D’une autre époque…

Warning: Trying to access array offset on value of type null in /home/clients/9e326215cd8db0095be6ca97dabfc144/web/wp-content/themes/bravada/includes/loop.php on line 341

D’une autre époque…

Jugée comme osée par sa forme, exagérée pour sa fonction, constamment contestée à son époque, aujourd’hui elle est devenue l’une des églises modernes incontournables de sa région. Son architecte, Gottfried Böhm, a étudié la sculpture à l’académie des Beaux-Arts. Des études qui ont dirigé son regard vers une architecture différente et des conceptions distinctes. Et comme un témoignage d’une autre époque, cette église tant critiquée est à présent un haut lieu de pèlerinage inéluctable pour certains ainsi qu’un édifice monumental qui attire n’importe quel curieux d’architecture…
Pour plus d’informations et de photos, voir: ici.
La photo: ©Yuri Palmin

12 commentaires

  1. Dans son Architecture expressionniste, Wolfgang Pehnt écrit à propos notamment de cette oeuvre (l’Hôtel de ville de Bensberg) que « les constructions massives en béton armé de Gottfried Böhm, dépassaient de par leur effet de volume et de perspective toutes les constructions expressionnistes autochtones, même celles de son père Dominikus ». La continuité, donc, avec l’anthroposophie et l’expressionnisme est justifiée ici par un lien biographique.

  2. Les liens biographiques peuvent engendrer deux genres de réactions complètement opposées: Une certaines continuité ou bien une rupture complète pour se forger une personnalité.

  3. C’est le « problème » du brutalisme, on aime ou pas, c’est très spécial comme démarche et tendance. Et dans ce cas précis l’intérieur semble plus accueillant en effet.

  4. Extérieur et intérieur j’adore !
    Une étoile supplémentaire pour l’intérieur, j’avoue.

    Sa disposition, vue de l’extérieur, me rappelle vaguement (allez savoir pourquoi !) l’église Sainte Jeanne d’Arc à Rouen. Pas vraiment de point commun, si ce n’est que les deux architectes sont passés par les Beaux-Arts…

  5. François

    Excellente trouvaille. J’adore du brutalisme pur, c’est une merveille!
    Les photos ne mettent pas en avant l’extérieur va savoir pourquoi.

  6. François:
    Je m’en doutais fort que ça allait plaire à certains adeptes du brutalisme 🙂

    Pour les photos, j’aurais dû chercher un peu plus, tu as raison, elles sont prises de loin et pas de détail avantageux.

Les commentaires sont fermés.