Archives par mot-clé : Gio Ponti

Ne faut-il pas sauver la cathédrale de Tarente de Gio Ponti?

© Sipane Hoh

Cet été je suis allée à Tarente dans l’intention de visiter entre autres la cathédrale construite par Gio Ponti. Une fois sur place, quelle déception ! L’une des œuvres majeures du grand architecte présente des signes de fatigue. La question des constructions modernes et leur sort reste toujours d’actualité.

L’architecte du fameux gratte-ciel milanais, la Tour Pirelli, a construit également à Tarente, dans le sud de l’Italie, une remarquable cathédrale. En béton, de couleur blanche, avec sa façade en dentelle et sa position dans la ville, elle ne laisse personne indifférent. Cependant, depuis un petit moment, la construction semble être malade. Une réhabilitation devrait lui procurer son éclat d’autrefois. C’est pourquoi, selon le journal italien Artribune depuis quelques mois, plusieurs voix s’élèvent dont celle de l’architecte, historien et critique Marco Romanelli qui est l’associé de la fille de Gio Ponti; il demande une intervention rapide pour éviter la déshérence de l’une des pièces essentielles de l’architecture religieuse moderne de Tarente.

J’apprends par la même source qu’ont été envisagées au mois de Mars dernier, des journées portes ouvertes dans le but de faire connaître l’œuvre architecturale au public. C’est ainsi que ce dernier a appris à connaître, découvrir, redécouvrir ainsi qu’apprécier à sa juste valeur cette construction qui, malgré ses quelques défaillances, reste un inébranlable témoin de l’architecture moderne italienne.

Il s’avère que pendant ces fameuses journées, les alentours de la cathédrale ont été nettoyés et choyés, une action qui met encore plus en avant la valeur ajoutée de l’édifice. En effet, ce dernier, construit entre 1967 et 1970 a été commandé par l’évêque de Tarente. Aujourd’hui, cette construction moderne souffle à peine ses cinquante bougies et malgré les quelques interventions et travaux de restauration qui ont ciblé son intérieur, elle a besoin d’une réhabilitation lourde capable de la hisser de nouveau sur la scène de l’architecture internationale.

 

L’emblématique…Pirelli

Elle s’appelle «Pirelli» et c’est la plus haute tour de la ville de Milan, en Italie.A l’image de la tour Montparnasse qui constitue l’un des nombreux monuments parisiens, cette tour de 127 mètres est considérée comme l’un des emblèmes qui caractérisent la ville de Milan.

Symbole d’un renouveau pour une ville qui voulait sortir de son passé industriel, cette tour construite en 1958, a marqué un tournant décisif dans toute la région de Lombardie.

Son architecte ? Un artiste italien connu par ses livres, ses enseignements et ses réalisations mondiales. Il s’agit de Gio Ponti le directeur du fameux journal d’architecture «Domus» (encore publié aujourd’hui).

Une visite récente à Milan m’a guidée vers cette tour aux allures fières, celle qui malgré son âge a gardé sa jeune apparence. Quelques photos qui résultent de cette rencontre au cœur de la ville entre gare et grues…