Archives par mot-clé : Bunker

Le bunker d’Épinay-sur-Seine

Les photos : © Arsen Tanguy
© Arsen Tanguy

A l’occasion des « journées d’Architectures à vivre » organisées par le journal « A vivre », j’ai eu le privilège de découvrir une maison atypique conçue par les architectes Vladimir Doray et Fabrice Lagarde ( Wild Rabbits Architects ) en collaboration avec Caroline Dubois qui a suivi l’exécution du projet. Découverte d’un impressionnant chantier !

A Épinay-sur-Seine (93), situé à l’angle de la rue de Verdun et des Alliés, un bunker surgissant de nulle part semble titiller le voisinage. A première vue, le passant peut se demander s’il s’agit d’un vestige de la Grande Guerre ou bien d’un objet éphémère construit par un artiste décalé. Cependant, une fois les interrogations passées, place aux explications.

Le béton à l’honneur

Tous les architectes sont d’accord qu’un maître d’œuvre joue un grand rôle dans une réalisation. Et que dire quand c’est ce dernier qui propose de sortir des sentiers battus pour créer une architecture extraordinaire où les deux parties peuvent donner libre cours à leur imagination ?

Toujours est-il que la réalisation d’un tel projet n’est jamais facile à suivre. Les complications commencent déjà avec le permis de construire qui a retardé le rêve de quelques années. Un rêve devenu aujourd’hui réalité et qui rend probablement fiers même les personnes qui s’y sont opposées. Avoir dans sa commune un joyau architectural même s’il tranche avec le classicisme ambiant devrait être un avantage. Ici, c’est mon opinion personnelle qui prend le dessus et je vois en cette maison non pas un bunker isolé qui rappelle de mauvais souvenirs mais un hommage parfait au travail en béton tellement cher au cœur de Claude Parent. Ceux qui connaissent l’église Sainte-Bernadette du Banlay me donneront raison.

Parlons un peu du projet. Même si cette fois-ci les allemands n’y sont pour rien, l’apparence est malgré tout très trompeuse. Sauf qu’il s’agit d’un béton fraîchement coulé dont les quelques imperfections témoignent tout autant de sa fragilité. Nous sommes bien devant une œuvre atypique hermétique de l’extérieur mais qu’en est-il de l’intérieur ?

Le paquebot

Une fois la « barrière » franchie, nous sommes au cœur de l’édifice. C’est avec un plaisir chargé d’émotion que Vladimir Doray ainsi que le propriétaire des lieux nous livrent les différents moments vécus lors du chantier. De l’agacement à la joie en passant par la résignation, la patience et l’opiniâtreté, les récits s’enchaînent. Pendant ce temps, les regards des visiteurs balayent les pièces et scrutent les détails. L’une des rares ouvertures de la maison donne  (via une très grande baie vitrée) sur un jardin anarchique qui avec sa végétation luxuriante barre toute vision au voisinage, tandis qu’une autre ouverture est à l’image de la passerelle du paquebot d’où les propriétaires peuvent contempler le paysage urbain lointain en faisant tranquillement la cuisine. Quant à la troisième ouverture elle se trouve au dernier niveau, elle donne sur une pente couverte de caillebotis se trouvant derrière la haute muraille du dernier étage.

L’idée du départ n’était pas de profiter de l’orientation ni d’accumuler des labels de durabilité mais d’avoir une maison qui réponde aux diverses exigences de ses propriétaires. De ce fait, le rêve continue jusqu’au bout pour rajouter au dernier étage une terrasse offrant une époustouflante vue dégagée qui permet de voir le Sacré Cœur, la tour Montparnasse, la tour Eiffel et les tours de La Défense.

Le bunker d’Épinay-sur-Seine est le résultat de la volonté ainsi que de la persévérance du maître d’œuvre doublé de la hardiesse de l’architecte qui l’a conçu. La réalisation a une très grande qualité, malgré sa différence, elle affiche une extraordinaire existence. La satisfaction existe aussi en architecture !

wra_maison-des_allies_
© Arsen Tanguy
wra_maison-des_allies_
© Arsen Tanguy
wra_maison-des_allies_
© Arsen Tanguy
wra_maison-des_allies_
© Arsen Tanguy

Les photos : ©Arsen Tanguy

Quand le bunker se transforme en lieu de villégiature…

01-@SkalsoArkitekter

De nombreux vestiges de la guerre comme les tours de défense et les bunkers attirent de plus en plus de monde. Autant c’est courageux de la part des propriétaires autant il s’agit d’un exercice parfois ardu concernant les architectes. C’est un travail délicat qui consiste à garder l’esprit du lieu tout en apportant les modifications nécessaires pour que l’endroit soit conforme aux normes et confortable pour ceux qu’il abrite.

C’est l’histoire d’un ancien bunker situé sur l’île de Gotland qui a été transformé par Skälsö Arkitekter en une charmante résidence secondaire. Originalité et dépaysement sont au rendez-vous.

Bungenäs se trouve sur la pointe nord-est de l’île suédoise de Gotland, c’est une vieille carrière ainsi qu’un ancien domaine militaire. C’est dans cet emplacement original que les architectes de l’agence Skälsö Arkitekter viennent de livrer leur projet. Une résidence secondaire pour une famille à la recherche d’originalité.

Garder l’esprit du lieu

Un ancien bunker a été donc transformé en un agréable lieu de villégiature gardant le charme et l’authenticité du lieu. Pour le faire, les architectes ont creusé le côté sud de la parcelle puis ils ont entrepris quelques changements pour pouvoir ouvrir l’ensemble vers le large. Ainsi, un morceau de mur a été découpé pour être remplacé par des fenêtres qui ramènent la luminosité à l’intérieur de la résidence tout en créant un doux dialogue avec la nature environnante.

Les architectes de Skälsö n’ont apporté que des petites modifications à l’intérieur, ils ont gardé les murs et les plafonds en béton brut, ils ont même recyclé quelques mobiliers datant de l’époque où le bunker servait de retraite militaire.

Baptisé par les architectes « Bungenäs n°8 », le projet rejoint la longue série des édifices militaires reconvertis de part le monde. Il s’agit d’un recyclage utile surtout en ce qui concerne ces constructions massives impossible à détruire. Une maison de vacances dans un bunker, pourquoi pas ? Et vous quel est votre avis ?

04-@SkalsoArkitekter
© Skälsö Arkitekter
© Skälsö Arkitekter
02-@SkalsoArkitekter
© Skälsö Arkitekter

Le site de Skälsö Arkitekter: ici.

Les photos: © © Anna Sundström pour Skälsö Arkitekter

Et si nous prenions nos vacances dans un bunker ?

© Tim Van de Velde.

Aux Pays-Bas, l’agence d’architecture belge B-ILD a réaménagé un minuscule bunker enterré datant de la deuxième guerre mondiale pour en faire une coquette maisonnée pour les vacances. Il en résulte un original lieu atypique qui pourra plaire à plusieurs d’entre nous.

Il n’est pas anodin de passer ses vacances dans un petit espace souterrain qui ressemble plus à une cellule de prison qu’à une confortable villa avec vue. Mais avec la perspicacité des architectes de B-ILD ce lieu exigu est devenu un véritable « havre de paix ». Paradoxal ? Certainement vu l’épopée du bunker qui se trouve sur l’ancienne ligne de défense néerlandaise ayant connu une tumultueuse histoire.

Le lieu, faisant partie de l’histoire du pays, change aujourd’hui de destination pour ouvrir une autre page plus joyeuse. Ainsi, réhabilité et réaménagé la petite cellule austère d’autrefois renaît pour devenir une maison de vacances où le charme du béton se mêle au bois. Par ici une nouvelle cuisine qui s’installe, par là quelques lits superposés et un aménagement contemporain pour former un coin de salon. A l’intérieur les espaces sont optimisés, tout le mobilier qui a été construit sur mesure peut se plier ou se glisser pour faire de la place ou s’adapter à une autre fonction. A l’extérieur, sur le prolongement de la parcelle, un plateau en guise de terrasse a été rajouté.

Les architectes ont fait un travail minutieux qui garde l’esprit du lieu tout en procurant tout le confort demandé. En conséquence, à Vuren, une charmante maison de vacances est née.

© Tim Van de Velde.

© Tim Van de Velde.

© Tim Van de Velde.

Le site de l’agence d’architecture B-ILD : ici.

Les photos : © Tim Van de Velde.