Archives par mot-clé : intérieur

Et si l’architecture contribuait à adoucir certaines phobies ?


C’est dans le village de Best, au Pays-Bas que se trouve cette originalité.
Qu’est-ce pourrait être cette construction neuve qui fait un clin d’œil aux traits de l’architecture locale et se niche dans ce cadre verdoyant ?
Une maison d’hôtes? Une cabane ? Ni l’une ni l’autre, bien qu’il s’agisse d’une extension à une ancienne villa déjà existante.
Le projet est signé des architectes Harm Timmermans et Pieter Heymans de l’agence « Shift Architecture Urbanism » et il s’agit à notre grande surprise d’un cabinet dentaire entouré d’un environnement agréable qui pourrait ne serait-ce que par sa forme et son ambiance adoucir certaines phobies et c’est à découvrir : ici.
Le site des architectes : ici.
Les photos : © Shift Architecture Urbanism.

Une remarquable transformation…

C’est l’architecte d’intérieur Christian Speck de l’agence Formzone qui a aménagé une maison datant du XVème siècle. Un travail titanesque pour une habitation qui n’a connu aucun habitant ces cent dernières années. Le bois se mêle agréablement aux anciennes pierres et la couleur blanche rend l’ensemble plus lumineux. L’aménagement présente des lignes épurées et des détails soignés. C’est une remarquable transformation  qui a su tout simplement magnifier l’ancien…

Pour plus d’informations et de photos, voir : ici.
Le site de Formzone: ici.
La photo : © Formzone.

« L’atelier sur les toits »

Après avoir déménagé d’ateliers en ateliers et passé près de six mois dans le célèbre ex-squat d’artistes du 59 rue de Rivoli à Paris, William Boujon et Julien Benayoun, les co-fondateurs de l’agence Bold-Design ont fini par trouver un curieux endroit pour y exercer leur profession.
C’est un local technique placé sur le toit d’un immeuble et qui auparavant a accueilli un moteur de monte-charge finit par retenir leur attention. Se trouvant sur une terrasse de 170m², cette pièce jamais occupée a été réaménagée pour un minimum de budget. Tandis que la designer Claire Fumex a dessiné les plans de ce futur atelier, l’architecte Arnaud Freycenon a conçu et fabriqué le plancher. Quant à l’extérieur porte la griffe du collectif On OffCrew.
Cet espace utilisé par les habitants comme une zone de stockage a été réhabilité pour un résultat des plus étonnants. Un nouvel espace malicieux et à la fois fonctionnel est né. L’intérieur est compact et lumineux, il contient un grand bureau partagé par Julien et William, on y trouve entre différentes étagères et fournitures cachées, un bureau d’appoint pliant et une table lumineuse rabattable. L’extérieur de l’atelier est à lui seul une originalité.
« L’atelier sur les toits » est un travail collaboratif de trois semaines qui a porté ses fruits. Aujourd’hui Bold-design a trouvé un environnement unique tant recherché pour travailler…

Pour plus d’informations, voir: Le site de Bold-Design.
Les photos: © Bord-Design

Organiques…

D’un côté un mur en béton sans artifice de l’autre du bois et des formes organiques, le tout dans le même lieu, une boulangerie australienne qui met en avant astucieusement l’innovation artistique. Des étals où le pain frais s’expose comme une œuvre d’art pour le plaisir des des pupilles et des papilles…

Pour plus de photos, voir : ici.
Le site des architectes : ici.
La photo : © March Studio.

« SML »

Chez Marc Sirvin l’architecture est une histoire de famille, un héritage qui se transmet depuis quatre générations, Marc le raconte et il semble fier. Lui si attiré par la peinture et les arts plastiques, a choisi finalement l’architecture tout en gardant un œil bien ouvert vers les autres disciplines qui gravitent tout autour.

De ses différents séjours à l’étranger (un séjour à Mexico pour un stage d’architecture d’intérieur et un travail acharné dans plusieurs agences internationales d’architecture à Shanghai) Marc garde des souvenirs qui ont forgé sa manière de pensée et ont guidé plus tard ses choix architecturaux.

Quand on lui demande de parler de son expérience professionnelle française, des noms comme Nicolas Michelin, Renzo Piano et Manuelle Gautrand sont cités. De la transformation d’un ancien théâtre (dessiné déjà par son arrière grand-père) jusqu’au projet d’une tour à Turin en passant par le projet de la tour Ava, Marc a accumulé les expériences jusqu’au jour où la décision d’ouvrir sa propre agence est devenue une évidence.

Aujourd’hui il dirige sa propre agence « SML » (Small, Medium, Large) avec Clémence Eliard, un bureau d’étude pluridisciplinaire, où ils travaillent à la fois sur des projets d’architecture, d’architecture d’intérieur et de design.

Quand on demande à Marc qu’est-ce qu’il aimerait concevoir, la réponse vient très vite, un musée d’art contemporain. Il explique cette préférence en se référant à Beaubourg qui l’a toujours fasciné ainsi que d’autres musées moins institutionnels et connus. Finalement c’est une réponse tout à fait prévisible venant d’un personnage qui apprécie tellement tous les arts…

Le site de « SML Global Design »: ici.

Couleurs à Paris…

Des couleurs acidulées, un intérieur singulier et un décor décalé. C’est à Paris, dans la rue de Buci que se trouve cette brasserie dont les idées de l’architecte d’intérieur India Mahdavi ont croisé le travail de l’artiste Xavier Veilhan. Le résultat est un surprenant mélange chromatique à mi-chemin entre touche des années 70 et Pop-Art…
D’autres blog qui en parlent : ici.

Maurice Padovani

Dès son enfance à Marseille, une visite à l’unité de Le Corbusier était le déclencheur de cette perception de l’espace architectural, une étape inconsciente qui marquera son parcours professionnel 30 ans plus tard. Après l’éducation nationale où il a passé près de dix ans, alors qu’il avait envisagé, avec un ami, la création d’une ligne de mobiliers, on lui a demandé l’élaboration d’un concept pour une boutique en franchise. C’était le premier pas dans l’aménagement de l’espace, une démarche dans le monde du design qui depuis ne s’est plus arrêtée.

Architecture | France

Quand on demande à Maurice quel genre de matériau il aime utiliser dans ses conceptions, il répond qu’il n’a pas de matériau de prédilection. Et bien qu’il aime le béton et le bois de cèdre, pour lui à chaque matériau sa place suivant l’effet qu’il procure. Entre deux phrases, il confie qu’il préfère la conception à un travail suivi d’un chantier qui se révèle de plus en plus contraignant.

Les difficultés qu’il évoque ne sont que révélateurs de cette route épineuse et longue que prend naturellement chaque architecte pour pouvoir réaliser ce qu’il entreprend. C’est pourquoi pour lui, le design et plus précisément le mobilier est devenu cette panacée, la lignée où loin de toute prétention on peut aussi bien créer et se découvrir.

Quand on lui pose la délicate question de l’architecture contemporaine, il répond en toute spontaniété : « C’est une tarte à la crème, mais comment faire sans Palladio, Ledoux, Corbu, Mies, puis Barragan, Murcutt, Souto, et peut-être plus que tous, Zumthor? »

Toutefois et en dehors des quarante boutiques parsemées sur le territoire français, Maurice Padovani a à son actif une exceptionnelle chapelle, entre subtilité et sérieux, qui nous transporte vers une architecture où la simplicité fait corps avec l’émotion dégagée.

Citons aussi entre autres, la conception de cette maison qu’il fait visiter chaque année durant les « journées de la maison contemporaine » et qui pour lui serait une manière de raconter son parcours, de commenter et de scruter comme un spectateur étranger ce travail accompli qu’il a tant perfectionné…

Le site de Maurice Padovani: ici.