Archives par mot-clé : étain

« Cloud House » le charmant abri de jardin

© Tim Hawley
© Tim Hawley

Dans un contexte surréaliste, à travers une réalisation atypique d’un petit abri de jardin, l’artiste américain Matthew Mazzotta rapproche l’art et la technologie. Mis à part la forme romantique de l’installation, l’homme de l’art parvient à accomplir une véritable expérience du cycle de l’eau.

Baptisé « Cloud House », il s’agit d’un système unique de récolte de pluie censé donner une expérience sensorielle. En effet, le procédé tente de réutiliser de manière créative l’eau de pluie qu’il recueille dans un nuage situé au dessus du toit de l’abri en créant un lien entre les gens et la nature. Ainsi, pendant les jours pluvieux, un système de gouttière recueille l’eau et la dirige vers un réservoir de stockage situé en dessous de la maison. Quand les gens s’assoient sur les chaises à bascule, ils déclenchent une agréable pluie. Cette dernière, totalement artificielle, est le résultat de l’accumulation de l’eau de pluie amenée par une pompe vers le nuage qui se trouve sur le toit.

Souvenirs d’enfance

Conçu pour collecter et stocker l’eau de pluie, ce cycle créé pièce par pièce met en avant l’utilité de la nature dans notre quotidien. A l’instar de l’eau utilisée pour cultiver les aliments que nous mangeons, l’eau de pluie nourrit plusieurs plantes comestibles cultivées dans des récipients au bord des fenêtres du cabanon.

La simplicité formelle de l’abri fait référence à nos souvenirs d’enfance et invite les visiteurs à venir et à s’asseoir sur les deux chaises pour profiter du panorama et écouter le bruit de la pluie sur le toit. Ce dernier est composé d’étain et de bois, des morceaux récupérés dans une ferme abandonnée.

La « Cloud House » est une intéressante expérience qui joint technique et installation artistique. Avec un tel projet, Matthew Mazzotta a réussi à engendrer un agréable espace de méditation tout en présentant un lieu d’expérimentation. Un travail subtil qui mérite le détour.

© Tim Hawley
© Tim Hawley
© Tim Hawley
© Tim Hawley
© Tim Hawley
© Tim Hawley
© Tim Hawley
© Tim Hawley

Le site de Matthew Mazzotta: ici.

Les photos: © Tim Hawley

Une imposante requalification signée Raumlabor

© Raumlabor
© Raumlabor

Dans le cadre du Jubilee Park de Göteborg, faisant partie d’un projet de développement qui va durer sept ans, l’agence berlinoise Raumlabor a conçu un original bain public qui constitue un nouvel espace commun à tous les habitants de la ville.

Frihamnen est l’une des zones portuaires de Göteborg qui a perdu petit à petit son caractère industriel et fait partie aujourd’hui de la ville. Cette transition garde encore les traces d’énormes espaces indéfinis au caractère très attrayant où l’on peut établir divers édifice et de nombreuses activités culturelles. Le patrimoine de cette zone portuaire industrielle consiste à une série d’objets fonctionnels et de bâtiments qui tissent de nombreux liens entre l’asphalte, le béton et l’eau environnante.

La Jubilee Park, l’avenir de la zone portuaire

Les quais, créé pour les navires de tournage, vont perdre leur ancienne fonction à l’avenir. La surface de l’eau représente la partie bleue de la Jubilee Park envisagé. Imaginer de nouveaux usages et types d’expériences, ainsi que des liens entre l’eau, la terre et le quartier, sont cruciaux pour le développement de toute la région.

Pour la croissance urbaine de cette fraction de ville et la création de la Jubilee Park il est nécessaire de préserver la mémoire du site en tissant un lien que ce soit physique ou émotionnel avec les vieilles structures déjà sur place. Établir la baignade dans cet environnement rude est avant tout un moyen de changer la perception pour ce dernier. Bien que la pollution de l’eau ne permette pas actuellement la baignade, la première étape consiste à créer des espaces communes et de nouvelles expériences de loisirs.

Les bains publics étaient autrefois l’un des endroits privilégiés où les habitants de la ville se rencontraient. Ils présentaient des lieux non seulement dédiés à la détente et le sport, mais aussi pour la discussion. Remplacés par les piscines, les spas et les bases de loisirs, les thermes manquent aujourd’hui.

Comme un arachnide sorti de mer

L’un des exemples construit par les architectes et utilisant des matériaux recyclés et locaux, c’est cette structure géante d’étain plaqué que l’on a du mal à identifier si elle sort d’un film de science-fiction ou bien si elle fait revivre un édifice industriel d’époque. Cette curieuse structure cache un sauna public à son intérieur, une idée inattendue qui rend hommage à la magie des lieux.

Selon les architectes le vivre ensemble n’est pas une fin en soi, mais un processus. C’est pourquoi il était important de planifier et de construire un prototype à l’échelle 1/1 pour pouvoir juger de l’impact du projet sur le site et sa relation avec le reste. Pour les architectes, édifier avec les personnes qui utiliseront les lieux ne serait que bénéfique à tous. C’est également l’occasion de réunir des gens différents dans une même expérience. En leur donnant la possibilité de créer leur propre espace dans les villes, les architectes leur donnent l’occasion de faire quelque chose d’atypique et à la fois communautaire.

Grâce à l’intervention de Raumlabor, les conseils de leurs architectes ainsi que leur présence, Göteborg connaîtra une création à l’atmosphère particulière et très différente des autres espaces publics de la ville.

© Raumlabor
© Raumlabor
© Raumlabor
© Raumlabor

Plus d’informations sur le site de Raumlabor.

Les photos: © Raumlabor