposer une nouvelle typologie d’exposition plus inclusive. En s’insérant soigneusement dans un tissu urbain serré et en conservant l’existant, le projet crée un bel intervalle silencieux ouvert sur la ville. En tant que l’un des seuls espaces dédiés d’exposition et de débat autour de l’architecture, le projet a été très bien accueilli et visité à la fois par la communauté locale et les praticiens et étudiants en architecture locaux et régionaux. Les architectes ont également participé à la programmation des expositions et des conférences et ont été reconnaissants d’avoir eu la possibilité de programmer l’espace de la manière dont il devait être utilisé.

A Bahreïn, la maison du patrimoine architectural (House of Architectural Heritage) est un nouveau rendez-vous avec la culture !

© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud

Le site de Leopold Banchini Architects: ici. L’agence est également présente sur Instagram: leopoldbanchini

Les photos: © Dylan Perrenoud