Et si les villes se dotaient de ponts transparents ?

© Miran Kambic

A Ljubljana, en Slovénie, les architectes de l’agence Arhitektura d.o.o. ont conçu une passerelle en verre qui traverse la rivière Ljubljanica et lie l’un des quartiers de la capitale à son centre historique. Découverte d’un ouvrage minimaliste par la forme et révolutionnaire par le fond.

Malgré l’emploi du verre en architecture, dans les projets résidentiels, pendant longtemps, les architectes ont préféré garder l’intimité et la protection que seuls les matériaux solides et surtout opaques pouvaient permettre. Cependant la fin du 19ème siècle a connu plusieurs partisans pour l’utilisation du verre non seulement dans les projets publics mais également privés. Depuis, plusieurs notions de « transparences » ont fait leur chemin dans la compréhension même de l’architecture ainsi que la ville. Les exemples sont nombreux et les réalisations abondants.

La capitale de la Slovénie est une ville historique influencée par diverses cultures. Et bien que l’architecture moderne a fait son apparition dans la périphérie de la ville, son centre garde intact ses monuments à l’architecture baroque et Art nouveau. C’est dans un décor historique que les architectes Peter Gabrijelcic, Boštjan Gabrijelcic de l’agence Arhitektura d.o.o. ont entrepris d’installer une passerelle aux parois transparentes qui remplace un autre pont en bois construit en 1991 temporairement par un groupe d’étudiants en architecture. Bien avant, l’architecte slovène Jože Plečnik avait conçu pour le même emplacement un pont jamais construit alors que les deux rives gardent intacte son empreinte jusqu’à ce jour.

Selon l’architecte, la passerelle représente une sorte de tapis volant qui lie les deux rives. Avec ses 25 mètres de long et ses 3,4 mètres de large, le pont a été construit en moins que quatre mois. Une mince structure en acier de 50 cm d’épaisseur au centre et 25cm d’épaisseur sur les côtés, soutient le poids.

L’originalité du pont consiste dans son garde-corps qui a été réalisé en verre transparent à trois couches, les rampes étant en aluminium. Des lumières LED se cachent en-dessous de ces derniers et illuminent le pont la nuit.

Dans ce contexte historiquement dense, l’arrivée de cette passerelle a été une révolution mais les habitants ont adopté avec joie cette inventivité surtout les enfants qui peuvent désormais contempler le paysage via les larges parois vitrées. A Ljubljana une nouvelle attraction et un original espace public est en train de se former.

© Miran Kambic

© Miran Kambic

© Miran Kambic

Le site de Arhitektura d.o.o. : ici.

Les photos : © Miran Kambic.

8 réflexions sur « Et si les villes se dotaient de ponts transparents ? »

  1. C’est sans doute à cause de mon âme d’enfant, mais moi aussi ça me plairait beaucoup !

  2. c’est beau !
    mais…
    il faut aussi penser aux personnes qui ont le vertige ou la peur/ l’attirance du vide

  3. Théoriquement, je suis pour. Même si l’intérêt du transparent me semble plus important pour les enfants qui ne sont pas assez grands pour voir au-dessus des parapets traditionnellement opaques.

    En pratique, comme je suis sujette au vertige, je n’aimerais pas que dans l’espace public le verre se substitue aux garde-corps.
    Ici, la passerelle n’a pas l’air d’être à une très grande hauteur par rapport au niveau du cours d’eau, alors je pourrais peut-être la traverser…

    Merci pour ce bel article si bien illustré

  4. Joli…

    On devrait faire la même chose au pont des Arts à Paris, cela règlerait certains problèmes !

Les commentaires sont fermés.