Du Musée des Beaux-Arts en bibliothèque

© Maxime Delvaux

A Dunkerque, les architectes de l’agence D’HOUNDT+BAJART architectes&associés viennent de terminer la réalisation d’un lieu culturel atypique qui vient prendre place dans l’ancien bâtiment du musée des beaux-Arts. Ce dernier ayant subi une restructuration complexe.

Un programme conséquent

Baptisée B!B, il s’agit d’un équipement culturel au programme conséquent où cohabitent une bibliothèque, un café, une boutique, un auditorium ainsi qu’une salle d’exposition, le tout savamment organise, minutieusement agencé et délicatement développé par l’agence d’architecture D’HOUNDT+BAJART.

A Dunkerque, l’ancien musée des Beaux-Arts est une institution. En effet, la volumétrie épurée et grandiose, les façades aveugles en marbre blanc, l’entrée, tout démontre d’un potentiel non-négligeable que les architectes ont manipulé avec tact.

« Notre première intervention a consisté à réactiver le potentiel important de ce bâtiment. » Racontent les architectes qui, ont démoli les constructions annexes, construites au fil du temps autour de l’édifice, pour libérer le volume principal. De même, ils ont définis de larges ouvertures, apportant la lumière naturelle dans la profondeur du bâtiment.

« Le programme de la nouvelle médiathèque correspond à la demande de la population de créer une bibliothèque qui ne ressemble pas à une bibliothèque. Il s’agissait de bousculer les codes, de faciliter l’accès, de faire de la bibliothèque un équipement du quotidien. » Soulignent les architectes. De ce fait, l’arrivée s’effectue par le café, rendant l’ensemble plus accessible et ouvert à tous. Dès l’entrée, le visiteur arrive dans un espace généreux et lumineux où un énorme gradin l’invite à traverser l’espace. Ce gradin ne correspond pas à une lubie decorative mais bien au contraire, il répond à plusieurs usages, les gens peuvent s’y poser pour lire, se détendre, contempler le parc, ou tout simplement rejoindre l’étage.

Une intervention délicate

Selon les architectes : « Héritée des 30 glorieuses, la structure originale du bâtiment résulte d’un geste à la fois radical et conquérant. Elle imposait une certaine exigence dans la mise en œuvre de son réaménagement, dont la qualité passait forcément par l’artisanat et des savoir-faire qui tendent à disparaître. Les plafonds en plâtre aux arrondis sensuels, les tablettes et bibliothèques en bois, le capitonnage des alcôves creusées dans les murs et d’une partie des parois de l’auditorium… » D’où, une intervention délicate aux solutions sur-mesure. Nous pouvons constater plusieurs clin d’œil aux divers éléments architecturaux encore présents dans le bâtiment d’origine. Citons entre autres les rayonnages des livres qui reprennent le motif de claustra de l’escalier extérieur. Un moyen de rapprocher l’histoire et le présent tout en innovant par petites touches et  respectant l’existant.

L’architecture d’intérieur a été conçue d’une manière subtile qui présente l’ensemble comme une multitude de destinations à découvrir. « Au sein d’un même paysage intérieur, nous avons disposé une diversité d’agencements destinés à encourager les différentes attitudes des visiteurs de médiathèque. »

Le sol est recouvert d’une moquette imprimée aux teintes douces rappelant des couleurs du paysage et apportant un peu de fraicheur à la blancheur immaculée qui y règne mais pas que, en effet, cette impression correspond à un dessin qui s’étend sur toute la surface du bâtiment, dans un improbable camaïeu vert et rose, une bizarrerie qui appartient à la nature et que l’on peut situer, selon les architectes, entre la Hollande et le Vietnam.

Dans leur geste, les architectes évoquent le voyage. Il s’agit, en effet, d’une excursion d’un autre genre qui guide le visiteur tout en lui garantissant un univers singulier agrémenté de belles découvertes. Avec l’intervention des architectes D’HOUNDT+BAJART, l’ancien bâtiment du musée des Beaux-Arts de Dunkerque a subi une belle mutation!  

© Maxime Delvaux
© Maxime Delvaux
© Maxime Delvaux
© Philippe Braquenier
© Philippe Braquenier

Le site de l’agence D’HOUNDT+BAJART: ici.

Les photos: © Maxime Delvaux – Philippe Braquenier