Archives par mot-clé : Etats-Unis

En Californie, Clayton Korte réalise une élégante grange dans le vignoble de Saxum

© Casey Dunn

En Californie, à mi-chemin entre San Francisco et Los Angeles dans la commune de Paso Robles, l’agence d’architecture Clayton Korte vient de terminer la réalisation d’une grange aux traits minimalistes et à l’allure moderne. Un projet atypique qui se démarque par sa durabilité.

Une structure autosuffisante

Situé dans la région de Templeton Gap à l’ouest de Paso Robles, cette structure de stockage agricole simple repose au pied du vignoble James Berry de 50 acres et de sa la cave adjacente située à un peu plus de 800 pieds. Cette structure est complètement autosuffisante et fonctionne indépendamment du réseau énergétique, maximisant la capacité de survie et la résilience de la structure.

Conçu comme une grange à poteaux moderne, les principaux objectifs de la structure sont, selon ses architectes, de fournir une armature pour un système de toit photovoltaïque qui compense plus de 100% de la demande d’énergie de la cave et de fournir un espace de stockage couvert en plein air pour les véhicules agricoles, leurs outils tout comme un atelier et espace de maintenance ainsi que de stockage pour le bétail.

Conçue pour exploiter le climat local afin de maximiser la ventilation croisée, la lumière du jour et l’énergie solaire, la structure qui déploie de tuyaux recyclés de champ pétrolifère, contient un système de toit photovoltaïque en verre feuilleté qui produit 1/3 plus d’énergie que nécessaire (environ 87000 kWh par an). Les architectes nous expliquent que l’utilisation des modules solaires en verre feuilleté à la fois comme toit principal et comme générateur d’énergie renouvelable permet de compenser les coûts supplémentaires de construction d’un toit supplémentaire avec des panneaux solaires cristallins montés séparément.

Des matériaux minimalistes et récupérés

Des matériaux minimalistes récupérés ont été sélectionnés pour résister au climat particulièrement sec, pour une disponibilité régionale, une durabilité à long terme et pour minimiser le besoin d’entretien régulier. Les colonnes principales et la structure du toit sont construites en tube de tige de forage récupéré. Les modules solaires en verre feuilleté, servant à la fois de système solaire et de toiture, sont montées sur des pannes en bois et en acier soudées aux tuyaux. Une gouttière est située à l’extrémité inférieure du toit pour permettre la récupération future de l’eau de pluie. Les panneaux en acier perforé ondulé fabriqués par Western Rib Cor-Ten offrent un ombrage et une confidentialité filtrée aux baies d’équipement.

Les matériaux récupérés sont nombreux. Les portes de la grange sont revêtues de chutes d’acier patinées qui ont été conservées pour la réutilisation des murs d’étayage de la cave adjacente, elles ont été réutilisées pour adapter les panneaux atypiques aux vantaux de porte à cadre en acier tubulaire. Les boîtes de rangement sont recouvertes d’un parement de cèdre teinté et les intérieurs sont revêtus de contreplaqué de sapin Douglas. Les fondations limitent la quantité de béton coulé en place en incluant un pavage de gravier perméable pour toutes les baies de stockage de véhicules ouvertes et les enclos à bétail, maximisant la quantité d’eau de pluie qui est filtrée à travers le sol dans le bassin. En outre, la fourniture d’un programme de terrassement approfondi technique a permis à la fondation structurelle d’être plus efficace avec l’utilisation du béton coulé en place.

Mis en place en sentinelle en tant que structure principale présente à l’entrée de la propriété bordée de vignobles, la grange et son système d’énergie renouvelable témoignent de l’engagement des architectes pour la durabilité ainsi qu’à l’implantation du projet dans son environnement naturel.

© Casey Dunn
© Casey Dunn
© Casey Dunn
© Casey Dunn

Le site de Clayton Korte : ici.

Instagram: @clayton_korte.

Les photos : © Casey Dunn

Équipe de projet Clayton Korte : Brian Korte AIA Partner / chef de projet ; Josh Nieves ; Derek Klepac ; Brandon Tharp.
L’équipe de consultants : Clayton Korte (architecture) ; SSG Structural Engineering (ingénierie et structure) ; Clayton Korte (conception d’éclairage) ; Rarig Construction (maîtrise d’ouvrage) ; Pacific Energy (conception des supports photovoltaïques)

A Yakima, Graham Baba Architects réalise un projet remarquable

© Kevin Scott

Dans l’état de Washington, à Yakima, l’agence d’architecture Graham Baba Architects vient de finaliser la réalisation du siège social de Washington Fruit & Produce Co. qui s’inspire de la typologie d’une grange et s’installe délicatement dans le paysage.

Comme une oasis

Entouré des entrepôts de conditionnement de fruits parmi les plus sophistiqués au monde, le siège social de Washington Fruit & Produce Co., d’une superficie de 16 500 pieds carrés, est conçu comme une oasis au milieu d’une mer de béton et de broussailles. Niché derrière les reliefs et les murs du site, le complexe de bureaux axé sur la cour, offre un refuge contre le bruit et l’activité des chantiers de transformation industriels à proximité.

Les architectes nous racontent comment l’idée est née. Ainsi, s’inspirant du design d’une grange vieillissante que le client avait identifiée comme favorite, le concept cherche à capturer l’essence d’une esthétique agricole utilitaire. Une structure simple, des matériaux naturels pour une conception fusionnant le vernaculaire rural et l’esthétisme contemporain.

Le bâtiment en forme de L est niché dans le paysage, grâce à l’utilisation de murs de chantier en béton formé de panneaux et des allées pavées en terre qui enveloppent le périmètre pour former une cour centrale paysagère. Une fente à travers la voie permet d’accéder du parking à la cour et à l’entrée du bâtiment. Traversant la cour par une promenade, le visiteur est entouré par une façade entièrement vitrée, rythmée par une série de colonnes de bois qui jalonnent le bâtiment à intervalles réguliers.

Des matériaux naturels et de teintes chaleureuses

Le bâtiment rappelle ses racines agricoles. Il est surmonté de poutres en treillis apparentes de 68 pieds de long, l’intérieur atteint 20 pieds à son apogée. La nature répétitive de la structure a assuré une fabrication et un assemblage faciles ainsi qu’une économie de coûts et de ressources. La façade de la cour exposée au nord est vitrée sur toute sa longueur, prolongeant visuellement l’espace intérieur dans la cour. L’éclairage intérieur est équilibré par une longue lucarne à claire-voie au sud, tandis que l’utilisation intensive de grands surplombs orientés au sud et de vitrages à haute efficacité limite la chaleur en été. Un revêtement en bois de grange récupéré et un toit en acier résistant aux intempéries complètent les matériaux extérieurs.

L’intérieur est spartiate, il est inondé de lumière du jour et complété par des matériaux naturels et de teintes chaleureuses. Les bureaux privés bordent le mur sud, tandis que les espaces de conférence et les fonctions d’arrière-plan sont installés dans des boîtes en bois. L’éclairage se compose de luminaires conçus sur mesure. Un système de plancher surélevé garantit une esthétique sans câblage, propre est préservée. Les différents détails sont soignés et l’ensemble est cohérent.

Le bureau des ventes est situé dans l’aile du bâtiment pour isoler le bruit et améliorer l’intimité. Une structure fermée séparément avec une table de 30 pieds de long où les agriculteurs avec lesquels l’entreprise travaille se réunissent pour des repas se trouve à côté. Le système structurel apparent reliant la salle à manger au bâtiment principal crée une petite cour partiellement couverte, faisant un joli clin d’œil au vestige d’une grange vieillissante.

Les vues dans tout le complexe sont contrôlées, que ce soit sur la cour, les collines éloignées ou même vers les bureaux privés. Tout est organisé pour créer un environnement paisible pour travailler. La réalisation de Graham Baba constitue une belle performance !

© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott

Le site de Graham Baba Architects : ici.

Graham Baba Instagram: @grahambabaarchitects

Graham Baba Twitter: @grahambaba

Les photos : © Kevin Scott

Sideyard, un projet remarquable signé Skylab

© Stephen Miller

Aux Etats-Unis, à Portland, l’agence d’architecture multidisciplinaire Skylab vient de terminer la réalisation d’un édifice épuré qui croise fonctionnalité et esthétisme. L’ensemble prend place sur le site de Central Eastside qui forme le cœur géographique de la ville et se trouve au bord du flux quotidien des voitures, des vélos et des piétons.

S’adapter au lieu

Sideyard a été conçu pour s’adapter au lieu en tant qu’un bâtiment visant à la connectivité des transports en commun, à l’ouverture piétonne et à l’accès prioritaire aux vélos. Il est positionné de manière centrale dans la nouvelle communauté Eastside envisagée par le plan de Burnside Bridgehead Framework. Le rez-de-chaussée sera activé par une vitrine qui s’ouvre sur le long de la troisième avenue et comporte un espace de travail au-dessus. Le programme de construction permettra, à terme, de réintégrer un escalier pour piétons du niveau du pont Burnside à la troisième avenue semblable aux escaliers d’origine qui existaient auparavant.

L’édifice comprend un nouveau système structurel CLT avec des environnements de vente au détail ouverts au niveau du sol pour les clients et les locataires. Quant à l’espace de travail ci-dessus, il est enveloppé de maçonnerie de briques,faisant un joli clin d’œil au pont Burnside et à de passerelle d’Eastside.

Ce site de Central Eastside est situé au cœur géographique de la ville de Portland. Vu sa situation stratégique, le développement contribue à renforcer le lien entre Eastside et le centre urbain du centre-ville de Westside. Également situé dans le quartier, se trouve le Burnside Skatepark de renommée mondiale, construit sur un espace adjacent de la ville sous le pont Burnside. L’équipe de développement du bâtiment a en outre loué un petit espace sous le pont adjacent à Sideyard et au skate park. Cela étendra l’environnement de vente au détail de la troisième avenue au niveau des espaces urbains oubliés et inutilisés, dotés d’un potentiel créatif.

Économiser le temps

« Le bois lamellé-croisé est un nouveau matériau de construction durable qui célèbre les qualités structurelles inhérentes du bois. Ce matériau a été défendu par l’entrepreneur général pour sa pertinence régionale, sa disponibilité et sa simplicité d’assemblage. L’utilisation de ce système de bois massif a permis d’économiser le temps et les dépenses de main-d’œuvre. Le projet a également utilisé du contreplaqué de masse pour la structure intérieure de l’escalier, les paliers et les marches. Ce projet est l’un des premiers à utiliser et à démontrer avec élégance le potentiel de ce produit en bois. » a déclaré Jill Asselineau, la directrice du projet.

Depuis 1996, la firme a construit des endroits rares principalement à Bend, Hood River et Portland, Oregon. A chaque projet, son lot de paradoxe réalisable qui aide à s’intégrer dans l’environnement tout en se démarquant. Créer de toutes nouvelles opportunités pour les résidents et les entreprises sans perturber inutilement les précédents historiques reste à tout jamais l’un des soucis principaux de l’entreprise. A Portland, Skylab a réalisé un projet fin à la fois fonctionnel et utile et c’est à découvrir sans tarder. Le bâtiment a reçu le U.S.Wood Design Award 2020 (Regional Award) du Wood Council.

© Stephen Miller
© Stephen Miller
© Stephen Miller
© Stephen Miller

Le site de Skylab : ici. Instagram : @skylabarchitecture.

Les photos: © Stephen Miller

Whidbey Island Farm Retreat, l’élégante réalisation signée mwworks

© Kevin Scott

C’est l’ihistoire d’une maison située au bord d’une colline que l’agence d’architecture mwworks a réalisé sur l’île Whidbey située dans l’état de Washington, aux Etats-Unis. Dans un impressionnant écrin de verdure la réalisation s’avère être à la fois sobre, élégante et fonctionnelle.

Une famille multigénérationnelle

Le projet abrite une famille multigénérationnelle originaire de l’île qui cherchait à construire un nouveau logement et une retraite sur le site de la ferme familiale existante. Les propriétaires sont un couple de personnes âgées qui devraient y vivre avec leurs trois enfants adultes, plusieurs petits-enfants adolescents tout en recevant des invités. L’ensemble pouvant accueillir jusqu’à vingt personnes.

L’architecte Eric Walter, l’un des directeurs de l’agence mwworks souligne :
« Située sur un site rural de l’île Whidbey, une famille locale a cherché une nouvelle maison et une retraite sur le site de sa ferme familiale existante. Par respect pour les bâtiments agricoles du début du siècle situés sur le site, la maison se niche au bord d’une colline densément boisée, donnant sur les poulaillers, une grange rouge patinée, des champs de bétail et un étang de pêche. La maison semble intentionnellement modeste et humble de la vallée, déférente aux terres agricoles pastorales en contrebas. »

Un site rural

Situé sur un site rural sur l’île Whidbey, la maison se trouve au bord d’une colline densément boisée par respect pour les bâtiments agricoles du début du siècle situés sur la même parcelle. L’ensemble donne sur les poulaillers, la grange de couleur rouge patinée, les champs de bétail et l’étang de pêche. Selon les architectes, la maison a été conçue pour être intentionnellement discrète par rapport à la végétation alentour. En effet, l’ensemble est conçu pour se glisser finement entre les grands sapins tout en s’enroulant gracieusement autour d’une clairière. Chaque aile du bâtiment a été soigneusement conçu pour préserver autant que possible les arbres significatifs existants. À la demande du propriétaire la protection des arbres constituait une grande importance qui va au-delà de l’opportunité de la construction.

« La maison a été conçue pour être flexible et durable et refléter l’histoire en couches du site et de la famille elle-même. La vue de la maison est intentionnellement discrète et modeste depuis les zones agricoles et la route voisine, avec l’intention que quelqu’un ne la remarque même pas. La maison devait capturer des vues surplombant les granges d’altération, l’étang de pêche et les champs de bétail biologique, mais se sentait toujours déférente au paysage et à l’histoire agricole du site. » Raconte Steve Mongillo, l’un des fondateur de mwworks.

L’architecte explique la démarche en soulignant : « Le projet est conçu pour créer des souvenirs et des liens pour une grande famille élargie pour les générations à venir dans un monde où trop de familles se séparent plutôt que de se réunir. Les propriétaires seniors ont mis en place le projet de sorte que, peu importe ce qui leur arrive, les enfants et leurs enfants aient toujours la maison pour les rassembler et continuer à créer des souvenirs. »

Une connexion douce avec la forêt

L’intervention des architectes est sensible, le pavillon forme une connexion douce avec la forêt et la vallée agricole. Le temps est marqué par les ombres de forêt ou encore par la présence des vaches se déplaçant à travers le pâturage en dessous. La beauté intemporelle du site est vénérée et reflétée à l’intérieur de cette entité à travers des matériaux locaux et durables mais aussi  des finitions naturelles. La cheminée en pierre robuste contraste avec les fenêtres en chêne doux et chaud. Le coffret en teck personnalisé a été simplifié avec des accents en acier noirci intégrés et des fentes au lieu des poignées de quincaillerie. L’ensemble est constitué d’espaces de vie, de la cuisine, de ma salle à manger et d’extérieur parfaitement combinés, ce volume est conçue pour l’ensemble de la famille et reste leur espace privilégié.

A la fois bucolique et chaleureuse, l’intervention de mwworks glorifie l’intemporalité du patrimoine forestier et agricole du lieu. La maison est conçue pour durer avec un faible entretien, réduisant ainsi les divers coûts. « À la surprise de l’équipe, une fois la maison terminée, le propriétaire a fait installer une plaque de bronze personnalisée dans la maison. Il y a énuméré le nom de chaque personne qui a contribué de manière significative à la conception et à la construction de la maison, y compris de nombreux charpentiers et artisans. Il a ressenti une profonde appréciation pour les personnes qui ont réalisé la maison. Nous sommes de tout cœur avec cette démarche. » Déclare Steve Mongillo.

© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott

Le site de mwworks : ici.

Les photos : © Kevin Scott

En Californie, la charmante House of Flowers signée Walker Warner Architects

© Douglas Friedman

En Californie, dans la commune de Healdsburg, l’agence d’architecture Walker Warners Architects a réalisé un projet remarquable qui, tout en respectant l’histoire du lieu, fait évoluer l’ensemble avec tact. Élégance et grâce sont au rendez-vous.

Un point de repère local

C’est une expérience inédite qui insuffle une nouvelle vie à un point de repère local très apprécié qui est devenu, à travers l’intervention des architectes, un domaine de style complexe destiné à la célébration du vin, à la nourriture et au paysage naturel.

Les architectes nous racontent que, situé à quelques minutes du centre-ville de Healdsburg, au cœur de la Russian River Valley, et construit à l’origine comme une cave au milieu des années 70, les installations du domaine de 13,5 acres s’étaient détériorées et devenues obsolètes. Connu depuis longtemps pour son charme rustique et son lien authentique avec la nature, le site était prometteur. Par coïncidence, Flowers Vineyard & Winery cherchait un lieu pour présenter leurs vins produits de manière durable dans un cadre qui exprimait leur philosophie de la nature.

Le défi consistait donc à faire évoluer la collection existante d’installations et à préserver l’héritage naturel tout en veillant à ce que le lieu puisse répondre aux attentes d’aujourd’hui et devenir une destination à part entière. « Notre approche était d’une simplicité trompeuse », note Brooks Walker, directeur de Walker Warner Architects. « Laisser la nature dominer et utiliser l’architecture pour encadrer l’expérience. »

Remodeler plutôt que construire

Situés dans un bosquet de séquoias, les bâtiments existants étaient largement déconnectés de leur riche paysage. Selon les architectes, la stratégie consistait à trouver des moyens de reconnecter les visiteurs au paysage tout en réinventant ce qui était une série de bâtiments industriels simples. L’intervention a commencé en investissant le site selon un sens aigu d’orientation. En effet, de nouvelles voies conduisent les visiteurs de l’aire de stationnement au centre d’accueil nouvellement remanié. Auparavant l’entrepôt devenu le centre d’accueil offre aux clients une orientation sur le site et présente l’histoire du lieu. Comme pour les autres structures existantes sur le site, la maison d’accueil de 15 700 pieds carrés a été colorée d’un noir sombre, inspirée par l’ombre profonde de la forêt de séquoias environnante, pour aider les bâtiments à reculer dans le site et permettre au paysage de faire la mise au point.

Remodeler les structures existantes plutôt que de reconstruire c’est l’idée même de l’engagement de la House of Flowers envers la durabilité. L’approche, qui a permis de « recycler la majeure partie de la structure d’origine », a mis l’accent sur les efforts de conception, magnifiant ce qui était déjà présent. Les stratégies énergétiques passives, à faible coût et à fort impact, ont été maximisées et comprennent la mise à profit de la lumière du jour (puits de lumière et grandes fenêtres) et de l’ombre (les lattes de bois extérieures servent de voile tandis que la forêt de séquoias environnante offre de l’ombre supplémentaire). La durabilité est renforcée par plusieurs grandes installations de bois. En effet, ces dernières fonctionnelles et monumentales, sont construites de rondins récupérés par l’artiste Evan Shively.

« Les formes vernaculaires fortes et simples de la région ont servi de guide et de point de référence pour aider à ancrer l’architecture dans son environnement. En affinant visuellement les structures, en simplifiant la palette et en faisant abstraction des détails vernaculaires traditionnels, nous avons tenté de créer une expression architecturale qui honore le contexte local tout en faisant en sorte que le visiteur se sente chez lui et à l’aise. En fin de compte, l’intention était de prendre des formes et des éléments confortables et familiers et de les utiliser pour créer des espaces extraordinaires pour les visiteurs. » Souligne Mike McCabe, directeur de Walker Warner Architects.

Niché dans le paysage

Niché discrètement dans le paysage, la transformation impliquait l’ajout d’un élément pop-up à une extrémité de la maison d’accueil à un étage. L’addition tricote le bâtiment avec la topographie, résultant en une installation à plusieurs niveaux qui préserve les formes vernaculaires modestes tout en offrant un accès sans faille aux vues imprenables et aux jardins offerts par le sommet de la colline. La structure aérée au sommet d’une colline sert de transition vers les jardins spacieux et fournit des sièges abrités et des espaces d’agrément, y compris un four à bois extérieur. Les intérieurs sont lumineux grâce au revêtement de cyprès blanchi, complétant la relation yin-yang (lumière sombre) de l’extérieur vers l’intérieur. « L’expression architecturale est sous-estimée », note Mike McCabe, directeur de Walker Warner Architects. « Il ne s’agissait pas de faire une déclaration. Il s’agit de créer un lieu qui peut unifier les valeurs importantes pour la marque Flowers – célébrer la nature et le contexte local avec ce qui est important pour le site et la communauté. » La volonté, notent les propriétaires de Flowers, était de « créer un environnement où les clients se sentent comme s’ils entraient chez nous, expérimentant des vins élaborés sans compromis et partagés sans prétention. »

Vous pourrez découvrir une variété de lieux de rassemblements intimes pour savourer les vins de la côte de Sonoma Flowers à l’intérieur comme à l’extérieur. En entrant, les clients sont conduits au deuxième étage qui comprend le solarium, la salle à manger et les espaces de vie ainsi que les espaces privés pour les invités VIP. Les jardins, encadrés par des murs de terre battue rénovés existants, mettent l’expérience plus en évidence, se déployant comme une série d’espaces tranquilles destinés à la collecte, à la dégustation de vin et à la célébration de la nature. Le site occupe la frontière entre le vignoble quadrillé et les champs agricoles du fleuve , il est situé parmi les contreforts de prairies de chênes menant aux forêts de séquoias côtiers qui entourent les vignobles du domaine de Flowers sur l’extrême côte de Sonoma. Les jardins en terrasses présentent des essences végétales que l’on trouve dans les environs. De nouveaux murs en béton formés de panneaux ont été ajoutés au paysage, qui, au besoin, servent de contrepoint et augmentant la série de pièces archéologiques exposées. Le paysage et l’architecture se croisent pour former un refuge tranquille, un endroit pour célébrer les amis à travers l’expérience du vin.

© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman

Les photos: © Douglas Friedman

Pour plus d’informations sur les acteurs qui ont contribué à l’aventure:

Le site de House of Flowers : ici. Instagram: @Flowerswinery

Le site de Walker Warner Architects: ici. Instagram: @walkerwarnerarchitects

Le site de Maca Huneeus Design: ici. Instagram: @maca_huneeus

Le site du photographe Douglas Friedman: ici. Instagram: @douglasfriedman

Le site de Cello & Maudru Construction Company: ici. Instagram: @cellomaudru

Le site de Nelson Byrd Woltz Landscape Architects: ici. Instagram: @nelsonbyrdwoltz 

Le site de l’agence Alexis Woods Landscape Design: ici.

Le site d’Anna Kondolf Lighting Design: ici.

Bienville House, une charmante maison signée Nathan Fell architecture

© Justin Cordova

En réponse aux diverses exigences d’une famille citadine habitant la Nouvelle-Orléans, l’agence Nathan Fell architecture vient de terminer la réalisation d’une maison individuelle de haute qualité. Découverte d’une demeure de caractère qui croise les textures.

Maximiser l’utilisation du terrain

« Le travail de cette famille les obligeait à rester attachés à leur domicile pendant des périodes plus longues que chacun ne le souhaiterait. Cela est devenu perturbateur pour le bien-être en raison de trop de temps passé à l’école, au travail et à l’intérieur de la maison. » Nous raconte Nathan Fell.

C’est pour cette raison que les propriétaires ont commencé à envisager, comme le font de nombreuses familles, le déménagement en banlieue pour être à proximité de grands parcs publics et d’équipements ayant un lien direct avec la nature environnante. Plutôt que de s’éloigner de la ville, les propriétaires ont fini par opter pour un changement audacieux en construisant une nouvelle maison qui inverse le regard sur la vie domestique à l’intérieur d’un petit lot urbain.

L’architecte Nathan Fell a été mandaté pour mener à bien cette opération. Le nouveau duplex est conçu pour maximiser l’utilisation du terrain. L’objectif central de la conception était de configurer les espaces communs de manière à accéder au mieux à la lumière, à l’air et aux espaces extérieurs. L’unité située à l’arrière se compose de quatre chambres à coucher et leurs salles de bains tandis que la partie avant constitue une location à court terme avec trois chambres et leurs salles de bains. La disposition oriente l’unité de location vers la ville tout en ouvrant l’unité principale vers la cour arrière.

Le premier étage a été conçu pour être volumineux avec des plafonds bas et des escaliers compressés autant que possible pour maximiser la superficie des espaces communs. A l’arrière, une terrasse extérieure se poursuit depuis l’espace commun intérieur sur toute la cour et s’étend sous une partie du volume de l’étage supérieur avec une piscine surélevée. Deux parois coulissantes en verre s’ouvrent pour agrandir les espaces intérieurs et extérieurs. La partie donnant sur rue se pare d’une paroi coulissante en verre pour fournir une plus grande ouverture vers l’extérieur et mène à une terrasse jouxtant le trottoir. Une jardinière surélevée enveloppe le pont avant avec suffisamment de hauteur pour fournir à l’intérieur de l’intimité.

Des finitions brutes et apparentes

Les diverses pièces sont configurés pour accentuer la transparence entre les espaces intérieurs. Les étages supérieurs contiennent plus d’espaces privés et sont enveloppés par des surfaces extérieures formant un échelon de formes cubiques suspendues lisibles à partir de plusieurs points de vue. Le revêtement extérieur s’enroule horizontalement comme le plafond intérieur des espaces du 1er étage pour donner une impression d’extérieur à l’intérieur. Les murs structurels sont une série de murs monolithiques en béton apparent. Les formes statiques juxtaposent l’espace intérieur plus animé comme un cadre, renforçant la transparence.

Les finitions du premier étage sont brutes et apparentes, servant de toile de fond pour un ameublement de teintes plus vives. Les murs en béton sont exposés dans la mesure du possible et les armoires de cuisine sont en noyer teinté clair. Les finitions des étages supérieurs, en revanche, sont plus colorées.

L’architecte a opté pour plusieurs espaces qui donnent l’impression d’être dans un environnement lointain alors que la demeure se trouve en plein ville. L’homme de l’art a su manier savamment les textures pour un résultat accrocheur. Ainsi, les habitants peuvent jouir de la piscine à moitié ouverte vers l’extérieur, du jacuzzi et de la vue imprenable de la terrasse tout en gardant leur intimité. L’ensemble, aux traits épurées et lignes sobres a su apporter les réponses adéquates aux diverses exigences de la famille qu’il va abriter.

© Justin Cordova
© Justin Cordova
© Justin Cordova
© Justin Cordova
© Justin Cordova

Le site de Nathan Fell Architecture: ici.

Les photos : © Justin Cordova