Archives par mot-clé : architectes

Le récit d’une folle journée marseillaise

© Espace Public

Samedi le 5 septembre 2020 était probablement une journée comme une autre pour la plupart des quartiers marseillais qui ont vécu comme d’habitude avec la frénésie des marchés hebdomadaires, l’affluence des touristes ou encore aux rythmes de la douceur d’été. Presque tous les quartiers sauf la Friche de la Belle de Mai, où il s’est passé quelque chose de particulier.

C’est dans cet ancien no mans land, sur les hauteurs de la ville phocéenne, dans des locaux savamment remaniés par l’architecte Matthieu Poitevin qu’une centaine de personnes de tout âge et provenance confondues se sont rencontrées pour débattre autour du thème Espace public. En effet, l’idée est née, pendant le confinement, avec des rencontres virtuelles qui ont fini par aboutir sur quelque chose de réel où lors d’un après-midi complet, autour d’un bon déjeuner, une trentaine d’interventions ont gardé en haleine toute l’assemblée.

Personnellement je modérais ce rendez-vous particulier même si j’ai eu une petite intervention concernant l’un des sujets abordés. C’est pourquoi, mon avis est forcément subjectif mais je l’assume pleinement.

J’ai connu Matthieu, il y a quelques années, quand, à la suite d’une très brève rencontre, j’avais dressé son portrait. Aujourd’hui, avec le temps, je me rends compte que je ne m’étais pas trompée. Si son architecture a gagné en référence, le personnage est resté le même, il est toujours aussi spécial que le nom de son agence. Quoique, je me demande si son exigence envers soi mais aussi envers son entourage ne s’est pas un peu renforcée?

Finalement, c’est grâce à l’initiative de cet architecte hors-norme que la rencontre du 5 septembre a eu lieu. C’est grâce au parrainage de son agence Caractère spécial architecture mais aussi de l’association Va jouer dehors qu’il a créé, que cette « Table Ouverte » a pu se dérouler. Ainsi, s’est enchaînée une demi-journée de paroles, de lectures, de témoignages mais aussi de très belles rencontres, des retrouvailles ou encore d’avis tranchés.

Concernant les interventions et bien que toutes étaient intéressantes, j’ai mes quelques préférences. Je vais citer simplement les prénoms, si jamais un jour, les personnes croiseront le chemin de ce site, elles se reconnaitront. Raphaëlle, tu as parlé avec une grande franchise, j’ai été sensible à tes paroles. François, c’est toujours très agréable de t’écouter. Paul, j’ai bien aimé ton intervention, simple, touchante, elle émanait du cœur. Anne-Valérie, je dirai juste que c’était très beau. Youssef, égal à toi-même comme d’habitude. Emmanuel, tu as fait une intervention simple et savoureuse. Christine, c’était une très belle intervention doublée d’une superbe rencontre, Merci Matthieu. Je laisse Ingrid et Olivier pour la fin, car quoique je dise, je ne serai pas subjective, vous êtes des amis et j’ai eu souvent l’habitude de vous écouter et d’apprécier vos paroles ainsi que vos projets.

Toutes les propositions avancées étaient pertinentes, l’idée de cette « Table Ouverte » ressemblait tout simplement à un beau pavé jeté dans la mare. Et bien que Matthieu avait imposé à quelques uns certains sujets, le résultat était prometteur. Quand j’ai quitté le restaurant des Grandes Tables, la journée tendait à sa fin, le soleil se couchait derrière les montagnes et le cœur de la ville continuait à battre.  

L’équerre d’argent 2019, quoi de neuf?

Comme chaque année, la cérémonie de l’équerre d’argent vient d’avoir lieu et comme chaque année les mécontents sont nombreux. Sauf que cette fois-ci, au milieu des diverses déclarations, certaines critiques semblent être pertinentes.

Enfin, tout le monde sait que le Moniteur des travaux publics est un groupe privé qui a trouvé, depuis de nombreuses années, une grande renommée concernant tout ce qui touche à l’architecture. L’équerre d’argent est le prix annuel le plus attendu dans la profession, c’est pourquoi, il n’est pas étonnant qu’il soit largement critiqué.

Pour bien récompenser il faut être libre

Cette année, aucune critique en vue, les déclarations ont trouvé leur place surtout sur les réseaux sociaux, étonnant? Pas tellement quand on sait que certains journaux d’architecture délaissent la critique et se consacrent à la promotion architecturale beaucoup plus gratifiante par ailleurs.

Chaque année Détails d’architecture publie une sélection des projets de l’année, j’oublie certainement quelques projets et j’en délaisse d’autres. N’étant pas partie prenante sous aucune forme avec l’équerre d’argent, je peux donc me permettre quelques suggestions.

Pourquoi l’équerre d’argent ne met jamais en avant les maisons individuelles ou familiales? Une petite distinction serait la bienvenue. Surtout quand on sait que l’architecture est tout aussi créative voire indispensable quand il s’agit de loger une famille. Dans certaines régions comme la Bretagne, l’Alsace, la Haute Savoie, la Corse ou ailleurs, la réalisation de la maison individuelle est un vrai savoir-faire, un véritable défi pour la profession. Une petite place ne serait-ce qu’une distinction serait donc la bienvenue dans ce large panel de diverses constructions récompensées chaque année.

Pourquoi l’équerre d’argent ne récompense pas les innovations en matière d’architecture? Cette année, la récompense du projet de logements de Sophie Delhaye est mise en avant comme une véritable réflexion en matière de logement, faisons alors une catégorie à part entière qui récompense non pas les logements mais l’innovation tout court. Donnons quelques exemples : L’agence MFR a réalisé en 2019 à Toulouse un projet mixte innovant premier de son genre en France, combien de journaux ont parlé de ce projet? Bien que la réalisation a reçu plusieurs prix. Par le passé, l’agence Pietri architectes (Jean-Baptiste Pietri) a eu également une belle réflexion concernant les logements, ces derniers une fois réalisés, qui en a parlé? L’agence ITAR (Ingrid Tallandier) est connue par ses réflexions sur les espaces partagés dans les logements, des idées réalisées mais, toutefois, restées assez discrètes. Une vraie catégorie serait peut être plus apte de faire la part des choses en matière d’innovation.

Sortir de toutes les contraintes pour voir clair

Parlons matériaux de construction. Cette année, plusieurs voix se sont levées en pointant le béton qui a été mis trop en avant par les diverses récompenses et surtout l’équerre d’argent. Quelques architectes dénoncent le manque d’attention vis à vis de certains matériaux. A l’heure du développement durable et le retour vers les matériaux moins polluants, l’équerre d’argent récompense de nombreuses constructions en béton. Où sont passés les projets en béton de chanvre, en bois, en pierre? L’année dernière l’agence Barrault Pressacco a été nommée pour son projet parisien de logements en pierre, mais cette nomination reste l’une des rares exceptions. De nombreuses agences d’architecture comme X-Tu, Hessamfar-Verons ou Guinée*Potin travaillent ces matériaux bien avant que la frugalité heureuse soit revendiquée par la plupart des architectes, des projets réalisés aux quatre coins de la France, existent bel et bien, il suffit de les considérer.  

Et pourquoi pas une nouvelle catégorie “Après quelques années” ? L’architecture neuve est toujours attirante voire très séduisante surtout quand il s’agit de jauger à travers quelques photos et un discours bien préparé. Peu de journaux évoquent les bâtiments construits des années plus tard pourtant il s’agit de l’essence même de l’architecture, un édifice qui a vécu aux aléas du temps peu importe les couleurs de se façade, est toujours le résultat d’une bonne architecture. Cette catégorie peut être ouverte à la proposition de tous, le meilleur moyen d’avoir de vraies surprises.

D’ailleurs en terme de surprise, l’équerre d’argent ne surprend plus grand monde sauf pour sa première œuvre. Tous les projets choisis ou primés ont déjà fait le tour des couvertures des quelques plus grands journaux d’architecture comme AMC, AA’, etc…Pourtant, d’autres projets, beaucoup plus discrets et tout aussi méritants existent, il suffit parfois d’aller à leur rencontre.

Bienvenue aux concours perdus

@DR

Dans ma récente enquête intitulée « Faut-il montrer les concours perdus? » publiée dans Le Courrier de l’architecte, j’interpelle les différentes « revues et magazines d’architecture qui ne cherchent souvent qu’à mettre en avant l’actualité et donc les dernières réalisations en date. » pour saisir l’occasion et dédier des pages aux concours perdus.

A partir d’aujourd’hui, Détails d’architecture se dote d’une nouvelle catégorie : « Concours perdus » qui va recenser des projets variés gardés précieusement dans les archives des agences d’architecture et restés trop longtemps dans l’anonymat.

Amis architectes, les pages de Détails d’architecture vous sont ouvertes !

Saint Giorgio Maggiore, le site sacré de la biennale de Venise

© Biennale di Venezia 2018

A la fois discrète et sacrée, située dans le bassin de St-Marc, face à la fameuse Piazetta, l’île de San Giorgio Maggiore s’est distinguée lors de la 16ème biennale d’architecture de Venise 2018. En effet, le Vatican participe à la biennale avec un concept nouveau qui ne laisse pas indifférent.

Un lieu emblématique

C’est avec émerveillement que les visiteurs de la biennale d’architecture de Venise 2018 ont découvert l’île de San Giorgio. C’est un lieu emblématique qui s’ouvre au public en leur offrant la possibilité d’une visite atypique. Dès l’ouverture, à la manière d’un pèlerinage, les visiteurs du monde entier ont afflué sur l’île qui accueille dix chapelles signées des plus grands architectes.

Il ne s’agit pas de la première participation du Vatican à la biennale de Venise. En 2013 mais aussi en 2015, le Vatican a proposé plusieurs installations pour la biennale d’art mais ce qui concerne l’architecture, cette année est une première et la surprise est de taille.

L’oasis verte située à l’extrémité de l’île de San Giorgio abrite dix chapelles conçues par des architectes de renom comme Francesco Celini, Norman Foster, Eduardo Souto de Moura, Flores & Prats, Carla Juaçaba, Javier Corvalán, Smiljan Radic, Andrew Berman, Teronobu Fujimori et Sean Godsell. Mais avant d’explorer les chapelles, le visiteur est invité à la découverte de l’exposition qui présente un projet emblématique de l’architecte suédois Gunnar Asplund: «Chapel in the woods», réalisé au cimetière de Stockholm en 1920.

Nature et architecture en osmose

«Avec ce petit chef-d’œuvre, Asplund définissait la chapelle comme un lieu d’orientation, de rencontre et de méditation, constitué par le hasard ou les forces naturelles à l’intérieur d’une vaste forêt, considérée comme la suggestion physique du labyrinthe de la vie » a déclaré Francesco Dal Co, l’historien d’architecture et commissaire de l’exposition.

De l’Europe au Japon, en passant par l’Amérique latine, les États-Unis ou encore l’Australie, les architectes ont été invités à créer un type de construction pour lequel il n’y a pas eu de précédent lors des biennales passées.  Ainsi, chaque idée a dépassé l’autre et l’ensemble constitue un charmant dédale sensoriel qui met nature et architecture en osmose.

A la suite de la biennale, les dix chapelles seront déplacées dans des villes italiennes endommagées par les tremblements de terre. Vous pouvez visiter ce lieu magique jusqu’au 25 novembre 2018.

© Biennale di Venezia 2018
© Biennale di Venezia 2018

© Biennale di Venezia 2018
© Biennale di Venezia 2018

© Biennale di Venezia 2018
© Biennale di Venezia 2018

© Biennale di Venezia 2018
© Biennale di Venezia 2018

© Biennale di Venezia 2018
© Biennale di Venezia 2018

© Biennale di Venezia 2018
© Biennale di Venezia 2018

Les photos: © Biennale di Venezia 2018

Équerre d’argent 2017, oui, mais…

Depuis quelques années, c’est devenue une habitude, la cérémonie annuelle de l’équerre d’argent se déroule dans le XVIe arrondissement parisien, au Palais d’Iéna, un chef d’œuvre architectural signé Auguste Perret.

Des présents

Parmi les huit finalistes aucun prix n’a été décerné aux 87 logements conçus par Vincent Berranger ni à la bibliothèque de Caen réalisé par OMA en collaboration avec Clément Blanchet ni au Palais de justice de Strasbourg de Garcés de Seta Bonet ni au Parking et jardin de l’agence Anonyme, tous les quatre ont disparus de l’écran lors des délibérations.

Revenons aux distinctions, tout d’abord la première œuvre qui a été décernée à un projet temporaire qui sort de l’ordinaire. Il s’agit du Centre d’hébergement d’urgence d’Ivry-sur-Seine conçu par l’Atelier Rita. Personnellement, je trouve qu’il s’agit d’un prix mérité vu l’étendu social du projet.

Continuons avec le prix de la catégorie Culture, jeunesse et sport, décerné au Musée Camille-Claudel à Nogent-sur-Seine et conçu par Adelfo Scaranello. Dès que j’ai aperçu la liste des huit finalistes, je trouvais ce projet dans « l’esprit » des quelques grands prix des équerres passées. Et bien que la réalisation a séduit le jury, elle ne faisait pas le poids devant celle du grand prix.

Parlons du Prix de l’Ouvrage d’art qui a été décerné à la Passerelle à Creil conçue par Jean-François Blassel. Je me joins à l’avis du jury, on parle toujours du rôle des musées dans la culture mais pas assez de celui des ponts dans la composition de la ville. Mis à part son côté esthétique, le projet de la passerelle de Creil fait partie des constructions utiles dont nous avons tous besoin dans la ville.

Revenons sur le Prix de la catégorie Lieu d’activité décerné à l’Hôpital de Trévenans conçu par Brunet Saunier Architecture(avec Gerold Zimmerli et Serge Gaussin & Associés). Le projet avait déjà séduit le public, il vient de séduire aussi le jury, probablement pas pour des raisons similaires mais le résultat est le même. Rien à dire, c’est un projet qui mérite sa distinction !

Et un absent

Parlons du Prix Habitat et le jury qui n’a décerné aucun prix. Mais tout d’abord revenons quelques semaines en arrière. Ce qui est atypique c’est qu’il y avait un seul projet de logements parmi les huit projets présélectionnés. Pourtant ce n’est sûrement pas le nombre de réalisations qui manquait pour la première sélection. Quand nous savons qu’en France, nombreux sont les projets de logements présentés ici et là dans les divers journaux d’architecture et plus précisément ceux qui ont été nommés à la première sélection, le résultat du non-prix me laisse pantoise. Mais comme le jury a le dernier mot, l’équerre 2017 sera marquée par l’absence du prix pour la catégorie Habitat. Un choix qui restera dans les annales de l’équerre d’argent une fois qu’on aura oublié qui faisait partie du jury.

Le Grand prix est pour …

Et finalement, le grand prix de l’équerre d’argent. Il a été décerné au Tribunal de Paris conçu par Renzo Piano et son équipe. Avant de parler du projet, j’aimerais revenir sur l’architecte. Il y a quelques années, en 2012, lors de la cérémonie de l’équerre d’argent, la même équipe s’était vue décernée le prix spécial pour sa réalisation du Monastère Sainte-Claire à Ronchamps. Lors de la fameuse soirée, Renzo Piano qui devait prendre son avion, avait fait une prompte apparition surtout à l’extérieur où il faisait la queue tout en discutant avec tous ceux qui l’interpellaient. A l’inverse de quelques grandes pointures, l’homme reste apprécié tout aussi que son architecture. Retour au grand prix de l’équerre d’argent, le projet possède, mis à part sa signature, d’énormes atouts. C’est un immeuble parisien de grande hauteur, un incontournable emblème mais aussi un projet hors-norme. Et même si certains critiquent le fait qu’il soit en PPP (partenariat public privé), l’idée de l’icône a gagné. A la fois plastique et imposant, le prix de l’équerre était pour moi une « évidence ». Pas de surprise donc mais une grande joie concernant ce projet.

La sélection 2017 de Détails d’architecture

© Lililarchi

Il a duré quatre années consécutives* le répertoire où je dévoilais une liste non exhaustive de constructions réalisées qui ont marqué l’architecture en France. Et bien que l’année dernière la formule a changé, le fond est resté fidèle au message que j’ai souhaité adresser. Cette année, je profite des journées nationales de l’architecture pour présenter à mes lecteurs la sélection 2017 des projets qui, selon moi, ont marqué l’architecture en France.

Il s’agit d’une sélection strictement personnelle  rendant hommage à des réalisations qui dessinent le paysage architectural de notre pays. Et comme ce dernier n’est pas seulement impacté par l’architecture des bâtiments, je serai probablement amenée à pointer vers d’autres disciplines qui le complètent et l’enrichissent.

Depuis plus de dix ans, le but de Détails d’architecture reste inchangé, que cette sélection constituera une pièce supplémentaire du puzzle architectural et des manifestations proposées par les Journées nationales d’architecture.

Avant tout je tiens à préciser que, comme chaque année, l’illustration est signée par la talentueuse Lili l’archi dont les dessins accompagnent cette rubrique dès sa naissance et que je remercie chaleureusement.

En 2017, le voyage architectural est tout aussi riche voire varié que les années précédentes. Même si certains projets sont plus modestes que d’autres, toutes les réalisations sélectionnées valent largement le détour. Et qui sait ? Si ça se trouve quelques projets seront nommés à l’équerre d’argent ou encore présentés par l’annuel du journal AMC…

Que le voyage commence

Commençons le voyage  par la Corse avec le duo Sebastien Celeri et Raphaëlle Davin (CA’ Architectes) et leur dernier projet de la restructuration de l’école Joseph Calloni de Bastia mené en collaboration avec CGZ Architecture ( Julien Casalta et Pascale Gandoin).  Ainsi qu’un autre duo Isabelle Buzzo et Jean-Philippe Spinelli et leur réalisation de la mairie de Prunelli di Fium’Orbu. Pour finir avec La Casa Vanella, l’extension d’une chambre d’hôte par Orma architettura.

Cap sur le nord avec l’agence Think Tank architecture paysage urbanisme (Marine de La Guerrande et Adrien Pineau) pour découvrir leur projet de Logements ilôt Postes / Justice à Lille. Et pourquoi pas une halte sur la route pour découvrir la nouvelle Salle du Conseil de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de la Somme signée Lemoal & Lemoal ?

Retour à la région parisienne pour visiter le Pop up building de l’agence WRA (Vladimir Doray et Fabrice Lagarde) ainsi que les vingt logements bioclimatiques à Pantin signés Benjamin Fleury architecte-urbaniste. Un arrêt à Romainville pour visiter les logements de l’agence Brenac & Gonzalez et Associés.

Prenons quelques jours de vacances et visitons la superbe maisonnée réalisée à Fermanville par les architectes de l’agence Freaks architecture . Mais tout d’abord, cherchons quelques livres à la Médiathèque Alexis de Tocqueville de Caen griffée OMA. Quand les vacances seront finies,  découvrons, sur le chemin de retour, le médical training center du CHU de Rouen signé VIB architecture (Bettina Ballus et Franck Vialet) ainsi qu’un autre projet qui vient de se terminer le Siège de la Métropole Rouen Normandie signé Jacques Ferrier Architecture.

Un petit détour pour découvrir la  salle d’évolution sportive de Mailleraye-sur-Seine signée Prinvault architectes ainsi qu’un petit arrêt à Dreux avec la restructuration et l’extension du Lycée Edouard Branly signé L’Heudé & L’Heudé Architectes.

Retour à la capitale avec les logements de Chartier-Corbasson architectes ainsi que les logements passifs de Nomade. Un tour s’impose à la Résidence mixte signée l’agence Zündel & Cristea architectes (Grégoire Zündel et Irina Cristea). Visitons également la réhabilitation de la maison des sciences de l’homme de Michel Rémon & Associés et de François Chatillon.

Faisons une pause déjeuner au restaurant Blend Beaumarchais de Franklin Azzi Architecture. Avant de reprendre la route pour un aller-retour express à Cenon et visiter le tout dernier projet de l’agence 2 : pm architectures (Paul Rolland, Hans Lefèvre, Matthieu Bergeret) et ses 78 logements à découvrir ici .

Changeons de région avec l’école Saint-Michel réalisée par Tristan Brisard Architecte à Giron qui constitue une curiosité. Un peu plus loin découvrons  la maison réalisée par Studio Razavi architecture à Manigod. Un détour par la structure d’accueil petite enfance et du Pôle Médico-Social de Marcy-l’Etoile de Y.architectes (Yann Drossart et Yann Fontaine) s’impose.

Cependant, sur le chemin du retour, n’oublions pas de contempler l’Eco-cité La Garenne à Fourchambault signée Guillaume Ramillien.

A Paris découvrons le nouvel espace de co-working signé MoreySmith. De même, visitons la réhabilitation et l’extension de la Monnaie de Paris par Philippe Prost et AAVP. Et si on découvrait également la nouvelle sortie des catacombes par l’agence Yoonseux (Kyunglan Yoon et Philippe Seux) ?

Allons cette fois-ci à Marseille à la découverte de La Barquière signée Pietri Architectes (Jean-Baptiste Pietri) ainsi que le centre éducatif fermé réalisé par Combas architectes. Et si nous visitions également le siège de l’agence A+Architecture et restructuration d’un mas à Montpellier ?

Le projet Les neuf écluses de Fonseranes signé INCA (Innovation, Création & Architecture) vaut le détour.

Restons dans le sud mais changeons de région avec le projet Lascaux IV réalisé par Snøhetta et Duncan Lewis Scape Architecture . Le Centre d’Hébergement et d’Accueil International à Cahors par Antonio Virga architecte vaut le détour. Non loin de là, visitons la cité scolaire de l’impérnal de Luzeck signée LCR architectes. Sur le chemin du retour découvrons un atypique local commercial signé BAST à Toulouse ou encore les 71 logements collectifs et 21 maisons en accession de TGTFP Architectes à Blagnac.

Un petit tour à la découverte de l’habitat participatif situé en Gironde et signé de Brachard de Tourdonnet s’impose. Découvrons également la surélévation d’une maison familiale à Bordeaux signée Faye Architectes (Jean-Louis Faye). Visitons aussi les 35 logements de  Philippon-Kalt Architectes à Bordeaux ou encore les logements aux Bassins à flot de Mateo Arquitectura (Josep Lluís Mateo).

Un peu plus loin, visitons la maison réalisée par l’Atelier du pont située à Lège-Cap-Ferrat et la maison Sud des Landes de Pargade architectes (Jean-Philippe Pargade).

Sur le chemin du retour, découvrons le Centre technique municipal de Fondettes signé Vallet de Martinis architectes (Antoine Vallet et Guillaume de Martinis).

De nouveau à Paris pour découvrir les 31 logements neufs et deux commerces, signés Antoine Regnault Architecture ou visiter les 87 logements sociaux réalisés par Bernard Bühler et Marie Bühler, découvrir aussi les appartements rénovés de JOD architecture (Jérôme-Olivier Delb).

Un petit détour par La Défense avec le projet de la tour Skylight signée Louis Paillard architecte & urbaniste, la visite d’un projet résidentiel signé Farshid Moussavi Architecture ainsi que la découverte de l’aménagement intérieur des restaurants d’entreprise de Naud & Poux.

Allons cette fois-ci à Vannes chez Studio 02 (Thomas Collet et Romain Grégoire) qui nous font découvrir La Villa Tohannic , un EHPAD de 100 lits. Continuons vers Couëron pour visiter les 45 logements de l’agence a/LTA architectes – urbanistes (Alain Tassot, Jean-Luc Le Trionnaire, Maxime Le Trionnaire et Gwénaël Le Chapelain).

Restons quelques jours à Nantes pour visiter le Musée d’art signé de Stanton Williams. Découvrons également la Tour New’R située à la ZAC EuroNantes de l’agence Hamonic + Masson & Associés ainsi que le lycée Monge à La Chauvinière, à Nantes par Block Architectes.

Un peu plus au sud, n’oublions pas de s’arrêter pour découvrir Le collège Michel Ragon de Saint-Hilaire de Loulay réalisé par l’agence d’architecture Tetrarc. Continuons vers Aytré pour découvrir les 64 logements BBC signés Guinée*Potin (Anne-Flore Guinée et Hervé Potin). Profitons et visitons L’hôtel de police de la Rochelle signée Ameller, Dubois & Associés.

Retour à la région parisienne à la découverte du réaménagement du pôle design de Renault de  Chartier Dalix à Guyancourt, les 48 logements collectifs de Marjan hessamfar & Joe vérons architectes associés situés à La Celle Saint-Cloud, et le restaurant scolaire Ernest Renan d’Aden Architectes à Meudon.

Continuons avec la Seine musicale de Shigeru Ban Architects à Boulogne-Billancourt ainsi que les bureaux de Foodles de DAS Studio à Clichy. Toujours dans la même ville pour visiter les 38 logements sociaux et de locaux d’activités d’Avenier Cornejo Architectes.

Allons à Saint-Louis pour découvrir le Parking F4 signé DeA architectes. Et maintenant parcourons Strasbourg, à la découverte des tours Blacks Swans conçues par l’architecte Anne Démians. Un petit détour par l’extension d’une maison à Illkirch signée Gilles Kempf architecte.

Visitons également Nancy et découvrons le pôle de restauration et multiservices signé Lama architectes en collaboration avec A (b + d) architecture. Après un détour par la médiathèque de Thionville de Dominique Coulon, visitons le centre culturel et social de Sedan signé Philippe Gibert Architecte.

Visitons le projet de l’agence Agnès et Agnès la transformation d’un bâtiment classé en lieu de culture à Reims. Puis continuons vers Valenciennes pour découvrir le parking du palais des congrès signé deAlzua+ (Jérôme de Aluza et Vanessa Barrois) pour finir avec la découverte de l’extension d’un établissement scolaire à Loos à Lille signé LT2A (Paul Emmanuel Lambert et Foucault Tiberghien).

Un peu plus au nord, à Tourcoing, découvrons la  restructuration d’un ancien bâtiment avec la création de 8 logements sociaux et l’aménagement d’une agence bancaire, un projet signé D’Houndt+Bajart architectes&associés. Avant de rentrer découvrons l’immeuble mixte de Beal & Blanckaert architectes à Le Portel.

Retour à Paris pour visiter les 109 logements situés à l’éco-quartier Coucicaut signés Petitdidier Prioux architectes. Découvrons le projet de la conception et de l’aménagement de bureaux innovants par FUSO atelier d’architecture. Avant de quitter Paris, faisons un plongeon dans la piscine des amiraux récemment réhabilitée par François Chatillon.

Direction Rennes à la découverte de la cité internationale Paul Ricoeur signée Hérault Arnod Architectes ou encore pour visiter une maison individuelle réalisée par MNM-Architecte (Margot Le Duff & Matthieu Girard). Un petit détour par les 40 logements passifs de la Zac Beauregard Quincé signés Anthracite architecture.

De nouveau Paris avec la première phase du projet du quadrilatère Richelieu signé Bruno Gaudin architectes. Avant d’aller Montévrain à la découverte du groupe scolaire Louis de Vion et centre de loisirs signé AAVP (Vincent Parreira), visitons Tempo, l’immeuble de bureaux signé Ateliers 2/3/4 et découvrons les logements sociaux par FRES architectes (Laurent Gravier et Sara Martin Camara).

Sur la route, faisons un détour par les 32 logements et espaces d’activités d’Archi5 ainsi que par les 26 logements participatifs et potagers sur les toits de NZI architectes à Montreuil pour finir avec l’extension du CTLES à Bussy-saint-Georges par Antonini + Darmon Architectes en collaboration avec Rmdm. Continuons avec le centre de formation et résidence pour les Compagnons du devoir et du tour de France de l’Atelier Tequi à Champs sur Marne et le centre de tri des déchets recyclages de Saint-Thibault-des-vignes de l’agence  ARTEO architectures (Anne Forgia et Didier Leneveu).

Et un détour par le théâtre de Cachan signé Ateliers O-S architectes avant de visiter l’institut de mathématiques de l’université Paris-Sud de Guevilly & Mauffret. Et finalement, retour à Paris pour découvrir le village Saint-Michel de Gaëtan Le Penhuel ou tester « Les Grands Verres », le nouveau restaurant du Palais de Tokyo signé Lina Ghotmeh – Architecture. Et pourquoi pas une visite au Studio Harcourt le fameux hôtel particulier réhabilité et reconverti par Monica Donati et Benjamin Laurent?

Au delà de 2017

Parmi mes agences d’architecture préférées se trouvent des amis, des connaissances ou tout simplement des architectes qui selon moi font un travail qui mérite reconnaissance. Quelques agences d’architecture qui valent le détour même s’ils ne possèdent pas de projets réalisés cette année.

Caractère spécial ; Philippe Rahm architecteBoris Bouchet ; Métra + AssociésClément Blanchet architecture SKP Architecture ; K-architectureClément Vergély architectes ;  au*m  ; Encore Heureux ; ellenamehl ; Air Architecture ; LineUp architecture ; LS architecturesBeva architectes et ZN

Et finalement, même si cette sélection a l’air objective, quelques noms qui reviennent chaque année montrent une certaine subjectivité que j’assume. Il s’agit parfois de projets qui trouvent un grand succès hors de nos frontières et qu’il serait dommage de ne pas les publier.

*: Les saisons précédentes: ici, ici , ici et .