« L’abeille et l’architecte »

Qui est derrière le blog « L’abeille et l’architecte » ?

Pas une abeille mais un architecte qui a construit l’idée des « Gérard de l’architecture » dans sa tête avant de la publier sur le web. Une pensée humoristique et caustique qui a accaparé pas loin d’un mois le petit monde de l’architecture. Mieux qu’un bilan de fin d’année pour travaux réalisés ou d’un calendrier de nouvel an qui cherche des sponsors sans arrêt, un seul papier a eu plus que 20000 votes et près de 200000 visiteurs, des architectes en majorité.

Architecture | France

Parlons de notre architecte qui, en vérité, ne s’appelle pas Gérard mais Jérôme.

L’architecture passe-t-elle de père en fils ? Il faut le croire…

Le grand-père de Jérôme était architecte (il a travaillé entre-autres sur cinq tours à La Défense), son père est aussi architecte. En conséquent, Jérôme a suivi le chemin et a eu à son tour une activité intense dans les milieux estudiantines. Plus tard il a  co-écrit la réforme LIMADO.

Jérôme a mis dix ans pour obtenir son HMONP. Pendant ce temps, l’architecte n’a pas fait que travailler dans le domaine de l’architecture mais il a fait aussi de la politique. Politique et architecture est-ce compatible se demande-t-on alors ?

Avant Jérôme, Andrew Todd et d’autres ont soutenu cette déclaration : « L’architecture est politique ». Donc, il doit y avoir une relation…

Durant ces dix années, de l’architecture éphémère jusqu’aux projets les plus luxueux, en passant par la phase de chantier, Jérôme a acquis une conséquente expérience dans tout ce qui touche de près ou de loin à l’architecture.

Et puis le travail de Jérôme dans l’agence de Catherine Dormoy (Mention à l’Equerre d’argent 1998) dont il garde ses meilleurs souvenirs. Et enfin l’agence où il travaille aujourd’hui où il suit à la fois des études et des chantiers (32 logements dans les Yvelines et 12 logements à Paris). Une activité couplée d’un boulot de communication et de préparation de notices, bref, une nouvelle expérience qui répond à ses attentes. C’est dans cette agence qu’il trouve la vraie signification de ce que c’est l’architecture et c’est là où notre architecte aimerait progresser.

Quand on demande à Jérôme pourquoi un blog ? Il part dans une explication tout d’abord assez comique en disant que les 140 signes de twitter ne suffiront plus à dire ce qu’il avait envie de raconter et puis, une autre explication plus sérieuse suit cette dernière, un énoncé qui prend pour exemple certains  paroles de George Orwell, le romancier britannique. Et là, des mots comme « décence » et « valeurs » agrémentent ses phrases pour revenir à l’idée que la décence devrait être l’une des qualités majeures des architectes.

On comprend donc d’où vient la parodie des Gérard. Et on apprend que cette dernière serait donc la manière de Jérôme de pointer vers une discipline où l’humour n’existe pas ou plus. La preuve selon ses dires que certaines agences d’architecture mondialement reconnues et citées ont diffusé massivement cette cérémonie mordante et virtuelle. On apprend aussi que les parpaings d’or reprendront l’année prochaine, le rendez-vous est donc lancé.

A part ça, une petite pensée architecturale pour ce qui se construit aujourd’hui ? Oui, Jérôme aimerait voir le devenir des « trucs » vert-pomme. Là aussi rendez-vous dans dix ans.

Et pour conclure ?

Jérôme est un personnage souriant et idéaliste, un architecte haut en couleurs qui prend comme exemple la citation de Vignole : « L’architecture, cette tentative toujours un peu présomptueuse, de vouloir organiser le désordre du monde »

En tout cas avec les Gérard, Jérôme n’a pas organisé le désordre du petit monde de l’architecture mais il l’a probablement rendu un peu plus « humain »…

Le site de « l’abeille et l’architecte »: ici.

 

3 réflexions sur « « L’abeille et l’architecte » »

  1. Bon! Il faut dire que ce Jérôme a bousculé avec les Gerards le monde de l’archi. Il se prend pour un moralisateur ou quoi? J’ai suivi son blog depuis ses billets malgré leur côté âpre ils pointent sur notre actualité. Il faut être archi pour connaître bien comment réagit ce monde clos et ce gars a un bel avenir devant lui s’il continue ainsi. On aime ou pas on ne peut que réagir à ses articles. Que d’autres archis fassent de même, parlons de notre profession et ne laissons pas les journalistes raconter ce qui se voit il n’y a qu’un archi qui puisse parler à notre nom!

    Chapeau l’abeille euh pardon Jérôme 😉
    Toutes mes amitiés,
    P.L.

  2. Moi je dis que ce Jérôme-Olivier (Jérôme-Olivier! Non mais, allô quoi, c’est pas possible ce prénom là, c’est un pseudo, non mais allô!), il en a sous la pédale! D’bor ses papiers sont vachement bien troussés, ensuite ils sont solidement étayés et enfin – et ce n’est pas la moindre de leurs qualités – ils sont drôles! Et dans cet univers « glacé du calcul égoïste » qu’est devenue parfois la pratique du métier, il fait souffler un vent particulièrement salutaire! Allez J.-O. on te soutient!

Les commentaires sont fermés.