Archives par mot-clé : extension

Au Tyrol, noa* réalise des cabanes dans les arbres

© Alex Filz

L’agence d’architecture connue par ses projets atypiques noa* (Lukas Rungger et Stefan Rier) basée à Bolsano et à Berlin vient de terminer l’extension d’un hôtel situé dans le Tyrol du Sud. Les dix suites à pignon sur pilotis, que les architectes ont ajouté à l’existant, sont censés préserver l’accès au terrain pittoresque. Originalité, perspicacité et harmonie sont au rendez-vous.

Un concept original

Dans le village alpin de Siusi allo Sciliar, les dirigeants de l’hôtel Floris souhaitaient d’élargir la capacité de l’établissement en y ajoutant dix suites supplémentaires. Le projet de la réhabilitation ainsi que l’extension a été attribué à l’agence d’architecture noa*. Les architectes nous racontent comment ils ont procédé à l’élaboration d’un concept original qui croise astucieusement la fonctionnalité, l’aventure et la rêverie.

Depuis de nombreuses années, les chambres confortables du Parc Hotel Florian, situées au pied du village de Siusi allo Sciliar, offrent des vacances uniques toute l’année à leurs visiteurs. Cependant, le magnifique parc constitue une caractéristique unique de cette propriété, un espace singulier où tout le monde est encouragé à s’attarder parmi les arbres centenaires, un étang idyllique et une piscine extérieure. Un environnement idyllique qui ne laisse personne indifférent.

Beaucoup de tact et de sensibilité

Le complexe a récemment été agrandi avec dix nouvelles suites situées dans un bâtiment indépendant, qui se connecte à la structure existante, offrant à la fois un sentiment de continuité et une nouvelle perspective avec un langage architectural divergent. Les architectes de noa * qui ont été chargés d’améliorer la conception de l’hôtel se trouvent donc en face de plusieurs exigences, d’une part, la marque de l’hôtel reconnue par ses motifs uniques qui devait être préservée de manière optimale et d’autre part, la problématique des environs, avec l’existence de la résidence familiale adjacente, le parking et l’hôtel lui-même, un ensemble qui demande beaucoup de tact et de sensibilité.

Les architectes nous racontent qu’au départ, l’idée était de séparer le nouveau bâtiment de l’ancien afin de laisser le terrain intact et occuper le moins d’espace possible. Mais l’idée n’était pas seulement de ranger plusieurs pièces côte à côte mais de créer un groupement ordonné de cabanes dans les arbres à la fois intimes et autonomes, le tout élevé sur des supports de trois mètres de haut, laissant le terrain entièrement accessible en dessous. En même temps, il y avait un souhait non seulement pour accueillir les invités dans les nouvelles suites du parc, mais pour leur permettre d’en faire partie. Au cours du processus de conception, le parc est devenu le thème central de l’architecture, intégrant le nouvel édifice dans la nature, comme s’il avait toujours été là.

Ainsi, le concept des cabanes dans les arbres a commencé à prendre forme et la passerelle qui forme l’épine dorsale du nouveau développement est la structure à deux étages contenant les suites et leurs cinq chambres situées à l’étage, toutes avec vue sur le parc. Afin de rendre le complexe architectural encore plus dynamique, les chambres sont situées les unes au-dessus des autres marquant un léger angle, créant l’impression d’une structure naturelle tout en préservant les vues. Les usagers ont la sensation d’être installés dans leur petite maison.

Rendre floue la relation intérieur-extérieur

Les nouvelles «Floris Green Suites» ne sont pas moins spectaculaires à l’intérieur qu’à l’extérieur. Tous les espaces de vie, les chambres et leurs salles de bain ont été repensés. La pièce de vie centrale est ouverte, grâce à sa baie vitrée, sur un balcon abrité avec une vue sur la magnifique montagne environnante, tout suit la logique de rendre floue la relation intérieur-extérieur. La partie intime se trouve à l’extrémité de la suite, où se trouve l’entrée en plus des toilettes et d’un petit sauna finlandais privé, que les visiteurs peuvent utiliser quand ils le souhaitent. Un petit coup de cœur pour le patio ouvert avec un bain à remous extérieur, qui rend l’ensemble exceptionnellement attrayant.

L’architecture intérieure est conçue autour d’un vert tamisé entrecoupé de nuances de gris, accentuant l’ambiance de la cabane dans les arbres. Les revêtements en tissu sont à la base du concept général, en tuiles et surfaces peintes, qui aident à fusionner l’intérieur et l’extérieur. Le chêne fumé des revêtements du sol, les divers accessoires et les éléments de la salle de bain sont dans une nuance sobre et se mélangent harmonieusement avec le reste. Les jardinières sur les balcons et terrasses rehaussent l’ambiance naturelle. La volonté des architectes de noa* de se rapprocher le plus possible de la nature est palpable même dans les moindres détails. Une réalisation intelligente, élégante et sensible qui profite de la nature sans endommager le lieu.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

A Porto, Paula Santos Arquitectura réalise un projet aux lignes pures

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, à Porto, l’agence Paula Santos Arquitectura vient de terminer la réalisation d’un immeuble résidentiel qui se caractérise par ses lignes pures et ses formes simples. Textures et matières se croisent pour un résultat enchanteur.

Repenser l’ensemble

L’architecte nous raconte que le but du projet était de reconstruire et d’agrandir un immeuble résidentiel donnant sur l’une des rues les plus emblématiques de Porto, la rue Miguel Bombarda, où sont situées plusieurs galeries d’art de renommées mondiales. L’intervention a donc consisté à repenser l’ensemble en lui apportant un souffle neuf ainsi qu’une nouvelle vie.

Le bâtiment existant, qui présentait déjà des signes de dégradation, était, selon l’architecte, tombé, depuis un moment, en désuétude. Cependant, la profondeur du terrain a permis, en plus d’une réhabilitation lourde, la conception d’un jardin et le rajout d’un autre bâtiment autonome. Un programme conséquent qui profite de l’intégralité de la parcelle.

Le nouveau projet a très peu utilisé la structure existante qui était dans un état critique, à l’exception du mur de la façade principale et des travées respectives, dont les dimensions ont été préservées. Le balcon en granit, témoin d’époque, a également été entretenu même chose concernant la brique pleine qui couvre le rez-de-chaussée. Cet espace remanié représente l’une des principales caractéristiques de la façade.

Un large couloir latéral donne accès à l’entrée du bâtiment, où l’ont trouve l’escalier et l’ascenseur, cette organisation permet ainsi d’assurer le passage, de l’intérieur du bloc, vers le jardin. Ce dernier étant disproportionné par rapport à la rue. Les accès verticaux sont éclairés par une lucarne. À l’intérieur du terrain, donnant sur les jardins des voisins, la façade arrière a été conçue avec un solide bardage en brique qui couvre toute sa base.

Le béton est le matériau prédominant

La construction autonome qui a été ajoutée en tant qu’extension, a également été conçue avec le même bardage en brique placé horizontalement et verticalement. Au premier et dernier étage, des appartements duplex contenant deux chambres chacune ont été conçues alors qu’ailleurs les appartements comportent une chambre à coucher chacune. À l’intérieur de chaque unité, le béton est le matériau prédominant ainsi que dans tous les espaces communs.

Les architectes ont opté pour le béton brut qui donne un certain charme à l’ensemble, la brique ajoutée pour couvrir la nouvelle extension vient se marier avec les espaces brutalistes et épurées en formant un dialogue atypique de textures et de matières. Les intérieurs sont généreux, lumineux et sobres. Pas de couleurs chatoyantes mais une palette raisonnée qui se croise subtilement avec le béton. L’ensemble est simple, frugal et enchanteur. Paula Santos Arquitectura a entrepris un travail minutieux qui a donné un résultat séduisant.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Paula Santos Arquitectura : ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

A Porto, une remarquable réalisation signée Floret arquitectura

© Ivo Tavares Studio

A Porto, dans le quartier diversifié de « Caminhos do Romântico » l’agence portugaise Fleuret arquitectura vient de terminer la réalisation d’une charmante maison. Baptisée « Golgota », la résidence affiche un doux mélange d’ancien et de nouveau.

Réhabiliter l’ancien

Située à Porto, la zone de « Caminhos do Romântico » possède diverses caractéristiques. En effet, ce tronçon de ville mêle adroitement des maisons bourgeoises, des habitations populaires, des jardins et autres espèces exotiques, il est aussi composé de plusieurs exemples anciens datant de l’ère industrielle.

L’architecte nous raconte qu’une partie importante des itinéraires de la localité est faite par des chemins aux caractéristiques rurales,composés de hauts murs des anciennes fermes où l’on trouve de belles fontaines ainsi que plusieurs anciens lavoirs. L’intervention se situe dans la route qui va de Golgota à Massarelos, comprenant d’importants repères tels que la faculté d’architecture de l’université de Porto, la « Casa da Agustina Bessa-Luís »ainsi que d’autres maisons bourgeoises et ouvrières. L’ensemble est entouré d’un étendu dense de verdure où le fleuve Douro, situé en arrière-plan, constitue l’élément omniprésent.

L’ancienne maison qui existait sur la parcelle et qui était complètement en ruines, a été réhabilitée et remise aux normes. Les architectes y ont mené un travail minutieux qui a redonné à l’existant ses lettres de noblesse. En effet, de couleur ocre, la bâtisse a retrouvé son éclat d’antan.

Réaliser une nouvelle extension

L’extension a été réalisée vers son niveau inférieur, en profitant des terrasses, en utilisant du bois et du béton, délimitant clairement le budget  dont les travaux ont été réalisés en très peu de temps. Tous les murs existants ont été récupérés, ainsi que les murs de soutènement des terrasses comme le jardin où les espèces existantes ont été préservées et d’autres ont été incorporées selon à la spécificité du lieu.

Selon les architectes, la piscine a été conçue de manière à ne pas modifier la topographie du terrain. Le résultat global s’est avéré assez harmonieux, avec les nouveaux éléments ajoutés étant très discrets. Le terrain s’étend sur trois terrasses orientées à l’est avec une construction de quatre étages destiné à la partie privée. Compte tenu de la petite taille de cette dernière, il a été proposé d’agrandir la zone en introduisant deux nouveaux éléments. Il s’agit d’un volume comprenant des parties habitables ainsi qu’une piscine.

Le nouveau volume comprend des zones communes comme l’entrée, la cuisine, le salon mais aussi les installations de la piscine. Cette nouvelle entité est perpendiculaire au bâtiment existant et se compose de deux étages, s’étendant à l’est, comprenant plusieurs niveaux avec des terrasses au sol, des espaces de vie, des chemins entre autres.

L’intervention a réussi à concilier les diverses exigences d’une famille nombreuse avec les conditions résultant de la valorisation du patrimoine bâti tout en respectant la spécificité du lieu et le plan directeur de la municipalité. La solution trouvée résulte en une extension composée de bois et de verre qui a permis d’agrandir la surface habitable du bâtiment tout en préservant l’existant sans oublier l’ouverture sur le jardin. Les architectes soulignent que le choix du bois permet, en quelque sorte, de réduire le poids de l’expansion qui s’avère être relativement importante. La maison « Golgota » qui croise subtilement textures et matières constitue une belle curiosité à découvrir sans tarder !

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Floret Arquitectura : ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Instagram @ivotavaresstudio‌‌

Au Portugal, un projet charmant signé Joana Marcelino Studio

© Ivo Tavares Studio

Il s’agit de la réhabilitation et de l’agrandissement d’un immeuble du centre historique de Leiria contenant des logements pour deux familles, un projet complexe que l’architecte Joana Marcelino a mené avec tact. Détails soignés et textures de qualité sont au rendez-vous.

Deux séquences architecturales

L’opération consiste à la récupération totale de la façade existante donnant sur une rue de la ville de Leiria. Un édifice avec les ouvertures dans les couleurs bordeaux et blanches, entourées de pierres. L’extension verticale qui marque la nouvelle phase de construction, quant à elle, est entourée d’une latte en bois blanc marquant ainsi les limites de la construction. L’intersection des deux séquences architecturales dicte l’unicité de ce projet.

L’architecte nous raconte que le toit à pignon, sur l’élévation arrière, comprend un vitrage qui suit la pente de la toiture, et qui marque l’intérieur de l’espace avec une lumière naturelle unique transposant la ville à l’intérieur de la maison et donnant une sensation de générosité de l’espace. À l’intérieur, l’architecture matérialise l’expérience de la famille qui l’habite, influençant positivement les comportements quotidiens et familiaux. « Dans tous les espaces que je conçois, je veux que chacun d’eux ait sa propre identité. » Déclare Joana Marcelino.

L’âme de l’espace est née de l’harmonie du projet

L’escalier, dans le premier niveau, en bois de pin, mène à l’espace commun et familier. La simplicité de cet espace prend forme avec la légèreté architecturale du deuxième escalier positionné au centre, différenciant la cuisine et l’espace de vie. Cependant, la composition de l’escalier, les gardes de corps en acier suspendus au plafond, parviennent à unifier et à marquer une transparence entre les deux entités.

L’étage supérieur, composé des chambres, nous accueille avec une surface à double hauteur, accompagnée du vitrage qui se replie sur le toit, véhiculant une sensation spatiale de verticalité et de projection sur la ville. La mezzanine, composée d’un bureau et d’un espace de loisirs, transmet une profondeur visuelle obtenue par la structure en bois, qui accompagne la toiture et qui entoure les ouvertures. Ces deux lucarnes possèdent une vue privilégiée qui s’ouvre directement sur le château de la ville de Leiria.

L’âme de l’espace est née de l’harmonie du projet entre l’existant, la réhabilitation et l’expansion mais aussi de l’uniformité entre les matériaux utilisés. En effet, l’architecte a combiné avec adresse les différentes nuances et textures pour un résultat fin et élégant. Un projet à découvrir sans tarder !

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Joana Marcelino Studio : ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Au Portugal, une charmante rénovation signée Frari – architecture network

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, à Albergaria-a-Velha, l’agence portugaise Frari – architecture network dirigée par Maria Fradinho vient de terminer la rénovation lourde d’une maison familiale tombée petit à petit en désuétude.

Réhabiliter l’ancien

Les architectes nous racontent que le projet vise avant tout à rénover une maison familiale, gravement affectée par des pathologies résultant d’options de construction défectueuses. La réhabilitation a également participé à la rectification des divers dysfonctionnements de l’organisation spatiale. Et comme l’ambition du projet était d’une part de réhabiliter la résidence pour lui donner de nouvelles conditions d’habitabilité et d’autre part s’assurer qu’elle devienne polyvalente, les architectes ont fait tout leur possible pour parfaire tous les détails de construction.

Le terrain où se trouve le projet comprend deux zones distinctes, une urbaine, face à la rue principale et où la maison est implantée, et une autre donnant sur une zone rurale et forestière où il est prévu une implantation d’un espace de loisirs. Le nouvel espace constitue la continuité de l’agrandissement prévu de l’annexe, qui sera enveloppée de verre et deviendra un salon pour les événements familiales. Sur la façade annexe, les architectes ont proposé la construction d’une structure métallique en forme de pergola qui joint l’habitation. Cette pergola va créer la protection appropriée à l’annexe tout en brouillant avec tact l’intérieur et l’extérieur.

Remanier l’existant

D’autres structures métalliques font écho à la pergola et se trouvent également sur un côté de la piscine afin de créer une barrière avec sa végétation. Cette disposition limite et protège la piscine contre les vues indiscrètes des voisins. « Ce sont les seuls changements prévus pour les façades extérieures de la maison, car tout le reste n’a finalement pas été modifié pour le respect de l’ensemble conçu par un autre collègue et, surtout, pour son bon état de conservation. » Déclare les architectes. De ce fait, les interventions les plus importantes résident dans les intérieurs. 

Parmi celles-ci, il convient de mentionner la réduction du nombre de chambres, de 4 à 3, où toutes deviennent des suites. Les deux nouvelles suites sont composées d’un espace penderie qui transite vers la salle de bain de façon naturelle, à travers un mur de verre qui unifie les deux espaces. La suite principale subit une extension du dressing et de la salle de bain, un nouvel espace jacuzzi et un patio extérieur privé lui ont été ajoutés garantissant une ventilation et un éclairage adéquats tout en gardant l’intimité requise. Enfin et surtout, il est proposé d’unifier le salon et la cuisine en renversant le mur de béton qui les sépare, pour qu’ils ne deviennent qu’un, ainsi un nouvel espace ouvert capable de réunir la famille a vu le jour. De même, une nouvelle entrée a été envisagée.

Mais, pour les architectes, tous ces changements ne valaient rien sans s’attaquer au problème de fond, la correction des pathologies constructives existantes, notamment les infiltrations d’eau. Ce problème a nécessité la création d’un système de filtrage des eaux pluviales créant des canaux de drainage dans le périmètre de l’habitation, en particulier dans les zones où peut stagner une plus grande quantité d’eau. Une bonne étanchéité des sols et des murs a également été mise en valeur. Tous les matériaux de finition sont remplacés ou intervenus afin de rénover complètement la villa, comme s’il s’agissait d’une nouvelle construction. Frari – architecture network a accompli un travail ponctuel et nécessaire. Il en résulte une maison familiale prête à durer.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Frari – architecture network : ici.

Les photos: © Ivo Tavares Studio

A Nouakchott, Segond- Guyon réalise l’extension du lycée Théodore Monod

© Studio Erick Saillet

Les architectes lyonnais Segond Guyon ont été mandaté, dans le but d’offrir une extension au lycée français de Nouakchott dont les bâtiments principaux ont été conçus par l’architecte français André Ravereau selon des conceptions bioclimatiques avancées pour l’époque.

Un défi difficile

En Mauritanie, à Nouakchott, les travaux de l’extension du lycée Théodore Monod ont été menés sur un site occupé. Un défi difficile pour les architectes Segond Guyon qui ont su dissocier avec tact les diverses fonctionnalisés tout en leur donnant une homogénéité.

Le lycée Théodore Monod de Nouakchott se trouve sur le campus diplomatique de l’ambassade de France. Suite à une demande grandissante, l’équipement datant de 1983, devait augmenter ses capacités d’accueil et améliorer l’organisation de certains espaces en recentrant l’ensemble de l’enseignement primaire sur les locaux existants et construisant des locaux neufs pour accueillir l’ensemble collège-lycée ainsi que l’administration. Un programme complexe d’autant plus que les travaux devaient se dérouler en site occupé, le tout en respectant un budget serré.

Les architectes de l’agence Guyon Second ont répondu aux diverses exigences avec habileté. L’architecture simple et bioclimatique se sert ainsi des techniques et des matériaux usuels en Mauritanie, pour un résultat accrocheur au coût global maîtrisé.

En harmonie avec l’existant

Le nouvel équipement est en harmonie avec les bâtiments existants, il se pose délicatement sur la parcelle en proposant des vides et des circulations qui tissent les liens avec son environnement immédiat. Les architectes ont opté pour le béton armé pour ses qualités de pérennité, de comportement au feu et d’isolation acoustique. L’évolutivité de l’espace était au centre de la conception, c’est pourquoi, une ossature porteuse de type poteaux poutres a été adoptée. Il se trouve qu’il s’agit de la technique la plus couramment utilisée à Nouakchott pour la construction de bâtiments publics.

Une attention particulière a été apportée à la disposition des protections solaires. En effet, la totalité des ouvertures bénéficie d’une protection solaire extérieure par le biais de brises soleils horizontaux maçonnés.

Concernant l’isolation thermique et l’étanchéité des toitures, les architectes ont eu recours à une technique traditionnelle, avec l’emploi de coquillages associés au sable en plus du dispositif technique classique contemporain. « La blancheur des coquillages permet une réverbération importante du soleil et évite donc un échauffement de la dalle de toiture et par transmission celui des espaces inférieurs. » Nous expliquent les architectes.

A Nouakchott, les architectes Segond Guyon ont entrepris un travail d’orfèvre qui, sous ses aires de simplicité, possède de nombreuses qualités.

© Studio Erick Saillet
© Studio Erick Saillet
© Studio Erick Saillet
© Studio Erick Saillet

Le site de Segond Guyon: ici.

Crédit photo © Studio Erick Saillet