Alejandro Aravena bouscule l’architecture avec la Quinta Monroy

© Cristobal Palma pour Elemental
© Cristobal Palma pour Elemental

Un jour, le gouvernement chilien a demandé à l’agence d’architecture Elemental dirigée par Alejandro Aravena de résoudre le problème de cent familles qui occupent illégalement depuis trente ans la Quinta Monroy qui se trouve dans le désert chilien. La réponse était tout simplement surprenante !

Considérant les valeurs de l’poque concernant l’industrie du bâtiment au Chili et tout en se basant sur une dotation de 75000 $, l’agence d’architecture a pris la décision de construire sur le même terrain des logements sociaux qui vont accueillir les cent familles au lieu de les déloger pour les déplacer en périphérie de ville.

Optimiser pour construire

Selon les données qu’elles soient budgétaires ou autres, le projet était viable pour trente familles et non pas cent tout en supposant qu’il fallait octroyer une maison à chaque famille. Un problème récurrent qui démontre encore une fois la difficulté de jongler entre terrain exigu et maison familiale. D’où l’une des raisons essentielles de l’éloignement du logement social des villes (surtout quand il s’agit de maisons individuelles).

Pour essayer d’utiliser efficacement la parcelle dont il est question, l’architecte a travaillé sur des maisons groupée disposées en rangers, même si cela réduit considérablement la largeur du lot qui devient la même que celle de chaque résidence. Avec cette solution, soixante-six familles peuvent être logés mais la promiscuité pose problème.

Selon l’architecte qui déclare que le logement social devrait être considéré comme un investissement et non pas comme une dépense, il a fallu donc ajouter la valeur des maisonnées au fil du temps ce qui ne s’applique pas toujours à ce type de constructions.

Construire pour agrandir

D’où la mise en place d’un ensemble de critères qui font la réussite de cette opération. Parmi ces derniers, la création d’un lieu commun entre privé et public qui sera l’une des nouveautés apportées. Cet espace collectif sera à accès restreint pour les familles en très grande difficulté.

Citons également l’idée où la construction d’origine ne se terminera pas pour garder la possibilité à chaque famille de continuer (via l’autoconstruction) les espaces dont elle a besoin. Le bâtiment initial devient donc un support pour lancer l’opération qui se terminera au fil du temps et selon les moyens financiers de chaque habitant.

Ici, l’idée d’Aravena est très loin des idées défendues par ses confrères, c’est une manière très personnelle qui essaye de surmonter la pauvreté. L’architecture n’étant que le moyen d’appliquer ses opinions.

Alejandro Aravena est le commissaire de la Biennale d’Architecture de Venise cette année. Il vient de décrocher le Pritzker Price 2016 !

© Cristobal Palma pour Elemental
© Cristobal Palma pour Elemental

Le site de l’agence d’architecture d’Alejandro Aravena : ici.

Les photos : © Cristobal Palma