A Singapour, des pétales et des fleurs pour Patek Philippe

© Daisuke Shima

Après Dubaï, Munich, Londres et New York, Singapour a été choisie par Patek Philippe comme lieu de la cinquième grande exposition Watch Art qui a offert un aperçu approfondi de l’univers et des créations de la marque. L’architecte Emmanuelle Moureaux a été chargée de l’installation.

100 nuances de couleurs

Se déroulant pendant l’année du bicentenaire de Singapour, l’exposition présentée au Marina Bay Sands Theatre était la plus importante à ce jour. Collectionneurs, aficionados de l’art, horlogers et grand public ont pu s’immerger dans l’univers de Patek Philippe recréé dans dix salles formant une magnifique exposition de plus de 1800 m².

La pièce maîtresse de l’installation intitulée « 100 colors flowers », composée de 11 500 fleurs avec ses pétales aux 100 nuances de couleurs, a accueilli les visiteurs à leur entrée dans la première salle de l’exposition, la Singapore 200th Anniversary Room. Dans l’esprit de Majulah Singaporeura (les deux premiers mots de l’hymne national qui capture l’esprit de Singapour et veut dire à partir de Singapour), l’installation s’inspire de la flore de cette île pleine de couleurs, d’exubérance, de vitalité et de vie.

L’esprit de la nature

Colorée et immersive, l’installation reflète la fluidité du temps. Inspirée par la beauté, la couleur et le parfum des fleurs de frangipanier, cette création reflète également la grâce et le dynamisme de Singapour. Les pétales sont soigneusement assemblées à la main pour former cette installation qui capture l’esprit de la nature. L’œuvre capture également l’immense précision des maîtres artisans et horlogers de Patek Philippe.

Attirant 68 000 visiteurs en 16 jours, la grande exposition Watch Art a été une grande réussite. L’architecte française Emmanuelle Moureaux, basée à Tokyo, fidèle à ses valeurs et habituée à manipuler adroitement les différentes couleurs, a engendré, encore une fois des œuvres subtiles, aériennes et à la fois sensationnelles.

© Daisuke Shima
© Daisuke Shima
© Daisuke Shima
© Daisuke Shima

Le site d’Emmanuelle Moureaux : ici.

Les photos : © Daisuke Shima