« Habitat 67 »

« Habitat 67 »

 

  

C’était un autre temps…
Dans son mouvement d’ouverture au monde, l’exposition s’est intitulée  « Terre des hommes » d’après l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry. C’était en 1967 à Montréal.
Habitat 67 est né. Un manifeste que n’importe quel étudient d’architecture entend au moins parler une fois lors de son cursus.
Il s’agit d’une idée révolutionnaire que Moshe Safdie a élaboré en s’appuyant sur sa thèse « A Three-Dimensional Modular Building System ».
L’architecte a cherché, via ce projet, le cumul des avantages de la maison individuelle et celui de l’appartement (déjà à l’époque !). D’où l’imbrication et l’empilement de 354 modules en béton préfabriqué pour un résultat des plus impressionnants.
Safdie pensait inclure dans le programme à la fois des logements, des boutiques et une école. Malheureusement comme pour de nombreuses conceptions de nos jours, les restrictions budgétaires l’ont poussé à changer ses idées de départ. Le projet final comprend seulement des logements.  
En 2009, Habitat 67 a été classé « monument historique », c’est le premier édifice moderne qui a obtenu cette reconnaissance au Québec.
Aujourd’hui, cet ensemble de 45 ans avec ses cubes enchevêtrés, ses terrasses visibles de loin, ses puits de lumière, ses cages d’ascenseur et ses passerelles en hauteur protégées en plexiglas, continue toujours à attirer l’attention. 
Ce pavillon thématique admiré de milliers de visiteurs lors de l’exposition universelle n’est plus cette sculpture gigantesque d’autrefois mais un ensemble contemporain de logements que les habitants ont adopté et en parlent avec admiration. L’architecte qui a voulu offrir « un fragment de paradis pour chacun » semble avoir réussi son pari…
D’autres photos se trouvent sur ma galerie publique : ici.

8 commentaires

  1. François

    Excellent! j’adore l’époque,ses constructions et l’utopie qui en découle. Tu te rends compte 45 ans?? et depuis peu de manifestes à moins qu’on prenne les couleurs et immeubles cubo-cubiques néo-haussmanniennes comme manifeste.
    Merci pour ce beau reportage!

  2. Je pensais surtout aux voies d’accès aux appartements. J’imagine quelque chose d’un peu labyrinthique, où les enfants doivent adorer jouer. Mais sans doute que je me trompe…

Les commentaires sont fermés.