Phase Dance, la charmante réalisation de Takeshi Hirobe

© Koichi Torimura

Au Japon, à Shizuoka, l’architecte Takeshi Hirobe vient de terminer la réalisation de Phase Dance, une charmante construction qui épouse la pente et se démarque par une élégante charpente en bois.

Une forme arrondie

L’architecte nous informe que le site de ce projet est en pente et était initialement recouvert d’une forêt dense. Bien que la zone environnante ait été développée avec des résidences secondaires dans les années 1970, cette parcelle en particulier n’avait jamais été construite.

« En visitant le site à plusieurs reprises, nous avons été attirés par un grand arbre à écorce orange et avons commencé à chercher un moyen de le laisser afin qu’il puisse coexister avec l’architecture. » Sur la base des règlements locaux ainsi que d’autres contraintes, l’architecte a calculé que l’arbre était situé près du centre approximatif de la zone où la construction était possible. Il a été décidé de concevoir la maison en arrondie pour que l’ensemble s’enroule autour de l’arbre, lui donnant l’espace nécessaire pour grandir tout en créant une relation avec lui.

« Nous avons pensé à l’arbre comme un point central et une force centripète, mais nous nous sommes efforcés d’éviter une conception symétrique avec des angles uniformes. » Souligne l’architecte qui explique le choix par le fait que la maison n’est généralement habitée que par quelques personnes, ainsi, la création d’une succession d’angles variés se traduirait par une sensation d’échelle confortable dans chaque espace.

De béton et de bois

La propriété en pente possède une dénivellation similaire à celle à la fin d’un promontoire, ce qui a fait de la question de savoir comment placer le bâtiment sur le terrain une question structurelle d’actualité. Afin d’éviter une fondation trop grande et profonde, nous avons attribué environ un tiers de la superficie du bâtiment à un surplomb, réduisant ainsi la zone de contact avec le sol. La structure de base est composée de béton armé de la fondation jusqu’au sol du deuxième étage, avec du bois au-dessus. Le niveau supérieur, qui a été conçu principalement comme un espace de lecture, a la même empreinte que le niveau inférieur, mais en faisant varier la forme des plans triangulaires du toit, les architectes ont pu conserver une continuité.

Le sommet se situe autour du centre du bâtiment, tandis que les deux sections d’extrémité étroites descendent vers le premier étage via une mezzanine et un vide. Cela crée finalement l’impression d’un seul toit couvrant l’ensemble du bâtiment, même s’il est divisé en plusieurs sections. Pourquoi l’appellation Phase Dance ? « Le nom Phase Dance vient en partie de notre sentiment que le processus continu consistant à décider comment répondre aux différentes phases ou aspects du projet était une danse ; en partie à cause de la forme en croissant du bâtiment, qui rappelle les phases de la lune ; et en partie du fait que nous nous sommes inspirés de la transparence et de la vitesse de la chanson du même nom du guitariste Pat Metheny. » Conclue l’architecte.

© Koichi Torimura
© Koichi Torimura
© Koichi Torimura
© Koichi Torimura
© Koichi Torimura

Le site de Takeshi Hirobe : ici.

Les photos : © Koichi Torimura