Archives par mot-clé : logements

logements

A Portland, une élégante tour résidentielle signée Skylab

© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.

Située de l’autre côté de la rivière Willamette, dans le centre-ville de Portland, le YARD est un immeuble de logements à usage mixte de 21 étages et de 343 100 pieds carrés qui s’élève au-dessus du célèbre pont Burnside. Un projet élégant réalisé par l’agence d’architecture Skylab.

Logements avec vue

La dalle est composée d’un ensemble de plantations indigènes qui profitent aux habitants. La forme de toit plié rappelle de manière abstraite la pente naturelle du site riverain. Le paysage est à la fois ouvert au public et aux acquéreurs offrant des installations de spa, de remise en forme et de travail collaboratif qui profitent des vues incomparables du centre-ville de Portland.

Les 284 unités résidentielles de l’immeuble, dont 20% sont réservés aux résidents de faibles revenus, constituent un mélange de studios et d’appartements à une et deux chambres. Les architectes nous confient que le site n’était pas sans défis, en effet, PLU oblige, 40% du site était limité à la construction de cinq ou six étages au maximum. Pour résoudre les différentes contraintes, la tour a été décalée hors axe et encadrée par deux moitiés de dalles. L’aspect extérieur du bâtiment est défini par une façade en métal bronze anodisé de couleur brun chocolat, contrastant avec les fenêtres en verre réfléchissant. Ensemble, le revêtement et le système de fenêtres incarnent l’esprit du projet qui explore comment des mouvements simples et des produits de base peuvent être mis en avant grâce à de simples modifications.

Une esthétique décontractée

À l’intérieur, une esthétique décontractée définit les espaces communs du bâtiment. Les équipements des appartements comprennent des plaques de cuisson en verre et des comptoirs en granit, la technologie de la maison intelligente est présente dans certaines unités. Les espaces communs de coworking et le salon encouragent une atmosphère sociable, en particulier concernant les parties intérieures et extérieures partagées se trouvant sur la dalle paysagère. Par ailleurs, un spa populaire baptisé Knot Springs ainsi qu’un club axé sur la santé et le bien-être est situé aux 4ème et 5ème étages. A noter que Skylab était également responsable de la conception de cet espace.

La conception de Knot Springs a été inspirée par les sources chaudes qui se trouvent dans le désert d’Alvord dans le sud-est de l’Oregon. Le paysage surélevé de la cour et la structure en béton ondulent dans les bassins et le gymnase rappelant le talus de la rivière autochtone. Le spa s’ouvre sur le paysage, permettant la circulation à travers un couloir en plein air vers des destinations respectives dans un voyage de bien-être. La palette Knot Springs s’inspire des matériaux primaires pour rehausser les bassins d’eau en utilisant du bois, du verre, de l’acier et du béton, le tout en appliquant des procédés durables et efficaces. Les graphiques, le plafond végétal en macramé et les petits détails attirent l’attention. Notons que le béton et le bois ont été utilisés de manière holistique.

Tisser le bâtiment dans le paysage urbain

La tour, la porosité du podium et les vastes espaces extérieurs se combinent pour tisser le bâtiment dans le paysage urbain. « Il invite la rue et le public à entrer dans le bâtiment », explique Jeff Kovel, le fondateur de Skylab qui rajoute par ailleurs : « Nous sommes à une époque où les bâtiments sont presque devenus des communautés fermées, et nous avons vraiment décidé de créer l’antithèse de cela. Je pense que c’est en grande partie la raison pour laquelle les gens aiment y vivre. Ils ont l’impression qu’il s’agit d’un centre social et les connectent, à d’autres personnes et à la vie créative de la ville. » A Portland, les architectes de Skylab ont réalisé un projet gracieux, ouvert sur l’extérieur et concentrant de nombreuses qualités.

© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.

Le site de Skylab Architecture: ici.

Instagram : @skylabarchitecture

Les photos : © Maria Lamb, Stephen Miller et Brian Walker Lee.

L’équipe du projet : Architecture et architecture intérieure: Skylab; Client: Key Development Corporation; Maîtrise d’ouvrage: Andersen Construction; Ingénieur civil: Harper Houf Peterson Righellis – Inc.; Ingénieur de structure: KPFF Consulting Engineers; Ingénieur mécanique, fluides : PAE Consulting Engineers; Ingénierie géotechnique: GeoDesign Inc.; Paysagisme: 2.ink Studio; Eclairage: LUMA Lighting Design; Acoustique: SSA Acoustics, LLP; Ingénierie géotechnique: GeoDesign Inc.; Géomètre-expert: Blue Dot Group; Consultant d’acoustique: SSA Acoustics, LLP; Consultant enveloppe de l’immeuble: The Façade Group, LLC; Graphisme: Open Studio Collective.

A Lanzarote, Zooco Estudio réalise un élégant complexe hôtelier

© Imagen Subliminal

Dans l’archipel des Canaries, à Lanzarote, l’agence d’architecture Zooco Estudio vient de terminer la réalisation d’un complexe hôtelier aux lignes pures et aux formes simples. Textures et matières se croisent pour un résultat enchanteur.

Une belle relation entre intérieur et extérieur

Le projet du complexe hôtelier est situé dans la zone centre-est de l’île de Lanzarote. Les architectes nous racontent que la parcelle de 19.162 m² possède une forme rectangulaire et comprend, grâce à cette intervention, de petites constructions blanches qui sont situées et regroupées générant deux espaces centraux proposant une belle relation entre intérieur et extérieur.

Pour renforcer l’unicité de l’ensemble, les ornements ainsi que les éléments décoratifs ont été dépouillés. Les architectes ont choisi la couleur blanche existante comme base ainsi que le bleu pour toutes les menuiseries extérieures et les clôtures. Tandis que l’utilisation du verre, du basalte et du bambou, génèrent des traits harmonieux en accord avec l’environnement. Une forme particulière commune est répétée dans tout le complexe. Donnons l’exemple de l’utilisation d’un treillis avec divers matériaux qui est représenté à l’intérieur des chambres mais aussi dans la porte en verre qui donne sur la salle de bain mais aussi à l’extérieur du complexe, en bleu métallique.

Des typologies variées

Les petits immeubles, de deux et trois niveaux abritent les logements de typologies variées, qui comptent des chambres doubles avec salon mais aussi des studios et appartements avec cuisine. Toutes les unités ont été réformées, suivant les mêmes critères quel que soit le type du logement. Une palette de couleurs douces est utilisée. Le blanc, le beige et le gris véhiculent un univers paisible. Le bois, rehaussé de quelques petites touches de bleu, tant dans la menuiserie que dans les éléments en céramique apporte un sentiment de chaleur. Les détails ont été soigneusement étudiés pour une ambiance élégante et sobre.

Au nord-ouest, se trouve un bâtiment au rez-de-chaussée, qui a été entièrement rénové. Il abrite la réception de l’hôtel, la salle de vente, la salle de sport et une zone de service avec blanchisserie, et des espaces dédiés au personnel de l’hôtel. Tandis que le bureau d’accueil, le back office, les toilettes, les bureaux et les espaces de vie se trouvent dans un autre volume. Dans la zone sud-est se trouve le restaurant buffet qui a été rénové et où une terrasse fermée a été agrandie. La végétation a été introduite à l’intérieur, générant des murs végétaux verticaux, qui répartissent sur différents espaces. Un peu plus loin, sur l’autre place, un nouveau bâtiment en pierre basaltique a été construit, il s’agit d’un élégant pool-bar où les habitués des lieux peuvent se rencontrer. Cet espace se caractérise par de grandes pergolas en bambou qui possèdent différentes hauteurs et qui génèrent des espaces extérieurs protégés du soleil.

Les intérieurs sont à l’image des extérieurs, à la fois sobres et épurés. A Lanzarote, les architectes de Zooco Estudio ont accompli un travail minutieux à découvrir sans tarder.

© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal

Le site de Zooco Estudio : ici.

Les photos : © Imagen Subliminal  

A Porto, une élégante réhabilitation signée Anarchlab

© Ivo Tavares Studio

C’est un ensemble complet que l’agence d’architecture portugaise Anarchlab dirigée par Pedro Ribeiro da Silva vient de terminer. Une réhabilitation lourde couplée d’une minutieuse reconversion que les architectes ont mené avec tact. Un projet où les textures et les matières se croisent pour un résultat séduisant.

Trois bâtiments pour une même signature

Au Portugal, à Porto, le bâtiment récemment rénové fait partie d’un ensemble de constructions commandées par la société Fábrica de Cerâmica das Devesas. Le complexe servait d’entrepôt et de vitrine pour les différents produits fabriqués à l’époque par la même entreprise. L’agence Anarchlab a été mandaté pour mener à bien ce projet.

L’ensemble se compose de trois bâtiments. Nous pouvons y trouver un grand immeuble conçu pour des bureaux, un entrepôt de produits, un magasin, un hall d’exposition mais aussi une vitrine avec une façade imposante face à la Rua José Falcão. Le bâtiment rénové était l’atelier de marbre, mais il fonctionnait également, à son dernier étage, comme une habitation. Parmi les divers volumes du complexe, il existe également une maison qui appartenait à Feliciano Rodrigues da Rocha, l’un des trois partenaires de l’enseigne.

L’ancien atelier de marbre est situé sur la Rua da Conceição, avec une cour commune située entre le bâtiment et l’entrepôt. Cet atrium fonctionne comme un joli espace qui lie entre les deux, articulant les façades des deux rues celle de la Rua José Falcão et la Rua da Conceição.

Bien qu’il ait été classé monument d’intérêt public, tout l’intérieur du bâtiment était complètement démoli au début du projet. Ont été gardé seulement les façades et les toits de l’original construction. Les architectes nous racontent que l’inévitable transformation programmatique a pris en compte l’héritage historique et architectural du bâtiment d’origine qui avait résisté aux aléas du temps. Les façades principales et celles qui sont orientées vers l’est ont été entièrement réhabilitées sans aucune modification tandis que la façade sud, déjà remaniée à l’époque, a pris une grande importance. Elle se démarque aujourd’hui par sa nouvelle palette de couleurs et l’introduction d’une fenêtre ronde en verre qui donne l’équilibre géométrique à l’ensemble et rétablit la communication avec son voisinage.

Faire revivre le lieu

À l’intérieur de l’ancien entrepôt en pierre tout est maintenue. La morphologie est similaire à l’original, le visiteur est accueilli par un vaste espace commun, baigné de lumière naturelle, qui révèle la hauteur saisissante de l’espace intérieur, complètement imperceptible de la rue. La structure qui renforce toute la construction existante est perceptible, le toit rénové et le dernier étage qui se caractérise par ses grands puits de lumière en verre laissant entrer la lumière naturelle, conserve l’ambiance industrielle de l’ancien bâtiment.

L’ensemble résidentiel comporte douze appartements qui vont du type loft avec mezzanine aux résidences de deux chambres. Ces derniers sont répartis sur les deux étages principaux tandis que le dernier niveau qui est de petite superficie est constitué des mezzanines des lofts. L’intérieur est organisé par la distribution soignée de volumes simples comme les armoires, les cuisines et les salles de bains. Un petit clin d’œil à la frugalité monolithique de l’entrepôt d’origine de l’ancienne usine de céramique. Les tons utilisés sont neutres nous pouvons y trouver le gris et le noir qui se marient avec le plancher de bois. L’ensemble dégage un sentiment de sérénité et les textures et matières utilisées se croisent merveilleusement pour faire revivre le lieu. La réhabilitation de l’agence Anarchlab ressemble à une intervention chirurgicale à la fois délicate et adaptée, une intervention élégante à découvrir sans tarder !

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de l’agence Anarchlab (Pedro Ribeiro da Silva en collaboration avec Fábio Peixoto et José Azevedo) : ici.

Facebook: www.facebook.com/anarchlab ; Instagram: www.instagram.com/anarchlab/

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio ;

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

A Paris, l’Ancienne Comédie entame sa mue

© Gregory Copitet

C’est un programme complexe mené avec une grande parcimonie que les architectes de l’agence Raf Listowski Atelier d’architecture viennent de livrer. Un lieu mythique qui a fait l’objet de plusieurs mutations avant de trouver sa dernière vocation. Il s’agit d’abriter quatre logements et deux bureaux, un ensemble qui respecte le contexte et porte la fine signature de son architecte.

Un travail minutieux

La réhabilitation complète de l’édifice situé dans la cour d’un immeuble au 14, rue de l’Ancienne-Comédie dans le 6ème arrondissement parisien se concentre avant tout, selon les architectes, sur l’ancienne cage de scène. Un important élément architectural signé de François II d’Orbay. Intervenir sur un bâtiment historique n’est pas une chose facile surtout quand il faut à la fois réhabiliter pour la mise aux normes, repenser l’espace mais aussi redonner une nouvelle vie aux différentes superficies. Un travail minutieux que Raf Listowski Atelier d’architecture a mené avec brio.  

Nous savons par ailleurs, qu’au fil des années, l’édifice a fait l’objet de nombreuses transformations qu’elles soient fonctionnelles et formelles. Il y a eu la démolition de la salle qui occupait l’actuel volume de la cour, la modification en immeuble des parties sur rue contenant les distributions et le foyer,la  transformation du volume de la scène en ateliers de décors, ateliers de stockage ainsi qu’à la fin du XXe siècle la métamorphose en immeuble de bureaux. Divers changements, différentes destinations pour un emplacement de qualité.

Le projet consiste en un remaniement complet. Notons que l’ensemble des éléments présentant une valeur historique ou artistique ont nécessité une étude historique et scientifique menée à la demande de la ville de Paris et de la direction du patrimoine du ministère de la culture et de la communication. La recherche des architectes était méticuleuse, elle s’est portée vers une expression architecturale qui s’adapte à un immeuble de bureaux sans négliger la question de la promiscuité entre les différentes entités donnant sur la cour. La nouvelle façade, en retrait par rapport à l’alignement actuel, était donc le résultat de la typologie des logements.

Polyvalence et simplicité

Chacun des quatre logements occupe un étage entier, tandis que le rez-de-chaussée, le premier étage ainsi que l’entresol sont réaménagés en locaux professionnels. Les architectes ont conçu une entrée commune qui mène à la fois aux locaux professionnels et aux logements.  Par ailleurs, l’ensemble de la distribution verticale de l’immeuble a été repensé. Afin de dégager la façade sur cour, les deux escaliers préexistants ont été remplacés par un seul ouvrage installé au fond de l’édifice. Les architectes ont veillé également à garder entre autres les ossatures de la toiture et du dessous de scène ainsi que la couverture existante, en témoignage à l’histoire du bâtiment. Un petit coup de cœur pour le dernier étage où l’ancienne charpente se dévoile dans toute sa splendeur.

Polyvalence et simplicité sont les mots d’ordre de l’intervention. Les architectes ont privilégié le même traitement aux squelettes des locaux professionnels ainsi que ceux des logements. Les espaces intérieurs sont lumineux grâce à un interstice découpée avec tact à l’arrière du bâtiment. Quant au pied de l’immeuble, il a été entièrement rénové, la cour anglaise également. L’immeuble étant désormais en plain-pied, les escaliers et la bordure de trottoir ont été dégagés. Des interventions chirurgicales qui ont participé à la transformation radicale de l’édifice. Ce dernier, métamorphosé grâce à Raf Listowski Atelier d’architecture, entame ainsi une nouvelle vie.

© Gregory Copitet
© Gregory Copitet
© Gregory Copitet
© Gregory Copitet
© Gregory Copitet

Le site de Raf Listowski Atelier d’architecture : ici.

Les photos : © Gregory Copitet

Quand Ilan Pivko conçoit une nouvelle icône pour la ville

© Ilan Pivko Architects

Le groupe Hagag Brothers vient de commencer la construction d’un nouveau projet. Ce dernier, composé d’appartements de luxe et d’un hôtel cinq étoile est situé sur le port de Tel-Aviv et porte la gracieuse signature d’Ilan Pivko. Un projet aux lignes pures qui deviendra une importante référence pour la ville.  

Elle s’inspire de l’art cubiste

Situé À 50 mètres (environ 164 pieds) du front de mer, le projet comprend 40 appartements exclusivement de luxe avec un hôtel cinq étoiles. Baptisé Port Tel Aviv, l’ensemble, conçu par l’agence Ilan Pivko Architects, s’inspire de l’art cubiste de Pablo Picasso et Georges Braque.

La propriété de dix étages est située au cœur du port, dans un quartier très convoité. Tandis que la boutique et l’hôtel occuperont les deux premiers étages et offriront 44 chambres et suites, les sept derniers étages comportent 40 luxueux appartements, deux mini-penthouses avec piscine privée et deux penthouses exclusifs de cinq chambres avec terrasses et piscines privées sur le toit. En somme, des espaces généreux pour une clientèle aisée.

Dans son aperçu, la conception semble d’inspiration moderniste, elle fusionne parfaitement l’art et l’architecture. Les architectes nous expliquent que chaque étage dispose de terrasses privées encastrées enveloppantes avec des mosaïques des façades qui offrent à la fois une protection « brise soleil », ce qui réduit le gain de chaleur à l’intérieur du bâtiment en déviant la lumière du soleil. Les espaces de vie sont conçus pour maximiser la lumière méditerranéenne avec intérieurs ouverts lumineux, planchers luxueux et des hauts plafonds qui offrent une vue dégagée sur l’extérieur.

En tant que l’un des quartiers les plus dynamiques de Tel Aviv, l’emplacement allie loisirs et commodité à l’accès aux plages mais aussi aux diverses zones de loisirs comme les parcs, les  restaurants renommés, les marchés fermiers et les boutiques de mode. Depuis plusieurs années, la partie nord de la ville se développe de plus en plus, elle contient désormais une architecture nouvelle bien différente de l’architecture Bauhaus de renommée mondiale datant des années 1930 mais capable d’apporter un nouveau souffle à la ville blanche.

Et développe un langage architectural à part entière

L’idée originale d’Ilan Pivko, se base sur une utilisation tout à fait unique et optimale de l’ombre et de la lumière, s’inspirant des pionniers du mouvement cubiste du design et développant un langage architectural à part entière. Fidèle à la façade cubiste artistique du bâtiment, le hall du rez-de-chaussée à double hauteur fournira une collection en constante évolution d’œuvres d’art et de pièces exclusives d’artistes israéliens contemporains. Le rez-de-chaussée du bâtiment comprendra également une équipe de conciergerie tout en offrant un accès par ascenseur privé pour les résidents. Ces derniers auront également un accès privilégié aux équipements de luxe de l’hôtel.

Au rez-de-chaussée, l’ hôtel est prévu d’inclure de spacieux salons, un restaurant et un bar à cocktails couvrant toute la profondeur du bâtiment, mais aussi un deuxième salon / bar à cocktails et cinéma, un centre de conférence avec salles de réunion d’affaires et des salles à manger privées. Les fenêtres du sol au plafond et les portes vitrées s’ouvrent sur de spacieux ponts extérieurs en bois. Plus haut, tous les appartements disposent d’une spacieuse salle de réception avec une cuisine s’ouvrant sur une terrasse de loisirs privée à colombages. Deux des appartements de quatre chambres du huitième étage disposent de leurs propres piscines privées. Au neuvième et au dixième étage du bâtiment se trouvent deux magnifiques penthouses de cinq chambres. Un programme assez complexe vu le nombre de différents espaces qu’il contient.

Tous les appartements font face à la mer et bénéficient d’intérieurs lumineux. Les terrasses extérieures sont habilement conçues avec des brise-soleil mobiles innovants dans le but de protéger les résidents du soleil. Côté matériaux, nous pouvons trouver le verre, l’acier, le marbre et le chêne. De même, tous les appartements seront équipés des dernières technologies de pointe. Conçu pour créer une destination qui offre à la fois une maison et un style de vie luxueux, le projet deviendra très vite une icône dans la ville.

© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects

Le site de l’architecte Ilan Pivko : ici.

Le site de Hagag Group : ici.

Les photos : © Ilan Pivko Architects

A Nantes, a/LTA réalise des logements généreux

© Stéphane Chalmeau

La vie citadine peut-elle se réconcilier avec les lieux de rencontres et les logements généreux ? La réponse vient de l’agence a/LTA ( Maxime Le Trionnaire et Gwénaël Le Chapelin) qui livre à Nantes un projet qui, tout en privilégiant le piéton, offre des espaces confortables à ses habitants.

Une véritable cour urbaine

L’agence a/LTA n’est pas à son premier programme de logements. En effet, De Rennes à Nantes en passant par Saint-Malo, ses réalisations aux traits épurées privilégient l’être humain. Ce dernier se trouve au cœur même de la conception. A Nantes, le projet de 45 logements donne encore une fois l’exemple.

La ZAC Erdre-Porterie qui se trouve non loin de Nantes est entouré d’une belle végétation. Nous pouvons y trouver des espaces boisés qui forment déjà le contexte. La réalisation prend place entre un cheminement piéton boisé donnant sur le nord et la cour du nouveau collège qui se trouve au sud. Soucieux de la préservation des qualités du site, les architectes ont proposé une véritable cour urbaine où de nombreuses transparences visuelles mettent en avant la nature environnante.

Dans le but de créer des perméabilités au sein même de l’îlot, le projet est constitué de trois entités distinctes. Tandis que le cœur d’îlot comprend une agréable prairie arborée, de nombreuses percées offrent des vues dégagées sur les environs. Par ailleurs, le socle fait l’objet d’une attention particulière dans le choix d’un traitement paysager soigné ce qui l’ancre dans son environnement végétalisé.

Répondre aux divers besoins des habitants

La parcelle dispose d’un accès unique, qui dessert directement le parking, depuis la route à l’ouest. Les petites ruelles qui permettant d’entrer dans le cœur d’îlot et qui constituent d’agréables espaces de rencontres, sont en partie traitées en dallage. Les architectes nous expliquent que c’est « pour faire la transition entre la rue et les entrées des bâtiments. » En effet, ils ont agencé l’ensemble d’une manière à répondre aux divers besoins des habitants. Notons par exemple, l’existence d’une table de pique-nique qui crée un espace partagé autour de celle-ci. Ces divers éléments sont mis à distance des terrasses qui donnent sur le cœur d’îlot, par la plantation de quelques massifs plantés. Une ambiance joyeuse et champêtre se dégage de l’ensemble.

Mis à part les espaces intérieurs à la fois épurés, confortables et très lumineux, la générosité dans les espaces extérieurs permet, selon les architectes, de profiter pleinement de leurs terrasses et de participer à l’animation du quartier. Tandis que l’ensemble des volumes bâtis se caractérise par la couleur blanche, les garde-corps sont en verre et ils favorisent les reflets de l’environnement proche. Assis à leurs terrasses les habitants se croiraient presque en plein nature, un argument de taille que cherchent de plus en plus de citadins. Fidèle à ses principes, l’agence a/LTA a, encore une fois surpris par un projet qui s’adapte parfaitement au lieu.

© Stéphane Chalmeau
© Stéphane Chalmeau
© Stéphane Chalmeau
© Stéphane Chalmeau
© Stéphane Chalmeau

Le site de l’agence a/LTA : ici.
Les photos : © Stéphane Chalmeau