Champs-Élysées histoire & perspectives, la singulière exposition du Pavillon de l’Arsenal

©Salem Mostefaoui

Il est un lieu parisien qui attire les visiteurs du monde entier. Internationalement connue, mondialement appréciée, l’avenue imaginée par Le Nôtre en 1664, baptisée Champs-Élysées à partir de 1709 et aménagée par Jacques-Ignace Hittorff et Adolphe Alphand au XIXe siècle, constitue toujours un sujet d’études, de débats mais aussi de concertation. L’exposition Champs-Élysées histoire & perspectives qui vient de débuter au Pavillon de l’Arsenal en est la preuve.

Rendre la ville à ses habitants

C’est une exposition singulière dédiée à « la plus belle avenue du monde », traitant d’un sujet à la fois actuel et essentiel que le public découvre au premier étage du 21, Boulevard Morland, à Paris.

Baptisée Champs-Élysées histoire & perspectives, l’exposition parisienne présente l’étude menée à l’initiative du Comité Champs-Élysées par Philippe Chiambaretta (PCA-Stream) et une équipe importante d’historiens, chercheurs, ingénieurs, scientifiques, artistes mais aussi divers acteurs économiques et culturels. Elle retrace l’évolution des Champs-Elysées, analyse ses destinations et après avoir développé les divers enjeux contemporains, propose une vision de ses possibles évolutions.

Les Champs-Elysées ont bien changé. En effet, trois siècles après leur création, le passage quotidien de milliers de voitures, le bruit, la pollution et le tourisme de masse entre autres ont participé au ternissement de son visage. A cela s’ajoute, les jardins délaissés que les parisiens ne se sont pas appropriés. Cependant, il existe, selon Philippe Chiambaretta, une très belle solution. Rendre la ville à ses habitants. Pour cela, l’architecte propose une étude minutieuse, à la fois poussée et réaliste qui présente l’état actuel des Champs-Elysées tout en proposant une solution pour son devenir.

C’est à l’initiative du Comité Champs-Élysées que l’étude menée par Philippe Chiambaretta a vu le jour. Le Pavillon de l’Arsenal sert ainsi de vitrine à une exposition rare dans son genre, la présentation d’une idée et non pas d’un projet réalisé. Peu importe le moment choisi, il s’agit d’une fraction de la capitale française qui mérite l’attention.

A travers une vision mais pas que…

L’exposition est riche d’informations. En effet, mis à part l’histoire prospère de l’un des lieux parisiens les plus mythiques, le visiteur découvre aussi son état actuel et les problématiques qui en découlent. Les touristes qui affluent tous les ans à Paris savent-ils qu’ils composent les deux tiers des passants sur les Champs-Élysées ? Si l’on retire ceux qui travaillent dans le quartier et les personnes en transit, combien constituent les usagers de l’avenue ? Les habitants savent-ils qu’ils font partie des 0,2  % de la population exposée à des niveaux sonores supérieurs à 75 dB(A) et 11  % à des niveaux compris entre 68 et 75 dB(A) ? Des questionnements auxquels non seulement l’étude répond avec précision mais elle tente d’apporter des solutions. Ces dernières, à la fois durables et nécessaires, projettent ce territoire vers une autre dimention, accompagné par un processus d’une prise d’une conscience globale et d’une necessité de mutation en valorisant les divers potentiels du lieu.  

Que propose l’étude exposée au Pavillon de l’Arsenal ? Tout simplement la réappropriation des parisiens leurs Champs-Elysées. Mais pour cela, il faudra faire divers efforts, plusieurs concessions et surtout avoir de grandes ambitions. Tout d’abord, diminuer le nombre et l’intensité des îlots de chaleur, rendre les sols plus perméables et augmenter les surfaces de végétalisation tout en facilitant les mobilités douces. Il s’agit d’actions qui peuvent valoriser le patrimoine et les jardins existants. Mais les intentions ne suffisant pas, il faudrait inventer de nouveaux types de financements ou de partenariats, construire tout en consommant moins, pour pouvoir arriver à des solutions capables de durer dans le temps.

La « Vision 2030 » que le visiteur découvre lors de l’exposition, n’est donc pas une chimère, mais une étude concise et tentaculaire qui couvre plusieurs domaines, croise diverses connaissances et concentre de multiples talents. Mis à part une merveilleuse maquette, des croquis, des dessins, des films appuient l’étude menée exposée. Un conséquent ouvrage accompagne également l’exposition. Et finalement l’évènement invite chacun à participer au débat et à cette métamorphose à travers la plateforme Make.org. Et comme son habitude, le Pavillon de l’Arsenal n’oublie jamais le jeune public. En parallèle de l’exposition, des ateliers pédagogiques permettent de sensibiliser les jeunes et les scolaires. De même, des promenades urbaines et des conférences réunissant des experts continuent à faire parler de l’étude exposée. Bref, tout est mis en avant pour faire participer le plus de monde. L’exposition qui vient d’ouvrir le 14 février restera jusqu’au 10 mai 2020. Il est impératif d’aller y faire un tour !

©Salem Mostefaoui
©Salem Mostefaoui
Photo aérienne©A.Grignard

Pour plus d’informations, voir : le site du Pavillon de l’Arsenal.

Les photos : © Salem Mostefaoui