Archives par mot-clé : architecte

Balkrishna Doshi: Architecture for the People, l’exposition à ne pas rater

© Vinay Panjwani India

C’est à Weil am Rhein au Vitra Design Museum, que l’exposition Balkrishna Doshi. Architecture for the People a ouvert le 30 mars 2019. Il s’agit de la première rétrospective hors d’Asie consacrée à l’ensemble des travaux de l’architecte indien Balkrishna Doshi.

Né en 1927 à Pune en Inde, à la fois architecte et urbaniste de renom, Balkrishna Doshi, qui a reçu le prix Pritzker en 2018, est l’un des rares pionniers de l’architecture moderne de son pays. L’exposition Balkrishna Doshi : Architecture for the People, se penche exclusivement sur les travaux de Doshi en les faisant connaître au grand public.

L’exposition se concentre sur les idéaux de l’architecte ainsi que sur son influence sur l’architecture indienne moderne. L’architecte doit sa posture humaniste d’une part à ses racines indiennes et d’autre part à son éducation occidentale, sans oublier les changements qu’a subi la société indienne des les années cinquante. En dépassant ses prédécesseurs, Doshi a su créer son approche personnelle qui peut se résumer en une pratique durable à mi-chemin entre architecture moderne et forme ancestrale. Il s’agit en effet d’une approche caractéristique qui place l’architecture dans un contexte plus large.

Quatre parties en une

L’exposition qui commence par un aperçu des bâtiments universitaires de Balkrishna Doshi, comprend quatre sections thématiques. Nous pouvons découvrir l’un des projets majeur de l’architecte, le campus du « Centre for Environmental Planning and Technology » (CEPT) situé à Ahmedabad. C’est dans cette ville que l’architecte réalisera, sur une période d’une quarantaine d’années, d’autres édifices caractéristiques. Les visiteurs qui ne connaissent pas le parcours de l’architecte, apprendront qu’en 1968, Doshi a fondé la « School of Architecture », l’école d’architecture multidisciplinaire, construite sur les ruines d’une ancienne usine de brique, un bâtiment conçu comme un espace libre connu au-delà des frontières du pays.

La deuxième partie de l’exposition se concentre sur les nouvelles approches de l’architectes vis-à-vis au logement social et expérimental. Le lotissement « Aranya » conçu pour le Indore Development Authority et qui compte aujourd’hui, 80000 habitants, en est l’exemple. De même, La « Kamala House », la propre maison de Doshi devenue un exemple saisissant de ses projets d’habitat.

L’exposition présente de nombreux projets significatifs qui couvrant toute la période allant de1958 jusqu’à 2014, des édifices variés et  réalisations allant de la conception des villes jusqu’à des habitations individuelles en passant par des bâtiments universitaires, culturels, et gouvernementaux. L’exposition Balkrishna Doshi : Architecture for the People est une rétrospective complète à visiter sans tarder, elle dure jusqu’au 8 septembre 2019.

© Vinay Panjwani India
© Vastushilpa Foundation, Ahmedabad
© Vastushilpa Foundation, Ahmedabad
© Iwan Baan 2018

« Quelques mots pour le futur »

« J’ai trouvé ce que vous disiez si extraordinaire que j’ai estimé que certaines choses devaient être consignées pour l’histoire de l’architecture. » Ainsi débute la conversation entre Ieoh Ming Pei et Fumihiko Maki.

Le recueil est de petite taille mais les propos concis, les dialogues tout au long de l’ouvrage, les échanges inattendus rendent l’ensemble attachant. L’un est né à Canton, l’autre à Tokyo, l’un a 100 ans, l’autre 90 mais tous les deux sont connus en dehors de leurs frontières. La rencontre aura lieu dans les bureaux de Fumihiko Maki à Hillside Terrace lors de la visite de Ieoh Ming Pei à Tokyo.

De quoi peut parler deux géants de l’architecture quand ils se rencontrent ? La question rend curieux tout amoureux d’architecture d’autant plus qu’à dix ans de différence d’âge, les deux architectes ont connu les mêmes personnages, les mêmes idoles, les mêmes contextes dans la pratique de leur profession. Cette dernière dure depuis plus de cinquante ans, depuis, de gros changements ont été perçus, des styles, des matériaux, bref, il s’agit de deux visions qui parfois se rapprochent ou se divergent selon les périodes. En évoquant le passé, de grands noms de l’architecture connus de tous sont évoqués, quelques souvenirs personnels mais aussi quelques anecdotes sont au rendez-vous.

Cependant dans ce livre, c’est Maki qui pose les questions et Pei y répond. De ses années à Harvard jusqu’à son retour à Suzhou, sa ville natale, en passant par la réalisation de la pyramide du Louvre, Pei revient sur plus d’un siècle d’histoire d’architecture, son histoire mais aussi celle des autres, de tous ces pays qui ont accueilli ses réalisations dont la France.

« Quelques mots pour le futur » est un livre d’un peu plus de 100 pages, tellement accrocheur, que le lecteur lira d’un seul trait !

A Londres, une exposition qui rend hommage à Jacques Hondelatte

Le Nichon—Viaduc de Millau, 1994, computer drawing. © Jacques Hondelatte & Betts Project
Le Nichon—Viaduc de Millau, 1994, computer drawing. © Jacques Hondelatte & Betts Project

Qui ne connaît Jacques Hondelatte ? Tandis que le grand public hésitait, les connaisseurs étaient déjà au rendez-vous. Le Samedi 2 décembre 2017, la galerie Betts Project située au100, Central Street était le lieu idéal pour rendre hommage à travers une très belle exposition à cet architecte français culte.

Une référence pour ses pairs

Essentiellement publié dans des revues spécialisées et peu connu du grand public, Jacques Hondelatte a malgré tout marqué sa génération. L’exposition, qui propose la redécouverte des travaux de l’architecte bordelais et qui est conçue par deux jeunes commissaires dont son petit fils, retrace d’une manière subtile le parcours de ce grand homme devenu une référence pour ses pairs.

«Ce qu’il y avait d’incroyable avec Jacques, se rappelle Mathieu Perez, son élève autour des années 1990 à l’école de Bordeaux, c’est qu’il était capable de déceler dans le travail de ses étudiants, qui parfois nous semblait assez médiocre, toujours matière à s’émerveiller. Il avait cette faculté à trouver dans nos projets ce qui pouvait les ré-enchanter sans sacrifier à la rigueur nécessaire. Encore aujourd’hui, cette énergie et cette poésie me portent.» .

« Des gratte-ciel dans la tête »

Jacques Hondelatte reçoit en 1998 le Grand Prix National de l’architecture. C’est durant cette même année que l’Institut Français d’Architecture lui consacre une exposition personnelle sous le commissariat du critique Patrice Goulet. Aujourd’hui, nous gardons tous en mémoire, la monographie « Des gratte-ciel dans la tête » qui reste aujourd’hui le seul ouvrage de référence sur l’œuvre de l’architecte.

Pionnier de l’architecture numérique en France, Hondelatte s’est très tôt intéressé à l’informatique. Malgré tout, parcourir ne serait-ce qu’un petit moment, les quelques images qui gravitent autour de deux installations, le tout savamment installé au sein de la galerie, nous font remonter le temps. L’époque où les représentations s’affranchissaient de toute ressemblance avec le réel pour étonner et émouvoir en créant leur propre univers.

Une exposition à visiter jusqu’au 3 février 2018 au Betts Project, à Londres. Et pourquoi pas un hors les murs à Paris ?

La reine est morte, vive son architecture !

ZahaHadid

« L’important c’est que je sois architecte, le fait que je sois une femme est une information secondaire. » disait Zaha Hadid. Et pourtant, le parcours exceptionnel de cette femme qui va de Bagdad à Londres en passant par Beyrouth n’est pas ordinaire.

Le communiqué de presse daté d’hier nous informe :

« C’est avec une grande tristesse que Zaha Hadid Architects confirme que Dame Zaha Hadid, est décédé subitement à Miami. (…) Zaha Hadid est considérée comme la plus grande femme architecte dans le monde. Née à Bagdad en 1950, elle a étudié les mathématiques à l’Université américaine de Beyrouth avant de commencer son voyage architectural en 1972 à l’Architectural Association de Londres.
En 1979, elle a créé son propre cabinet à Londres – Zaha Hadid Architects – qui a acquis une réputation dans le monde entier pour ses travaux théoriques novateurs, y compris The Peak à Hong Kong (1983), le Kurfürstendamm à Berlin (1986) et l’Opéra de Cardiff au Pays-de-Galles (1994). Avec son associé Patrik Schumacher, elle a bâti une oeuvre au carrefour de l’architecture, du paysage et de la géologie, développant ainsi des technologies innovantes pour réaliser ses formes architecturales dynamiques et parfois inattendues.
 »

Il y a quelques années, pour le journal Le Courrier de l’architecte, j’avais traduit un portrait écrit par Youssef Mohsen, un journaliste irakien qui racontait sa rencontre avec la grande dame où concernant son succès, elle disait : « C’est le produit de plusieurs expériences humaines au cours de ma vie ; peut-être que tout revient à ma personnalité forte et ordonnée plus qu’à mon identité ou le fait que je sois une femme. Oui, j’ai réussi, mais la route n’était ni facile ni parsemée de roses ; c’est le résultat d’un très long combat. Au début, j’étais une acharnée de boulot et je travaillais de jour comme de nuit ».

Aujourd’hui, le premier avril 2016, Zaha Hadid n’est plus pour commenter son enfance, son parcours ou relater ses souvenirs. C’est à nous, architectes, qu’elle confie ses enseignements,  mais c’est aussi à tout le monde qu’elle lègue un inconditionnel patrimoine. Hommage à toi Zaha !

La maison du couple Wogenscky-Pan, un petit bijou niché dans la vallée de Chevreuse

JEP@SH

Cette année, à l’occasion des journées du patrimoine et pour la première fois les portes de la maison d’André Wogenscky et du jardin de sculptures de Marta Pan s’ouvrent au public. Un bijou architectural doublé d’un paysage artistique s’offre aux visiteurs.

Successivement élève, assistant, chef d’atelier et architecte adjoint de Le Corbusier, André Wogenscky a décidé en 1952 de construire sa propre maison au 80, Avenue du Général Leclerc, Saint-Rémy-lès Chevreuse. Il s’agit beaucoup plus qu’une simple résidence, cette maison aux lignes modernes était également l’atelier des deux artistes.

L’arrivée se fait par un portail modeste qui s’ouvre sur un énorme jardin en pente où sont disposées les diverses sculptures de l’épouse. A notre gauche, se dresse la fameuse maison qui témoigne d’une époque révolue avant-gardiste et révolutionnaire pour son temps.

Dès l’entrée de la maison tout est curiosité, une fois à l’intérieur, l’espace lumineux qui aujourd’hui donne sur la végétation luxuriante nous ramène directement vers le passé, à l’époque où les arbres n’étaient que buissons et la vue dégagée. Les lieux de vie sont modestes, fonctionnels et pourtant si originaux et visionnaires. Tandis que les deux ateliers des artistes nous immergent dans leurs œuvres successives, les bibliothèques affichent fièrement des livres d’art et d’architecture. De Gaudi à Le Corbusier, tout est intact et bien rangé. L’univers du couple Wogenscky-Pan est inchangé, on dirait qu’ils viennent juste de s’absenter.

Dans l’atelier de Marta Pan, le visiteur peut contempler les prototypes des sculptures et pourra même à s’amuser et les comparer avec les vraies œuvres grandeur nature qui se trouvent dans le jardin. « On ne pose pas impunément une sculpture dans un espace, que cet espace soit naturel ou construit. Par sa présence même, la sculpture transforme l’espace » écrivait Marta Pan. Dans la maison même les prototypes ont changé l’espace.

Non loin du château de Chevreuse qui date du XIème siècle, la maison-atelier Wogenscky-Pan est un morceau incontournable du patrimoine français à découvrir sans tarder.

« Shigeru Ban »

0

« Même les matériaux les plus fragiles peuvent faire des bâtiments solides. »

C’est l’une des citations phares de l’architecte qui depuis 1994 est devenu architecte-conseil auprès du haut comité aux réfugiés de l’ONU pendant la guerre au Rwanda.

En 1995, après le séisme de Kobe ou le tremblement de terre d’Istanbul, c’est encore une fois le nom de Shigeru Ban qui surgit pour réaliser des abris dignes aux déplacés.

Construire dans un contexte économique affaibli tout en réduisant les stigmates sur l’environnement est un gage difficile qui a besoin à la fois d’une ingéniosité, d’un pragmatisme et d’une volonté qui vont au-delà de la simple conception architecturale.

Shigeru Ban est le lauréat du prix Pritzker 2014 annoncé le 24 Mars 2014.

Le site de Shigeru Ban: ici.

(A découvrir également le film-documentaire « Shigeru Ban, architecte de l’urgence »
de Marc Petitjean.)