Archives par mot-clé : Spaceworkers

La Casa MF, sobriété, élégance et grâce

© Fernando Guerra | FG+SG

Au Portugal, les architectes de l’agence Spaceworkers qui ont réalisé la Casa MF nous racontent que le grand défi de ce projet était de s’adapter aux divers exigences du client qui souhaitait une maison en forme de «L». Le résultat est tout simplement charmant.

Un monolithe irrégulier

« Développer une identité originale et trouver une réponse à cette demande, a été la principale inspiration de la démarche adoptée de manière quasi imperceptible. » Déclarent les architectes qui ont accompli un travail tout en finesse. La distribution des espaces, avec clarté et rationalité, sans l’évidence morphologique cachée dans le mouvement tenu des éléments qui accompagnent les deux rues, engendre une volumétrie qui participe à la formation d’un projet conforme aux demandes des propriétaires.

Les façades principales de ce monolithe irrégulier sont en béton apparent avec un coffrage en bois. Elles sont composées d’une succession de volumes opaques, bruts et hermétiques qui ferment la maison au monde extérieur. Pour l’intérieur du terrain, le volume est découpé afin de profiter de la lumière et du jardin, assurant l’intimité face à la rue. Le programme de la maison est réparti sur une série de volumes consécutifs, comme dans un jeu de pièces encastrées, presque ludique. Chacun des entités présente différentes fonctions, hauteurs et profondeurs créant une dynamique spatiale unique et mettant l’accent sur une nouvelle lecture d’une maison en forme de «L».

Les architectes ont créé de nouvelles relations visuelles entre le plein et le vide mais aussi entre les espaces privés, semi-privés et la vue sur l’espace central du jardin où se trouve également la piscine. Le projet pour un couple avec deux enfants est, selon Spaceworkers, une ode à l’intimité du résident. De l’extérieur, le côté nord de la maison est obscur et fermé. En effet, depuis la rue, il n’est possible d’identifier que deux ouvertures (l’une mesurant 5 mètres de haut) pour voir le ciel et l’autre depuis les chambres menant à la cour intérieure. D’autre part, le reste de la lumière est apporté par l’organisation intérieure du volume qui éclaire la maison d’un bout à l’autre, elle est liée aussi bien au jardin qu’à la piscine. L’accès principal à la maison est marqué par un énorme volume en porte-à-faux qui lévite au-dessus de l’entrée, avec une hauteur sous plafond imposante qui priorise le volume d’accès vis-à-vis de l’ensemble du monolithe. Ce bloc suspendu contraste avec un grand plan de verre qui relie subtilement, légèrement et d’une manière équilibrée l’extérieur avec la vue sur le jardin. A côté de l’entrée et à proximité de l’espace commun, il y a une étude utilisée pour les réunions fréquentes des propriétaires, étant un espace semi-public, préserve soigneusement l’intimité de la famille.

Un jeu géométrique audacieux et texturé

Un espace polyvalent a été conçu pour les plus jeunes, il est actuellement utilisé comme salle de jeux, avec la particularité que l’entrée lumineuse se trouve au même niveau du sol, permettant ainsi de voir le jardin lorsque les enfants sont assis en train de jouer. Et à l’avenir, lorsque l’espace sera utilisé comme une salle d’étude, cette entrée lumineuse ne se considèrera plus comme une distraction. Les quatre salles sont continues avec un accès indépendant au jardin et à la piscine, entretenant la relation intérieur / extérieur sans exposer ses utilisateurs. Les salles de bains, quant à elles, sont éclairées de lumière zénithale grâce à 3 puits de rectangulaires de lumière présents dans 3 chambres. Les placards accompagnent le jeu volumétrique de la maison suivant les différentes échelles et les hauteurs de chaque bloc.

Dans la suite parentale, deux volumes d’échelles différentes sont rejoints par un petit patio intérieur qui apporte un peu de nature à la maison et accompagne la transition entre la chambre principale, la salle de bain et le dressing. Le seul espace éloigné du reste s’ouvre sur la piscine et est stratégiquement positionné pour obstruer et minimiser la relation visuelle avec la maison voisine. L’espace extérieur et la piscine sont protégés par ce volume qui cache la vue sur le salon et le jardin et les voisins. L’intimité créée a donc un effet sur les deux maisons. Le résultat est un jeu géométrique audacieux et texturé, avec différentes hiérarchies qui sont structurées de manière sophistiquée et améliorent l’interaction et l’intimité des habitants, en préservant toujours une relation harmonieuse avec l’environnement.

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Le site de Spaceworkers : ici.

Les photos : © Fernando Guerra | FG+SG

Agrela House, une maison pour les livres

© Fernando Guerra FG+SG

Au Portugal, dans la périférie de Porto, les architectes de l’agence portugaise Spaceworkers ont réalisé une maison familiale qui joint l’utile à l’agréable. A la fois simple et sobre, l’ensemble aux formes géométriques et aux lignes pures constitue une originalité à part entière.

Un espace haut

C’est une maison pour les livres. Les architectes nous racontent que le défi a commencé avec un seul souhait de la part du client, réaliser un grand espace pour y caser de nombreux livres. « Immédiatement, notre imaginaire nous a guidés vers les nombreuses bibliothèques classiques de la Renaissance, avec des escaliers coulissants qui atteignent la montagne du livre. » Telle était donc la devise de l’intervention. Il fallait concevoir un espace haut capable de générer la composition et d’hiérarchiser les espaces intérieurs.

L’idée a trouvé chemin et l’expérience volumétrique a conduit à la différenciation fonctionnelle des espaces intérieurs, créant un toit comme une masse agitée de différentes hauteurs. La toiture fait figure également comme une cinquième façade et influence les autres. « Soudain, nous avions créé un toit de couverture dense, lourd et monolithique qui devait être subverti, donnant une idée de masse en lévitation qui repose légèrement sur du bois clair et du verre. » Racontent les architectes.

Un béton texturé

Le toit semble presque écraser les utilisateurs des lieux, leur rappelant leur propre échelle humaine et l’importance ancestrale de la notion de l’abri. Par ailleurs, le temps qui constitue une composante architecturale importante, forme également un vecteur essentiel de la composition. Les éléments construits, spécialement en béton, cherchent ainsi à enregistrer le passage du temps à travers la texture de coffrage. Ce dernier, similaire aux variations de la toiture, est formé des saillies et des renfoncements, permettant de garder intacte la représentation des ombres aux différentes heures de la journée, donnant un aspect dramatique aux façades.

Les architectes sont conscients qu’au fil du temps le béton texturé vieillira naturellement et s’intégrera mieux dans l’environnement rural où se trouve la maison. Il en sera de même pour la base en bois, qui plus elle vieillit, plus elle deviendra fastueuse. Deux matériaux qui apportent, chacun à sa manière, un caractère à l’ensemble.

Les intérieurs sont simples, sobres et épurés. La couleur blanche règne et procure un sentiment de générosité. Les grandes baise vitrées s’ouvrent à l’arrière de la villa sur un espace ordonné agrémenté par une somptueuse piscine. La clôture qui peut ressembler de loin à des murs d’enceintes, préserve la vue extérieure tout en apportant à l’ensemble un côté îlot pour y vivre à l’abri des regards. L’Agrela House ressemble à un petit bijou qui nécessite la découverte.

© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG

Le site de l’agence Spaceworkers : ici.

Les photos : © Fernando Guerra FG+SG

La casa Cabo, une petite merveille en béton

© Fernando Guerra | FG+SG

La Casa Cabo est une maison destinée à accueillir un jeune couple. Ce dernier souhaitait une habitations atypique qui ne ressemble en aucune autre maison environnante. La réponse des architectes de l’agence portugaise Spaceworkers est donc unique.

Fonctionnalité et esthétisme

Selon les architectes, c’est la visite du lieu qui a déterminé la forme de la résidence. En effet, il existait un certain vide laissé par la forme de la vallée qu’ils ont souhaité combler tout en créant une architecture qui reflète les espaces verts environnants. En conséquence, les utilisateurs des lieux peuvent savourer les divers vues sur le paysage.

Le volume proposé par les architectes de Spaceworkers, se matérialise à travers deux dalles en béton et leurs côtés concaves, permettant l’insertion d’un mur de verre et de bois entre elles. Il se dégage de l’ensemble une certaine communion entre l’intérieur de la maison et l’extérieur.

Fluidité et luminosité

La construction reflète le mode de vie de ses propriétaires. La cour centrale organise tous les espaces communs comme un foyer. A l’intérieur, il n’y a pas de barrières entre les différents espaces, seulement une géométrie organique et des formes fluides que le visiteur peut parcourir librement. Les espaces privés de la maison sont cachées derrière un mur-rideau qui entoure la cour ainsi que le garage et les zones de service. Comme dans les espaces communs, la chambre principale est constituée d’un espace fluide sans portes, où le placard de la salle de bain et le lit façonnent l’espace.

Les intérieurs sont épurés, la couleur blanche contraste agréablement avec le béton brut des planchers. Les différentes espaces sont lumineuses et  l’ensemble dégage une certaine élégance. Avec les textures à l’état brut à l’intérieur et à l’extérieur, la maison établit une connexion parfaite avec son environnement ; En effet, il s’agit d’une douce communion avec la nature. Les architectes ont réussi brillamment leur pari, c’est une maison atypique de forme originale mais de diverses qualités.

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

 

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Le site de l’agence d’architecture Spaceworkers: ici.

Les photos : © Fernando Guerra | FG+SG