Archives par mot-clé : Nouvelle Orléans

A la Nouvelle Orléans, EskewDumezRipple remanie les deux derniers étages du CAC

© Neil Alexander

En Louisiane, La boutique du CAC Nouvelle Orléans, The Shop, réalisée avec soin par l’agence d’architecture EskewDumezRipple consiste en un véritable lieu de co-working occupant le troisième et quatrième étages du Contemporary Arts Center (CAC).  Situé dans le centre-ville de la Nouvelle-Orléans, ce dernier occupe l’une des institutions culturelles les plus importantes de la cité.

Un espace de travail mais pas que…

Ciblant les entreprises technologiques, artistiques et culturelles, The Shop sert de plaque tournante de l’entrepreneuriat dans le couloir d’innovation en développement du centre-ville. Situé dans un ancien entrepôt historique de 1920, le bâtiment a été utilisé tout d’abord comme siège de K&B, une pharmacie locale et une entreprise de soda jusqu’à ce que le CAC acquière l’ensemble au milieu des années 1970.

Cependant, les deux derniers étages du CAC ont toujours été vacants, The Shop marquant la première rénovation à grande échelle de cet espace au cours des quarante dernières années. La boutique propose plus de 40000 pieds carrés d’espace de travail collaboratif pour un groupe diversifié de professionnels de la création.

L’espace de travail est composé de 69 bureaux entièrement meublés, sept salles de conférence équipées des dernières technologies et 15 000 pieds carrés d’espace d’agrément, s’étendant sur deux étages et un toit-terrasse. La boutique est reliée par un escalier sculptural ouvert et comprend une vaste zone de loisirs pour tous, des espaces de réunion et de bureaux variés en plus d’une gracieuse terrasse sur le toit.

Les architectes nous informent que cette rénovation préserve l’architecture classique du quartier, les entrepôts du bâtiment existant tout en incorporant des éléments modernes. L’espace lumineux présente de hauts plafonds avec poutres apparentes et des grandes fenêtres mais aussi la collection d’art contemporain ainsi que le plan d’étage fluide et ouvert. Le cœur de The Shop est donc un espace commun qui est conçu pour faciliter la conversation et la connexion.

L’ensemble dispose d’une cuisine complète, de sièges, d’un café, de collations disponibles à l’achat et d’un espace commun et de loisirs. Toutes les commodités de The Shop offrent aux petites entreprises, aux entrepreneurs et aux professionnels des arts les ressources dont ils ont besoin pour se développer. Les meubles vintage proviennent d’une variété de fournisseurs pour donner l’impression d’un salon. S’inspirant de l’esprit du CAC et mettant en avant les les collaborations avec la communauté artistique, l’ensemble est doté de peintures murales personnalisées ainsi que des œuvres d’art locales et nationales, apportées pour orner les murs.

Concernant les différents éléments décoratifs, des cabines téléphoniques ont été incorporées pour créer des lieux de conversations privées et un espace de travail calme, certaines possèdent des comptoirs tandis que d’autres présentent des sièges lounge. Les appliques décoratives et le papier peint graphique créent une atmosphère chaleureuse et intime. Les bureaux aux tables ouvertes avec des lampes de travail sont destinés aux utilisateurs quotidiens des lieux.

Responsable, raisonné, fonctionnel et tout aussi esthétique

Le projet comprend plusieurs tailles de bureaux privés. Les fenêtres entre ces derniers permettent à la lumière du jour de pénétrer dans tout l’espace. Selon les architectes, la brique existante a été laissée exposée pour rehausser la patine industrielle du projet. Les fenêtres qui se trouvaient le long des façades sud et ouest ont été remplacées tandis que celles des façades nord et est ont été laissées telles quelles. Les conduits électriques ont été laissés exposés pour mettre en avant la structure existante.

Le concept de l’escalier de liaison est né de l’idée de fusionner l’art et l’artisanat. Les escaliers créent une forme de fluidité entre les deux étages. Les architectes ont donné une grande importance à l’évolutivité du projet ainsi qu’à son aspect durable. Donnons l’exemple des fenêtres à simple vitrage des façades sud et ouest du bâtiment du Centre des arts contemporains, qui ont été remplacées par du verre isolant à faible émission pour réduire le gain de chaleur et les infiltrations d’air. De même, l’éclairage architectural est à LED, ce qui réduit la consommation d’énergie de plus de 80% et dure jusqu’à 25% plus longtemps que les ampoules classiques. Des détecteurs de présence dans tout l’espace allument et éteignent automatiquement les lumières. Les puits de lumière ont été remplacés pour maintenir l’éclairage naturel existant et de l’isolant a été ajouté au toit. Un nouveau toit a été installé pour réfléchir la lumière, lui permettant de garder jusqu’à 50-60 degrés plus de fraîcheur que les matériaux conventionnels pendant les pics de chaleur. Un ensemble de procédés qui assurent non seulement un grand confort mais qui se distinguent par leur côté durable. C’est un projet responsable, raisonné, fonctionnel et tout aussi esthétique !

© Sara Essex Bradley
© Neil Alexander
© Neil Alexander
© Neil Alexander
© Neil Alexander
© Neil Alexander

Le site de l’agence EskewDumezRipple: ici.

Les photos : © Neil Alexander; Sara Essex Bradley

L’équipe de EskewDumezRipple : chef de projet : Steve Dumez, FAIA, Jose Alvarez AIA, LEED AP, Hussein Alayyan, LEED AP BD+C, architecte, Jill Traylor-Mayo, NCIDQ, architecte d’intérieur, Emily Heausler, IIDA, et Andy Redmon, LEED AP

Architecture : EskewDumezRipple, Ingénierie : YKM Consulting, MEP ; Ingénierie structure : PACE Group ; Architecture d’intérieur : Studio Interior Design ; AOS, FF&E Procurement ; Maîtrise d’ouvrage : Palmisano Group

Bienville House, une charmante maison signée Nathan Fell architecture

© Justin Cordova

En réponse aux diverses exigences d’une famille citadine habitant la Nouvelle-Orléans, l’agence Nathan Fell architecture vient de terminer la réalisation d’une maison individuelle de haute qualité. Découverte d’une demeure de caractère qui croise les textures.

Maximiser l’utilisation du terrain

« Le travail de cette famille les obligeait à rester attachés à leur domicile pendant des périodes plus longues que chacun ne le souhaiterait. Cela est devenu perturbateur pour le bien-être en raison de trop de temps passé à l’école, au travail et à l’intérieur de la maison. » Nous raconte Nathan Fell.

C’est pour cette raison que les propriétaires ont commencé à envisager, comme le font de nombreuses familles, le déménagement en banlieue pour être à proximité de grands parcs publics et d’équipements ayant un lien direct avec la nature environnante. Plutôt que de s’éloigner de la ville, les propriétaires ont fini par opter pour un changement audacieux en construisant une nouvelle maison qui inverse le regard sur la vie domestique à l’intérieur d’un petit lot urbain.

L’architecte Nathan Fell a été mandaté pour mener à bien cette opération. Le nouveau duplex est conçu pour maximiser l’utilisation du terrain. L’objectif central de la conception était de configurer les espaces communs de manière à accéder au mieux à la lumière, à l’air et aux espaces extérieurs. L’unité située à l’arrière se compose de quatre chambres à coucher et leurs salles de bains tandis que la partie avant constitue une location à court terme avec trois chambres et leurs salles de bains. La disposition oriente l’unité de location vers la ville tout en ouvrant l’unité principale vers la cour arrière.

Le premier étage a été conçu pour être volumineux avec des plafonds bas et des escaliers compressés autant que possible pour maximiser la superficie des espaces communs. A l’arrière, une terrasse extérieure se poursuit depuis l’espace commun intérieur sur toute la cour et s’étend sous une partie du volume de l’étage supérieur avec une piscine surélevée. Deux parois coulissantes en verre s’ouvrent pour agrandir les espaces intérieurs et extérieurs. La partie donnant sur rue se pare d’une paroi coulissante en verre pour fournir une plus grande ouverture vers l’extérieur et mène à une terrasse jouxtant le trottoir. Une jardinière surélevée enveloppe le pont avant avec suffisamment de hauteur pour fournir à l’intérieur de l’intimité.

Des finitions brutes et apparentes

Les diverses pièces sont configurés pour accentuer la transparence entre les espaces intérieurs. Les étages supérieurs contiennent plus d’espaces privés et sont enveloppés par des surfaces extérieures formant un échelon de formes cubiques suspendues lisibles à partir de plusieurs points de vue. Le revêtement extérieur s’enroule horizontalement comme le plafond intérieur des espaces du 1er étage pour donner une impression d’extérieur à l’intérieur. Les murs structurels sont une série de murs monolithiques en béton apparent. Les formes statiques juxtaposent l’espace intérieur plus animé comme un cadre, renforçant la transparence.

Les finitions du premier étage sont brutes et apparentes, servant de toile de fond pour un ameublement de teintes plus vives. Les murs en béton sont exposés dans la mesure du possible et les armoires de cuisine sont en noyer teinté clair. Les finitions des étages supérieurs, en revanche, sont plus colorées.

L’architecte a opté pour plusieurs espaces qui donnent l’impression d’être dans un environnement lointain alors que la demeure se trouve en plein ville. L’homme de l’art a su manier savamment les textures pour un résultat accrocheur. Ainsi, les habitants peuvent jouir de la piscine à moitié ouverte vers l’extérieur, du jacuzzi et de la vue imprenable de la terrasse tout en gardant leur intimité. L’ensemble, aux traits épurées et lignes sobres a su apporter les réponses adéquates aux diverses exigences de la famille qu’il va abriter.

© Justin Cordova
© Justin Cordova
© Justin Cordova
© Justin Cordova
© Justin Cordova

Le site de Nathan Fell Architecture: ici.

Les photos : © Justin Cordova